Journal satirique et écologique du Pays d'Auge, paraissant quand il a le temps

Téléphone : 02.31.31.39.06  Télécopie : 02.31.62.34.18  Adresse postale : BP 21039 - 3, rue Marie Curie - 14101 LISIEUX CEDEX

        

Messagerie : echo.joli@wanadoo.fr 

 

Accueil Liens

 

 

CENTRE VILLE

 

MULTIPLEX

 

 

MISE À JOUR DU 06.09.2017

 

Pour le plan de stationnement 2017 c'est par ici.

 

 

 

 

OUYOUYOUILLE MES FOUILLES

 

 

 

 

L'ECHO JOLI a reçu les documents suivants de la mairie. C'est édifiant : enveloppe 1,85M€, durée 4 ans, 3 candidats minimum, 5 maximum.

Comme il faut se méfier des coups tordus (du genre le Crématorium situé dans le quartier Trevett), je livre ces documents à votre sagacité (pdf)

FOUILLES1  FOUILLES2 FOUILLES3

On a bien affaire à des dingues.

 

VOUS AVEZ DIT QUOI ? ENF... ?

 

 

En plein été, la période des coups bas en dessous de la ceinture, la Mairie émet un marché public pour effectuer les fouilles place de la République.

Le roitelet fouteur de merde se répandait pourtant partout en sous-entendant que les carottes étaient cuites. A la limite, on se pose la question de savoir si le vidage complet de la place de la République, mise en totalité en zone rouge, n'est pas une manipulation pour pouvoir dire : vous voyez bien, il n'y a personne, donc le MULTIPLEX est justifié. C'est des pervers... Pour les épisodes précédents, c'est ici.

Mais il y a de la rébellion dans l'air, suivre les pages facebook suivantes :

 

https://www.facebook.com/refusduplandestationnementlisieux/

https://www.facebook.com/pourmaiscontre/ 

 

Cliquer sur l'image pour consulter le pdf

 

 

 

 

 l'ECHO JOLI soutient l'action de Pascal Leclerc. Comme d'hab la rédaction unique s'est abstenue de mettre un lien sur la page facebook : https://www.facebook.com/pourmaiscontre/?pnref=story . C'est fait. Bisque bisque rage euh.

 

 

 

MAJ 12.04.2017 : La presse indique 2M€, mais en fait ce sont 2.8M€ qui sont provisionnés, et qui vont suivre au classement vertical les 10M€ de programmes annulés de 2016. Notre nullité de maire a en fait déjà renoncé, car si des fouilles ont lieu, le trou sera béant pendant dans les élections. Les coups foireux et mises devant le fait accompli à coup de tomahawk ça se fait en début de mandat.

Autre élément, la fameuse loi de juillet 2016 : https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/patrimoine/le-patrimoine-archeologique-francais-appartient-desormais-a-100-a-l-etat_104271

En clair, s'il y a des fouilles et si on trouve quelque chose, ça appartiendra à l'Etat et non à la ville. Lequel Etat en fera ce qu'il en veut avec pour objectif de ne "pas disperser", traduction : ça restera sur place si la pêche miraculeuse est un vestige genre mosaïque. Sinon, direction le musée. Mais celui-ci est plein comme un oeuf, vu son enclavement et son volume très faible. Rappel : c'est le roitelet qui avait décidé de faire des travaux ruineux dans ce bâtiment, avec comme dégât collatéral le limogeage féroce de deux adjointes qui n'étaient pas du genre potiche.

Comme quoi, c'est comme pour les passages à niveau, une connerie en entraîne une autre (Musée dans la Banque de France).

On va donc se retrouver peut être avec un musée sur la place de la République. Vous avez dit boîte de Pandore ?

Autre élément, la clique des loosers de la mairie pouvait à la rigueur investir dans des fouilles sur un terrain qui NOUS appartient.

Mais ailleurs, les "investisseurs" devront cracher au bassinet avec leur petites mains, puisqu'il s'agira de propriétés privées.

L'ancien garage Citroën à démolir et à fouiller (rappel, il y avait des tombes Mérovingiennes à 100m, sur l'esplanade Michelet), argent trop cher !

Reste effectivement le parking Eiffage de la gare, toujours terrain privé (RFF ?). Avantage : il y a de la place et on peut venir en train (de Mézidon, la ville du président de l'agglo). Mais c'est sans compter l'obscurantisme d'un adjoint aux travaux "fatigué", qui non seulement n'a pas prévu de toiture sur la future passerelle, alors que la réputation de la Normandie n'est plus à faire en matière d'intempéries, mais n'a pas daigné prolonger la dite passerelle pour accéder au parking Eiffage et à la vaste zone de l'ancienne gare marchandise. Ca coûte, mais bien moins cher qu'un ajout ultérieur. De toutes façons des sous, il y en a, 10M€ de trésorerie disponible...

 

 

 

MAJ 29.03 : C'est donc 2,8m€ qui ont été inscrit au budget pour "aménagement de la Place de la République", en fait la cote part de la ville si les fouilles ont lieu (rappel 1/3 de la place, 5000 m2 à creuser à la petite cuillère sur 4m voire plus). Et non pas comme rapporté en forme de fake-news dans la presse, 2M€.

On nous avait dit 2M€ et les investisseurs n'avaient déjà pas les moyens.

Après il faut remuer le popotin  des autres financeurs, dont la DRAC, qui doit aussi trouver les petites mains et les spécialistes.

Ce qui risque d'arriver, c'est ça, un cas UZES. Et la DRAC a classé la place "grand intérêt archéologique" et "patrimoine exceptionnel". Elle ne va donc pas les lâcher, l'occasion est trop belle. Le MULTILPLEX est donc condamné à mort.

 

 

 

 

Quand on cherche on trouve. L'exemple de Cléon pourrait bien se reproduire à Lisieux place de la République.

Il ne faut pas oublier en effet que les cours d'eau, la Touques et l'Orbiquet, n'avaient pas le tracé actuel,

en particulier l'Orbiquet, qui passait quelque part rue Pont Mortain. Et les confluents sont toujours des lieux

privilégiés (transport, protection plus facile). Et comme à 3m les vestiges sont bien conservés, en creusant plus bas, tous est possible.

 

 

La fameuse semelle cloutée qui met un grand coup de pied au fondement du projet MULTIPLEX. Il faut comprendre

que cet objet a été retrouvé à un mètre de profondeur et date du 1er ou 2ième siècle en gros 2000 ans. Un miracle.

 

MAJ 13.06 : Continuons donc la lecture du fameux article de la SHL (manifestement rédigé par ceux qui ont effectué les pré-fouilles, c'est public, aucune raison de cacher quoique ce soit, ce qui n'arrange pas les affaire du roitelet, qui est plutôt dans le registre conspiration machiavélique (de bas niveau) dans les couloirs, voire dans les alcôves.

Un sondage est destructeur, par rapport à une fouille à la main dans les règles de l'art. Il reste limité, et surtout nez prospecte que sur quatre mètres pour atteindre le substrat géologique, qui, lui, a été exploré avec des forages. Etant personnellement persuadé que l'implantation d'une cité Gauloise, voire un village plus ancien a largement précédé la pax romana, il faut aussi fouiller cette zone, car un forage peut passer à côté d'une rangée de piquets ou de fondations (une cité lacustre a bien été retrouvée en Angleterre).

Preuve en est la découverte de planches de bois datée au carbone 14 entre -- 285 et -- 230 (ces bouts de bois ont 23 siècles, ce qui indique une bonne conservation des vestiges). On parle donc d'occupation précoce !!!

Autre découverte, qualifiée de "rarissime", un outil en bois (travail du cuir ou confection de filets de pêche).

Et les auteurs de sortir le poignard : "La découverte de ces quelques artéfacts manufacturés sur une surface de fouille de quelques m2, au sein d'une couche tourbeuse qui s'étend très vraisemblablement à l'ensemble de la surface de la place, rend compte d'un très fort potentiel archéologique et d'une opportunité rare..."

En clair, la messe est dite. Si le MULTIPLEX tombe à l'eau, il n'est d'ailleurs pas certain que des fouilles soient entreprises, car les archéologues, s'ils bloquent tout projet d'aménagement, quel qu'il soit, même pour faire un aménagement débile comme à Châtellerault, ont le choix de sauvegarder et de ne rien toucher. La vieille godasse est restée 20 siècle enfouie, si elle a des copines, ça peut attendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

VIRGINIE MET LES PIEDS DANS L'ECRAN PLAT

 

 

MAJ : 07.03.2016 : Cette ex "localière" (en français rubrique chiens écrasés) de Deauville, s'intéresse donc au local, elle a du taf. Quoique. Le Firmin est quand même petit bras, et de toute façon choisit toujours la plus mauvaise solution, son adjoint le gros Blaireau ayant l'avantage d'ajouter une connotation "faire ch... le monde".

Ramener sa fraise et cuisiner le péquin est quand même plus facile avec la carte de gribouilleuse à Ouest France que faire de l'investigation de caniveau à l'Echo Joli, qui est obligé d'envoyer au casse pipe ses petites souris.

L'Echo Joli savait que c'était cuit pour le MULTIPLEX depuis un moment, mais ne pouvait en parler sous peine de griller ses espions les mieux placés.

Avec son joli sourire qui lui sert de passeport (P. Perret) elle a rédigé sur une page parue samedi un article qui a dû en mettre un bon coup au moral et au tronc du populassier aux pieds d'argile, qui s'effritent à vue d'oeil. Si en plus OUEST se met à rechercher la vérité, où va t'on ?

A un mètre sous le bitume fissuré de la place de la République, on est déjà chez les Gallo-Romains (-50 avant JC, jusqu'en 500), qui y ont laissé des vieilles godasses, des pieux, des os, et un aqueduc. Le sondage s'est déroulé sur 260m2, et la place en fait près de 10000 ! Car il n'y a aucune raison de ne pas fouiller le reste (par rotation sinon c'est la mort de la ville). Pour la DRAC et l'INRAP, la boîte de Pandore qu'a ouvert le cycliste qui perd ses pédales, est pain bénit. Et ils vont faire les choses façon fonctionnaire, prendre leur temps pour gratouiller et creuser (5 à 6m) jusqu'à ce qu'ils retrouvent la couche de terrain vierge d'avant l'implantation du premier village. On peut remonter à l'âge du bronze (-1800) voire plus loin. Vu la configuration des lieux, avec une Touques navigable (Cambremer était un port), de l'eau, du bois en abondance, l'implantation d'une population très ancienne est certaine. Manquerait plus qu'on trouve notre fameux Néanderthal (5% de nos gènes).

Rien que pour les 3000m2 confisqués pour un cinéma qui sera dépassé dans quatre ans à la vitesse où va la technologie (téléchargement des films par le net), l'ardoise va s'élever à 3M€. C'est bel et bien cuit pour le cinéma. Le camarade Raynaud dit lui même qu'il n'a pas les moyens, et comme c'est lui qui doit payer...

Et 250000 entrées de prévisionnel c'est du pipo (800 par jour !). Mon point zéro est un bar qui jouxte un des cinémas, vu ce qui sort. Certains soirs, maintenant, même les voitures se font rares. C'est Lisieux sous Nanard dernier.

Maintenant, il ne reste plus qu'à attendre le résultat, mais si on trouve du lourd, genre Pompéi, va falloir prendre des décisions sans faire les crétins. Et ça...

 

 

 

 

PLEIN LES FOUILLES

 

 

Documents Société Historique de Lisieux.

La place de la République avant guerre était à l'emplacement de la zone fouillée actuellement.

On remarque qu'elle avait une vocation économique (marché aux chevaux) et de nombreux véhicules pour l'époque.

 

 

 

 

2025, L' ODYSSÉE DE LISIEUX

 

 

 

 

 

 

MAJ du 07.10 : Sainte Thérèse, au secours, le roitelet est devenu fou. Fait quelque chose, dit à tes copines du Carmel de prier pour nous. Après s'être glandé pendant 14 ans, car le bilan c'est une crèche mal placée, mal foutue et dont le financement privé nous coûte la peau de fesses, et une salle multi-activités qui n'en a qu'une, gymnase, et en plus cramée par un mineur à peine grondé par Taubira, le voilà qu'il nous pond un "projet global" sur 10 voire 15 ans.

Le seul objectif du pensum présenté par un cabinet de bobos et de la propaganda à 200000€ qui va suivre, est de faire avaler la pilule d'un Multiplex obsolète avant d'être construit, dont le bâtiment en tôle va occuper le tiers de la place de la République, qui n'en sera plus une d'ailleurs, car le "mail" (la rangée d'arbres) va passer piéton pour les "visiteurs" de l'espace sans doute, et la médiathèque "va être étendue".

Bref, s'il reste 50 places payantes sur cette esplanade vitale pour le commerce de centre ville, ce sera le bout du monde.

Obsolète le Multiplex ? Bah oui. Le téléchargement en streaming se développe à une vitesse foudroyante, il y a des dizaines de sites, dont certains comptent des millions de clients. Pour 12€ par mois, pratiquement tout est disponible sur celui du leader mondial. Je suis personnellement abonné à Deezer, et dispose de toute la musique du monde pour 9€ par mois. Sans compter les petits malins qui bricolent dans leur coin : je voulais voir The Voices, je l'ai trouvé gratos sur You Tube en Français.

Le problème des idiots de ville qui entourent l'ex âne bâté de Moyaux, c'est que ce monde moderne, ils l'ignorent, alors que par mon métier, la vente sur internet, je suis en plein dedans. De plus, je fréquente régulièrement le bar l'Entracte, à côté du Majestic. Quand on voit sortir 10 égarés, c'est bien, qui ne viennent même pas se rincer la cloison au bistrot du coin après. En ville, les écrans géant fleurissent dans les bistrots, qui peuvent très bien organiser des séances de cinéma.

A propos, Fabrice Raynaud, avant de te faire payer un cinoche gratos aux frais du contribuable (moins de 50% des Lexoviens), c'est quoi ta fréquentation les trois dernière années ?

Pire, pendant qu'ils y étaient, il vont commencer par autre chose, élargir les trottoirs de la rue de la gare pour que les "visiteurs" soient incités à se balader à pieds jusqu'au centre. Et ceux qui bossent et sont pressés de trouver une place pour pas rater le dur pour aller bosser à Caen (et de plus en plus à Rouen, capitale de la Normandie), ils font comment. Ils courent ?

Et dans la foulée, c'est l'avenue Victor Hugo qui va passer à la casserole, avec élargissement des trottoirs et probablement la suppression de plus de la moitié du stationnement. C'est complètement débile. Mais indispensable pour y déplacer le marché, puisqu'il faut bien que Môsieur Raynaud ait ses places pour son cinéma.

Bon, vos pas de porte les gars, ils viennent de se ramasser un bon 50% dans la tronche. Stop ou encore ?

Maintenant, il faut avoir le document papier qui va être mis en ligne sur le site de la mairie pour dénicher les coups tordus.

Belle bataille juridique et politique en perspective.

 

 

 

 

 

MOBILISATION GÉNÉRALE !

 

 

Tous au conseil ce soir mardi 6 à 20h

 

 

MAJ du 05.10 : Venir avec quelques accessoires genre trompettes, crécelles, et des nounous licenciées par le Bonapartiste antisocial.

 

 

 

 

 

 

LE CON-PLEX

 

 

 

MAJ 28.10 : Deuxième essai lundi soir. Confirmé, pas d'achat possible sur le net et même pas de pré-vente en se rendant sur place. Bien archaïque le truc.

On fait la queue comme devant la soupe populaire, le guichet de la poste ou de la sécu, le bureau d'immigration, ou "aux heures les plus sombres" devant la boulangerie en gardant précieusement tes tickets de rationnement au fond de ta poche. Ca me rappelle irrésistiblement un séjour à Prague un an après la chute du mur, ils avaient toujours un manche à balai communiste estampillé Stasi locale dans le cul et se déplaçaient avec des sacs en plastique. On a compris après, car les magasins de viande étaient vides le matin, et comme l'heure de livraison dépendait de la grasse matinée du directeur membre du parti, il fallait toujours être prêt à prendre la queue, qui se constituait avec une rapidité étonnante à l'arrivée du camion.

Le loustic de la caisse m'avait dit de venir assez tôt, bien qu'ils se soient décidés à passer le film dans la grande salle (240 places). Du coup j'ai poireauté une bonne demi-heure avant que ça commence. Il faut comprendre mon petit gars, j'ai autre chose à faire. Je suis dans le commerce, sur le net en plus, le consommateur moderne, il est plutôt du genre pressé. Et j'ai une clientèle d'hommes, je te dis pas les gonzesses, pardon, le genre qui a une petite fleur dans la culotte.

J'ai donc eu le temps d'observer l'environnement : la machine à pop corn crade, la déco de l'entrée date de la fin des années 60, c'est sombre, quelques cornets de glace au fond du congélo, on est loin du tape à l'oeil vulgaire des boîtes en tôle de Caen. Il y a un écran qui indique le nombre de places disponibles, je ne vois donc pas très bien pourquoi ils ne font pas de pré-vente sur place et sur le net. Même chez "Acequonsemmerdici" (le gouffre subventionné du théâtre) il y a un logiciel pour gérer les places. C'est dire.

Quant tu as ta place, c'est plus pareil, tu arrives à l'heure sans perdre de temps, tu sais que tu ne vas pas faire un déplacement pour te retrouver le bec dans l'eau bénite, comme pour la messe.

Et ça veut te construire une caisse en tôle sur la place de la République, franchement...

 

 

 

 

 

LE CON-PLEX : ON EN EST BOURRÉS !

 

MAJ 24.10  : Comme je l'ai raconté, Annabelle c'était plein un dimanche, donc j'attendais le programme de la semaine suivante pour savoir si c'était prolongé. Avec le numérique, maintenant, les salles ne sont plus dépendantes des copies physiques sur film. Notons au passage que je me suis garé à 20m de l'entrée ! Si un film marche, on continue c'est tout. Un bémol, sauf erreur le site des cinémas de Lisieux -- par ailleurs agréable -- ne permet pas d'acheter les billets et de réserver et de savoir de chez soi si c'est plein ou pas pour éviter de se déplacer merci pour le réchauffement. Le programme de la semaine suivante (ci-dessous) n'est affiché que le mardi après midi, hors, d'expérience, les "gens" qui sortent de leur gourbi anticipent au moins une semaine à l'avance.

A moins de faire un CON-PLEX avec 12 salles comme à Mondeville, nous en avons en fait déjà 5, pour une agglomération 10 fois moins importante. On a entendu parler de 7 salles dans le NANARD-WOOD, on ne va tout de même pas détruire la Place de la République pour deux petites salles de plus.

A noter que cette semaine 12 films sont programmés à Lisieux, pour 20 à l'UGC MONDEVILLE. Pas si mal non ?

Au vu de la programmation ci-dessous, si tu as vraiment envie d'aller au cinoche peloter ta voisine dans le noir, il n'y a que l'embarras du choix.

On me dit : ha ye que ye UGC avoir glos parking. Lisieux aussi : toute... la Place de la République, l'avenue Victor Hugo et le parking du Boudin dévergé, la place de la résistance et les glauques rues adjacentes.

Des arguments à convaincre sans souci un commissaire enquêteur, comme dans le cas du Crématorium envoyé au tas par la mobilisation remarquable des HOTVIL et la pugnacité de la famille Trichet.

Bon, c'est vrai, les deux cinoches de Lisieux, pur béton costaud de la reconstruction, sont très obsolètes du point de vue confort et déco. Il est préférable donc de trouver un deal avec le proprio, mais pas lui payer des cinoches neufs avec le sous du contribuable.

Après c'est une question de concept, car celui de Multiplex ce n'est pas que passer des films, c'est aussi de retransmettre grâce au débit des fibres : opéra, théâtre de boulevard ou pas, concerts, foot pourquoi pas. Il ne devrait pas être très compliqué de transformer une salle en salle mixte ciné/concert/music hall. C'était d'ailleurs le cas à l'époque, mon grand père était projectionniste de cinéma à Paname, et à l'entracte il y avait des "animations" sur scène.

 

 

 

 

 

 

MAJ 06.10  : Après un premier plantage, retour du sujet après les élections, bonjour le respect du suffrage universel. Fidèle à ses méthodes, Nanard et ses sbires nous ont fait le coup du faux vrai comité de réflexion, qui ne comprenait que des potiches à sa botte.

Pas prendre tous les commissaires enquêteurs pour des billes, vu ce qui s'est passé pour le crématorium.

Le petit reportage de notre confrère TV LISIEUX est très bien fait, et une bonne base pour faire connaissance des arguments des deux associations de commerçants (CAP LISIEUX et ceux de la place de la République) : https://www.youtube.com/watch?v=EMfw79IzQ2A&list=UUCoK9LV040Zy9Y7cGISdXag 

 

 

Vélo avec "bâtons dans les roues" planqué derrière la mairie. A qui peut il bien être ?

 

 

AUBRIL SABORDE LE MULTIPLEX

 

 

MAJ 27.06   : Devant la levée de boucliers, trois associations sur le dos, dont les dirigeants et membres sont ses électeurs du centre ville et certains ses propres conseillers municipaux, et au vu des résultats calamiteux du questionnaire qu'il a lui même concocté, Aubril s'est sabordé avec sa flotte de petits canards de baignoire.

Exit le MULTIPLEX sur la place de la République, il n'y a pas de consensus. Le soufflet est sévère.

La bête gît sur le flanc au fond du bassin, mais n'est pas encore morte. Elle peut se renflouer, car elle dispose d'une bonne vingtaine de fonctionnaires payés par nos impôts pour tenter de se relever. Cela fait beaucoup face à des citoyens qui bossent et prennent sur leur temps libre le plaisir insigne, inculqué sur les bancs de l'école de la République, de faire fonctionner la démocratie.

Il faudra faire le bilan des dépenses engagées par Aubril et sa bande des cinq pour tenter de nous faire avaler des couleuvres : rapport du cabinet Cap Terre, des sondages, de la com, et le cabinet chargé de préparer le déclassement du domaine public qu'il ne faut pas oublier, les personnes embauchées, dont une nous a servi sa soupe scolaire hier soir.

On va dire 250000€ à la grosse (sauf preuve du contraire).

 

 

 

 

 

 

 

MULTIPLEX : ET POURQUOI

 

PAS EN HAUTEUR ?

 

 

 

 

Bon n'allez pas croire que je suis d'accord avec Aubril sur le problème posé par l'implantation d'un MULTIPLEX en centre ville. D'ailleurs, on entend plus parler de rien, ce qui n'est pas forcément bon signe. Il faut dire qu'il fait face maintenant à trois associations qui sont contre, dont au moins une compte dans ses rangs des habitants du centre ville, qui représentent une bonne partie de son électorat vu les scores des Bureaux 1 et 2 de la mairie. C'est les municipales dans neuf mois...

Eric Lehéricy a un autre projet, celui d'une halle pour le marché, on espère utilisable à d'autres usages (concerts, expositions, fiestas...). Qui va aussi consommer de la place.

A gauche, on sait pas. Il y a bien André Lucas qui est pour un Multiplex en centre ville, mais on se demande s'il est encore socialiste et ce qu'en pense la cheftaine et ses copines néanmoins vieilles militantes.

C'est clair qu'on ne peut pas creuser et que de toutes façons, même si un bâtiment et une esplanade sont construits place de la République, il faudra passer par la case fouilles archéologiques (comme dans le cas de la réhabilitation du bâtiment Michelet, où ce n'étaient pas les macchabées qui manquaient). Deux ans de travaux minimum, tous les commerces, le marché et la fête foraine seront morts le jour de l'inauguration.

Il existerait pourtant une solution élégante : mettre le Multiplex en hauteur, au premier étage, au dessus de la rue, dans l'axe de la rue des Mathurins : on ne touche pratiquement pas aux parkings de chaque côté, et au niveau du sol, cela fait une halle toute trouvée pour le marché et d'autres activités.

Pour l'anecdote l'idée m'est venue après une discussion avec André Lucas au... milieu de la piscine. D'autres ont bien eu de bonnes idées dans leur baignoire, sauf Marat, ça va de soi.

On évite évidemment le béton et la tôle ondulée type grosses surfiasses, un bémol sur les surfaces vitrées genre médiathèque, sans sombrer dans le pastiche à la Violet le Duc (voir photo ci-dessus). C'est un beau challenge pour un architecte, et on aimerait que le choix soit celui des Lexoviens, et non pas comme actuellement des élus aux goûts architecturaux de chiottes : les exemples abondent de ratés, caserne Leclerc, casba à Delaunay, le mur de mauvais goût de la place Le Hennuyer, les cages à lapins de la loi De Robien, et j'en passe.

Evidemment, hors de question d'y mettre restaurants et cafétérias, ni galerie marchande, ce sont les commerces actuels et futurs qui doivent bénéficier du flux de passage. Les commerçants sont gens avisés, sinon ils déposent leur bilan, l'adaptation sera rapide, le potentiel existant étant à mon avis suffisant.

En plus, ce qui intéresse l'investisseur, c'est le cinéma, il dit lui même que le reste, c'est pas son truc.

Cette solution mixte Halle de Marché + Multiplex résout aussi le problème du financement mixte par des fonds publics et privés.

Le débat est ouvert.

 

 

 

 

C'EST LA CURÉE 

 

 

MAJ 05.07   : La bande des cinq vient de se faire étriller sévère, et comme à la chasse à courre, la bête est cernée, on sonne l'hallali. La bête à cornes à vélo est poursuivie par une meute de toutous, dont certains sont un peu gênés de vraiment passer au stade morsure, on sait jamais, une petite place au chaud sur la liste Nanard...

Le patron des deux cinémas de Lisieux est venu plaider sa cause. Lui et son "bras droit" se sont étonnés que le dossier ait été traité en grand secret, et que le public n'ai pas eu accès aux informations. Quelques plans ont bien été exhibés en "bureau du maire", mais aussitôt remballés, avec pour consigne de la boucler. A la moindre fuite, c'est le limogeage, Michèle Gesnouin pour ne pas la nommer, en sait quelque chose.

"Un maire comme ça, vous n'avez qu'à le virer". Problème : on n'a pas d'armée Egyptienne sous la main.

On s'est fait aussi traiter de "réactionnaires" et "d'archaïques". Les commerçants du centre ville ont surtout la trouille de perdre leur commerce.

Fabrice Raynaud n'a pas tout pigé : sans consensus populaire, on arrive à rien. Côté com, sa méthode est à revoir, se retrouver avec une levée de bouclier pareille (trois assocs sur le dos), c'est pas vraiment bien joué.

Ceci dit, tout le monde est bien d'accord que la Place de la République est à revoir en ménageant stationnement, marché, fête foraine, concerts et manifestation commerciales (broc, expos).

J'ai posé la question du volume nécessaire pour le projet cinéma pur (pas de restos ni galerie marchande) : réponse, 3000m2 (de surface), sur deux étages, 1500m2, soit 30mx50m. Mon idée de mettre le cinéma au premier étage avec en dessous une halle de marché, dans l'axe de la rue des Mathurins, devrait être faisable. Avantage : la place sera libre pendant la période incontournable des fouilles archéologiques (ça peut durer un an).

D'autres lieux et d'autres dispositions sont possibles. Il est certain que le meilleur emplacement est l'ex-garage Jonquart. Mais "c'est compliqué", avec plusieurs propriétaires, des appartements etc...

C'est en effet plus "simple" de s'approprier du domaine public vierge, avec en plus le boulot fait par un cabinet payé par la mairie, en touchant des subventions de 30% et en arrondissant le budget en faisant racheter un des cinémas pour faire une salle de concert par LINTERCOM.

On est bien chez les capitalistes.

D'autres lieux sont évoqués : zone du garage Ford, près de la gare. Une solution rationnelle et consensuelle finira bien par émerger.

 

 

 

AUBRIL CHAHUTÉ

 

 

Le centre ville a été convenablement arrosé par une abondante littérature, en particulier le dépliant "Objectifs 2013", qui n'est rien d'autre qu'un tract électoral, on verra bien ce qu'en pensera le cas échéant la commission des comptes de campagne. Le problème est que c'est aux frais des citoyens. Il est normal qu'une municipalité communique, mais il y a le Lisieux Mag pour cela, et les juges sont sourcilleux sur ce point.

Il n'est pas parvenu dans ma boîte aux lettres, ni le prospectus annonçant la réunion publique de mardi soir.

Je suis coutumier du fait : débarquer juste au bon endroit au moment où il ne faut pas. C'est donc par le plus grand des hasards que je suis tombé pile poil sur la réunion : sujet, le centre ville.

Nous avons donc écouté religieusement le discours d'Aubril, mâché par son nouveau cabinet de communicants ? Il a dû passer la journée à le répéter.

Il nous a décrit la ville, comme si on n'y habitait pas. Nous prend vraiment pour des billes.

Ca a commencé à ronchonner dans la salle au sujet des statistiques de l'INSEE sur lesquelles s'appuyaient les chiffres présentés. 

Rappelons  qu'il avait trouvé à une époque que l'INSEE se trompait au sujet de la population. On verra en 2014 quand l'INSEE va être obligée de cracher le morceau.

Le problème est que ces statistiques et les études CCI/PROCOM datent de quatre à cinq ans, voire plus, une éternité face à la vitesse à laquelle évolue l'économie dans le monde moderne. A titre d'exemple, plusieurs grands groupes sont en difficultés (DARTY, BOULANGER), grignotés qu'ils sont par une galaxie de sites internet. Un spécialiste de l'électro ménager a même lâché à la téloche que les consommateurs cuisinaient les vendeurs, puis une fois renseignés avec la bonne référence par un vendeur compétent, passaient par les comparateurs. On connaît ça dans mon métier depuis plus de dix ans, sauf que les sites sautent les uns après les autres actuellement, et que les consommateurs l'ont bien dans l'os pour rester poli, s'il ne se font pas estamper.

Aubril et sa bande des cinq pépères ne PEUT PAS comprendre ça. Selon Gégé (Gérard Butel), sept commerces vont fermer rue Pont Mortain, il est aux premières loges, si j'ose dire, pour les ardoises de loyers. Je ne me souviens plus des termes exacts, mais j'ai cru comprendre qu'Aubril l'accusait en quelque sorte d'avoir les doigts crochus. Mon Gégé a bondi de sa chaise, tout vert, pardon, tout rouge. On a échappé de peu à un pugilat façon Taubinade à l'assemblée.

L'époux Tesnière, Godereaux, s'est retrouvé ensuite sur la sellette, une personne dans la salle, applaudie, trouve en effet que le mur en train de se dresser devant les manoirs Place Le Hennuyer sont très moches. Je dirais même que côté pastiche de mauvais goût, façon restauration 19° Violet le Duc, avec ses Six Colonnes du Temple, on ne fait guère mieux. Le trottoir est resté tel que, et vu le troupeau d'ados genre migration de zébus avec des spootniks qui tournent autour de la tête, qui se répand dans la rue façon woodstock à chaque libération des futures forces vives de la nation, il eût été intelligent de prévoir un peu plus de place avec des "vautroirs", cendriers et boîtes à seringues, et des barrières pour canaliser cette masse informe.

Automobiliste, toit que les juges condamnent par principe, ce coin là, c'est au pas camarade, au pas, au pas, au pas.

Après ils sont passés à la gare des trains. Je connais le sujet ferroviaire, pour y circuler sur un cheval de fer à vapeur, crachant cendres, fumées, dioxyne, et pissant l'huile par toutes les articulations.

Le terrain entre la gare et le Graindin est hyper pollué, car il a accueillit pendant un siècle des machines à vapeur, c'était le dépôt. Autant dire que comme pour le parking du gaz, il est inconstructible. Il semble que ces innocents ignoraient ce détail. Si ça se trouve ils se sont fait rouler comme de la bleusaille par RFF qui leur a vendu du terrain au prix de celui à bâtir, comme de l'autre côté (terrain Doublet) rue de la Gare.

Les gars, on peut remblayer, mais c'est pédale douce côté terrassement pour éviter de faire ressurgir les miasmes fétides de l'industrie du 19° siècle.

 

A suivre....

 

 

MULTIPLEX EN VILLE :

 

ENCORE UN COUP DANS L'AILE

 

 

MAJ 24.01 :  Au lieu de baisser les bras, le proprio du bar le LEXOVIEN, au bout de la place de la République côté boulevard Sainte Anne, s'est remué le popotin et a recueilli 2000 signatures contre le MULTIPLEX place de la République. Avec son questionnaire débile, dont on vous reparlera, le très dévoué Nanardiste Philippe Vacher passe pour une bille. Le travail de sape de ce site et les arguments développés dans la presse ont fait virer leur cuti à bon nombre de commerçants (affolés par deux restaurants et une galerie marchande) et aux riverains (plus de stationnement gratuit, boucan et délinquance tous les soirs jusqu'à une heure du matin).

Si les petites mémés du centre ville me lisent, ne faites plus la "bise à Nanard", rien que pour l'embêter.

Le LEXOVIEN est un bar mal famé, plein de flics le midi, où selon des mauvaises langues mon grand copain spécialiste du ravalement déjeunait en compagnie du maire, ne vaudrait plus tripette enterré derrière un mur de tôle, sans stationnement dans une rue qui deviendrait une simple allée pour rejoindre la trémie du parking (croquis d'architecte vu entre les mains des zigotos lord d'une réunion à la mairie).

Notre Brice de Lisieux, cassé, défend la peau de ses fesses.

A suivre...

 

 

 

MAJ 18.01 :  Votre gribouilleux d'investigation préféré a donc fait quelques rencontres aujourd'hui pour faire le point sur la situation, en particulier en ce qui concerne cette fameuse affaire du MULTIPLEX place de la République.

Il ressort de ces discussions avec certains des acteurs directs du dossier, mais l'ECHO JOLI étant un journal, vu qu'il est considéré comme tel par la Cour d'Appel, rien que ça, qu'on me permette de ne pas citer les sources.

Le sort du MULTIPLEX place de la République est suspendu à la quantité de parking à créer autour. Les jeunes consommateurs (20-40) sont tous allés un jour dans un MULTIPLEX "traditionnel", où le cube en tôle est ouvert sur un parking avec un hall accueillant et illuminé pour attirer les mouches que sont les consommateurs de ce type de loisir. Quand tu reçois dans un château, tu fais passer tes invités par la meilleure perspective. De plus, il s'avère que 85% des spectateurs vont venir en voiture, voire 90%, car les rues de Lisieux vers minuit à pinces...

Compte tenu des projections (!) de spectateurs potentiels d'une zone de chalandise allant de la côôôte à Vimoutiers et de St Pierre sur Dives à Bernay, il faut 300 places en temps ordinaire, 500 pour un film grand public à succès.

Nanard a bien été obligé de cracher un morceau difficile en avouant que le parking souterrain place de la République, c'était pas possible.

Seul repli dans cette affaire, un parking silo sur la place du gaz, mais là faudra trouver un couillon pour le construire, on voit mal en effet la ville de Lisieux ou LINTERCOM investir dans un truc pareil. En plus, il y a 100m à faire, le boulevard Sainte Anne à traverser et éviter le commissariat, on  sait jamais, sous la flotte avec les gosses qui chialent et maman qui ronchonne, bonjour le début de soirée.

Rappelons que le risque maximal si Nanard insiste lourdement, est que le MULTIPLEX se fasse sans parking.

Là c'est la fin du centre ville.

Chez les commerçants du centre ville on commence à percevoir le danger d'avoir deux restaurants dans le bazar, ouverts le midi. Actuellement, de très nombreux établissements servent des repas le midi, dans certains, tu déranges quand tu viens t'envoyer une mousse, et il y a même la queue. Cette dispersion est favorable à la visite des vitrines et à la concurrence, et à la vie sociale.

Les forains ont eu droit à un numéro de faux cul de première : "l'année prochaine la fête foraine aura lieu comme d'habitude".

Quand au marché, où iraient-ils garer leurs charrettes ? Le marché sera toujours là, mais sans marchands...

L'investisseur à qui la municipalité a mis des bâtons dans les roues il y a dix ans, a été intéressé quand  Nanard s'est jeté à corps perdu dans cette aventure qui va capoter mécaniquement. 

Il est aujourd'hui très dubitatif et son intérêt est évidemment de ne pas se retrouver pris au piège dans une opération qui risque de traîner cinq à dix ans, exemple Wonder.

Ma position est claire : le choix du lieu lui appartient. Ensuite, s'il faut que la municipalité facilite l'opération (modifications du PLU, préemptions, DUP, voiries, réseaux, signalétique et tout le Saint Frusquin, style St Lô), pourquoi pas.

Il suffit d'ailleurs de consulter les photos satellites de notre bonne ville pour se rendre compte qu'il y a encore pas mal de places disponibles. Tiens, l'ancienne usine Dahl qui vient d'être démolie par exemple, dans le quartier de la gare, etc...

A la rigueur, racheter le MAJESTIC pour le transformer en salle de concert pour LINTERCOM, une sorte d'Olympia, avec une salle transformable, pourquoi pas.

Il paraît que cette salle construite en béton est du genre costaud, et très difficile à démolir et vu les appartements vides rue au Char, pour trouver un promoteur, bonjour. Non, pas BOYERO quand même, quoi, Gégé ?

Quant au ROYAL, sa conversion en immeuble est possible (au sud, quartier calme).

Générique et FIN de cet épisode.

 

 

LE GRAND CIRQUE NANARD

 

Le clown Firmin avant

 

MAJ 26.10  : Réunion avec les commerçants du centre ville passionnante hier soir à la mairie, salle comble, pas pour voir un clown, quoique des fois, mais pour savoir à quelle sauce les boutiquiers étaient en train d'être accommodés dans les fourneaux infernaux secrets de la bande des cinq.

On a donc attaqué par un premier round sur les caméras. C'est mon grand copain de la maison poulaga qui a préparé le dossier, et évidemment a orienté les choses pour que cela lui serve en priorité. D'où la surveillance des ronds points principaux pour les véhicules "qui viennent de l'Eure et du 7' 6'". Comme il y a des trous béants dans le dispositif, les vôôyous, en général bien équipés côté GPS, vont passer au travers.

Ce seront des caméra fixes, autant dealer dans l'angle mort. Bref on va payer pour le petit confort des keufs.

A la fin de la présentation ils nous ont demandé s'il y avait des questions. Aucune. Tout le monde s'en tape. Comme je l'ai déjà dit, il suffit de tourner un bouton pour avoir la paix avec ces caméras, si elles s'avèrent inutiles. Car on aura droit à des stats n'est-ce pas ? A 100000€ le bout, il faut quand même amortir. On dit 100€ par délinquant, il faut en arrêter 1000. Ce sera évidemment plus facile de taper sur la mère de famille qui glande avec ses gosses sur les pelouses du jardin public. Quoiqu'ils n'en ont même pas le courage.

Nous sommes ensuite passés aux fameuses terrasses. Il est vrai qu'il faut faire un effort d'homogénéité et de respect de certaines normes. Entre autre 1.40m de passage, à croire que tout le monde se déplace en fauteuil roulant ou en poussant un sale gosse. Par contre, pour résoudre le problème des empiètements en dur, réalisés suite à des passe-droit (Le Club, place de la république...), pas vraiment de volonté de remettre de l'ordre.

Autant dire que la signature de la charte n'engage à rien puisque celui qui va s'asseoir dessus ne risque manifestement rien, sauf changement de municipalité.

Pas d'interdiction de chauffage, pas d'interdiction de fumer.

Ensuite, on a attaqué les questions diverses, avec évidemment une bronca au sujet du b... du cirque Pinder. Une personne s'est étonnée que le cirque ait pu s'installer en bloquant toute la place alors que le contrat prévoyait que la partie ouest (côté duchemin/massé). On a alors assisté à la pathétique impuissance de Nanard et de ses adjoints : "une fois qu'ils sont installés en force, pas moyen de les déloger, il faut que le préfet prenne une décision pour faire venir les CRS, gnagnagna".

A ce moment là le commandant de police s'est tiré discrètement, car lui aussi, pas de vagues.

Rien n'empêchait de leur coller un joli brin en interdisant la représentation, ce qui permettait de faire venir des CRS pour bloquer les entrées.

Mais faire une opération comme ça, faut en avoir dans le caleçon. Après t'es tranquille, les autres ne vont pas moufter, forains compris, le bouche à oreille existe dans ces milieux de non droit.

En tous cas cette histoire donne une idée de ce que ça va donner en ville quand 300 à 500 places seront nécessaires pour le Multilplex : tout le monde va y laisser des plumes, et pas que les commerçants de la place de la République.

Ensuite, on a attaqué le plat de résistance, à mon initiative.

Les arguments sont ceux développés sur ce site, ne nous répétons pas.

J'ai donc posé la question précise de la surface occupée par le Multiplex seul : réponse incroyable : 2951m2. Autant dire que le plan est déjà fait, sinon il aurait répondu "environ 3000m2". C'est 1/3 d'hectare (40mx75m ou 50mx60m), c'est énorme, 200 places gratuites en moins.

Et le parking silo ? Pas de silo !!!, un parking souterrain de 150places ! Paul Mercier nous raconte que pour les inondations, malgré les études du BRGM montrant une crue centenale à un mètre. Du pipo qui ne tiendra pas devant le tribunal administratif.

Une personne a ensuite pris la parole et a contredit la version officielle, en parlant d'un bâtiment "à un seul niveau", 1000 places, 7 salles, 250000 entrées an (soit 700 par jour), deux restaurants (ouverts le midi), et un début des séances à 14h pour se terminer à minuit, et 300 à 500 place nécessaires rien que pour lui.

Panique de Firmin qui a essayé de lui couper le sifflet.

Autant dire que les clients "qui ne se déplacent pas à pied", ne sortiront pas de la boîte et cette verrue fonctionnera comme une galerie marchande genre Mondeville, en vase clos. Sans compter les deux ans de travaux, notre trou des halles, il ne va pas être très long de compter les survivants (rappel Le Havre, 250 à 300 commerces au tas pour la construction du tram, d'après un pote).

A suivre...

 

 

Le clown Firmin après

 

 

 

Plan du centre ville de Lisieux, trouvé sur le site de notre médiathèque. On voit qu'a l'époque (1900), nous disposions déjà de nombreuses

places, Thiers, Marché aux Chevaux (République), Rue des Boucheries (place Victor Hugo actuelle), marché au Beurre. Il y a sans doute une raison ?

 

 

 

 

CIRQUE PINDER A LA MAIRIE

 

 

MAJ 25.10  : Après la masse musculaire des rugbymans au sujet de leur terrain au stade, la réunion de ce soir (19h15) va être chaude, avec la fine fleur de l'artisanat franchouillard boucher, tenanciers et peut-être même des pharmacos.

Au passage on apprend qu'une étude de sol a bien eu lieu en toute discrétion cet été, le 8 Août. Pour les saloperies en douce, c'est le créneau.

J'ai recherché aussi des plans de Lisieux avant le bombardement, et on constate qu'il y avait plusieurs places de grande taille. Un livre de cartes postales récent (elles sont aussi sur le net) montrent des marchés aux chevaux, aux bestiaux, au foin et au beurre (avec une halle) particulièrement actifs.

L'argument de Cap Terre selon lequel la place de la République est trop grande ne tient donc pas la route.

Autre élément de réflexion, la CCLPA a investi (outre le désastre financier des Hauts de Glos), 1.7M€ dans une "requalification" de la Galoterie. On ne lésine pas lorsqu'il s'agit de rendre agréable les zones commerciales extérieures. Désolé, mais les habitants et commerçants du centre ville devraient être traités de la même manière. Avec 1.7M€ on peut vraiment moderniser le centre ville, qui n'a connu aucun investissement depuis 11 ans.

 

MAJ 24.10  : Votre journaliste d'investigation préféré est passé voir le bistrotier Le Lexovien, place de la République, le seul qui  pour le moment a conscience du désastre du Multiplex place de la République. Nanard, qui fréquente les lieux régulièrement, vu que c'est le point zéro des poulets reconvertis au ravalement et à la vente de fleurs exotiques, dont un de mes grands copains, lui a expliqué à quelle sauce il allait être bouffé, sans mollir.

Pas de bol, il y a une réunion avec "les commerçants" demain à la mairie, et le sujet va fatalement venir sur le tapis, même si c'est pas à l'ordre du jour.

Le CIRQUE PINDER va pour l'occasion prêter sa cage aux lions pour l'installer dans les salons de la mairie. On ne sait pas encore si c'est pour y mettre les édiles pour les protéger de la vindicte populaire (qui peut aussi lancer des bananes) ou si c'est pour y enfermer les protestataires de peur qu'ils ne mordent. Si c'est le cas, je veux un joli ballon rouge pour faire comme les otaries, et un hareng saur après chaque numéro.

La fusée en tremble déjà sur son pas de tir, vu qu'elle va faire connaissance avec une race blanche de Français un peu particulière, le commerçant Poujadiste.

Autre pas de bol, le CIRQUE PINDER s'est installé sur la place de la République, totalement occupée. Rien à dire sur le principe, mais avec le Multiplex, mettre un cirque en centre ville ne sera plus possible, pareil pour les concerts, les foires à la bagnole d'occase et j'en passe.

La pagaille fut totale mardi en ville, avec deux mamies au tapis, du mobilier urbain un peu secoué par les gros namions, des livraisons de commerces impossibles. Comme l'outrecuidance est la règle de cette municipalité, les placiers n'ont pas pris la peine de prévenir les riverains et commerçants, même le marchand de légumes a été prié de dégager. Des mal élevés.

Mais cela donne une idée de la réalité quotidienne du centre ville si le Multiplex se trouve là, avec 250 places en moins (car le silo j'y crois pas) et donc un stationnement quasi impossible : c'est du -20 à -40%. Les fans de Multiplex commencent à virer de bord.

Ce que je n'arrive pas à comprendre, ce sont ceux qui disent que cela "fera de l'animation" alors que le cinoche, ça commence à 19h et que c'est à cette heure là qu'ils ferment. Un peu bornés parfois les loustics.

Quant aux riverains, vive les deuxièmes séances qui se terminent à une heure du mat, avec le lot habituel de braillements, de claquements de portières et de démarrage vrombissant du 4x4 de bas de gamme asiatique, meilleur rapport arrogance/prix. En plus, ça va déplacer le marché de la drogue.

Quant au marché, Firmin, comme un authentique pilier de bistrot de café du commerce, balaye les inconvénients du revers de la main : les camelots autour de la médiathèque dégagent Place Mitterrand (et donc le stationnement sera supprimé devant le Français), et les forains se démerdent pour garer leurs véhicules comme ils peuvent. Vont voter avec leur pieds et plus venir.

Même l'Eveil, après son article de la semaine dernière, s'est senti un peu obligé de publier les propos de ceux qui ne sont pas d'accord, dont ses futurs voisins du 31 place de la République (locaux du Pays d'Auge). 

Dans la jungle, terrible le jungle, le lion est mort ce soir...

 

 

 

 

 

 

COUP DE FORCE FOIREUX

 

 

MAJ 10.10  : Le conseil du mardi 09.10.2012 a été très chaud. Pour faire passer en force son projet délirant de Multiplex sur la place de la République, Firmin a choisi la méthode Bonapartiste comme d'hab, en glissant dans le fatras de 110 "décisions du maire", une n°252, encore une étude, pour la modique somme de 76815€ TTC, pour une mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour la cession "d'un terrain" de la Place de la République, en fait le tiers de celle-ci.

Je rappellerais, comme je l'ai répété à plusieurs reprises, que je n'ai rien contre un Multiplex en centre ville, mais pas sur la place et surtout pas de mélange des genres public-privé, car la fine équipe de pieds nickelés de la mairie a tout raté dans ce domaine.

Ce coup de force a été qualifié de "provocation" et "inadmissible" par l'opposition, qui a aussi fait remarquer que la campagne de pub intense dans les publications municipales visait à faire croire que tous les citoyens de Lisieux étaient d'accord, y compris les institutionnels (CCI, Cap Lisieux...), alors que c'est un "bobard".

Manifestement, Nanard considère que son service juridique n'est pas à la hauteur pour mener à bien cette histoire dans les règles, à moins que le Cabinet RICHER et Associés soit spécialisé dans les tours de passe-passe juridiques pour contourner enquêtes publiques et mises en concurrence, afin que le Multiplex soit bien attribué au "nouveau pote à Nanard cinéphile", de préférence à un prix défiant toute concurrence.

Puisque c'est comme ça, l'information réelle des riverains, commerçants ou non, et de l'ensemble des Lexoviens, pour qui le risque de destruction du centre ville est maintenant une certitude, va démarrer maintenant. Philippe Vacher, a assuré que cette forfaiture faisait consensus, on en reparle dans quinze jours.

Le marché, plusieurs fois centenaire, est condamné à mort, pour commencer. Or ce marché, lien social essentiel à la vie du Pays d'Auge, est ce qui nous distingue des banlieues surpeuplées. Le stationnement gratuit, c'est fini aussi, comme la fête foraine, les concerts, et le commerce lui même, qui est hyper-dépendant du stationnement. Quant à la nuit, car le cinoche ça démarre à 19h, c'est boucan, aimant à délinquance et tutti quanti. Il faut quand même rappeler que le bistrot de la rue au Char en est à son x-ième propriétaire et que tout est fermé place Victor Hugo le soir. A suivre donc, car si pour le moment il n'y a pas de recours au tribunal administratif possible (sauf erreur), il faudra être vigilant sur les magouilles suivantes.

Rappelons aussi qu'Aubril et sa bande des cinq ont échoué dans beaucoup de projets depuis 11 ans : Wonder, "casernes" Leclerc, lotissement de chiotte de La Folletière, Hauts de Glos, Ellipse, et même l'ANRU des quartiers nord avec la déportation de 2000 personnes parties de Lisieux au minimum, malgré une inauguration tapageuse et ruineuse la semaine dernière.

 

 

 

MULTIPLEX, L'ARTICLE COMPLET

 

 

MAJ 21.09 :  Mon Nanard, après avoir continué la politique d'Yvette Roudy de favoriser les zones d'activités périphériques, s'aperçoit que le centre ville actuel n'a pas bougé depuis 15 ans.

On notera qu'il a mis 12 ans pour obtenir du conseil général dont il est vice-président une réhabilitation du Tribunal, c'est joli mais vide, que les Hauts de Glos sont totalement vides, un désastre économique, un gaspillage de terres agricoles et de l'argent des contribuables, que le site Wonder est vide et vandalisé, avec un toit déjà très dégradé (qui doit être payé par la ville).

Seule satisfaction : le projet Ellipse, qui aurait porté un coup mortel au commerce de centre ville, est lui aussi mort-né, emporté dans le gouffre financier.
A un an et demi de la fin de son mandat, il nous engage dans un projet rocambolesque d'implantation d'un Multiplex place de la République, alors qu'il faut au moins trois ans pour traiter un tel dossier avant de démarrer la construction. Quand on est certain de ne pas être réélu, ce n'est pas vraiment sympa de plomber les suivants avec un tel "bâton merdeux".

Il a organisé des réunions d'information sur l'étude Centre Ville, alors que les invités n'avaient aucun document, en particulier l'étude Cap Terre. Bref du pipeau. Il essaye de faire croire que tout le monde est d'accord. Bravo l'esbroufe, mais personne n'est dupe.

Examinons sérieusement les choses :

-- Réaliser un Multiplex est une opération privée, l'investisseur se débrouille. Certes la ville peut faciliter... mais le mélange des genres est néfaste, on le voit bien dans le dossier Wonder où la ville a sauvé la peau du promoteur en demandant gentiment à un organisme HLM de racheter un bâtiment des Terrasses de la Basilique, toujours pas terminé.

-- On parle déjà d'un rachat par la communauté de communes d'un des cinémas pour faire une salle de concert, ce qui revient à financer indirectement le projet.

-- Il faut déclasser l'espace public - en fait un tiers de la place de la République - et donc diligenter une enquête publique.

-- Il faudra passer par la case fouille des monuments historiques, un an minimum, et si on trouve quelque chose d'intéressant, on fait comment ?

-- La place est le résultat du bombardement, on peut avoir des surprises pétaradantes.

-- Nous avons la chance de disposer d'une grande place en centre ville avec du stationnement mixte gratuit/payant, conservons la précieusement. Le très mauvais exemple de la place Bérat est un précédent significatif d'un bricolage peu reluisant.

-- On nous dit qu'il y aura un parking silo (payant) pour remplacer les places (gratuites), encore faut-il trouver un investisseur du BTP, vu le contexte économique, les candidats ne vont pas se bousculer.

-- Les petits arrangements entre copains ne sont pas de mise, ce projet doit être ouvert à la concurrence. Reste à savoir sur qui on tombe, un deuxième Bitar ?

-- Le gros danger avec Aubril, c'est qu'il saucissonne le dossier pour mettre la municipalité suivante devant le fait accompli. C'est le contribuable qui payera le gaspillage.

-- Autre risque : que le parking silo passe à la trappe (cela peut s'organiser d'avance), et on va se retrouver avec 150 places en moins, et un cube en tôle ondulé en prime.

-- Un enquête réalisée par CAP LISIEUX démontre que les commerçants sont dubitatifs, et par contre franchement hostiles s'il y a une galerie marchande et de la restauration rapide. Or les Multiplex déjà construits par l'investisseur en ont. Les clients du cinéma vont rester en vase clos et n'irrigueront pas les autres commerces, ce phénomène est bien connu.

-- Que fait-on pendant les trois ans de travaux ?

-- Que faire de la fête foraine et ses gros bras coriaces, veut-on couler le marché qui permet aux agriculteur locaux d'écouler leurs produits, ne plus pouvoir organiser de concerts ou de spectacles de cirque ?

-- La technologie va très vite, nous sommes câblés, le marché du cinéma peut connaître des bouleversements imprévisibles (par exemple de grands écrans dans les cafés).

-- Partir sur 1200 places à Lisieux, ville pauvre, avec 800 spectateurs PAR JOUR, soit 300 véhicules me paraît complètement délirant vu la fréquentation actuelle.

-- A 25mn en train (gare LNPN de Lisieux rénovée), pour un coût modique, plusieurs salles de cinéma seront intégrées aux Rives de l'Orne, à 100m des quais de la gare de Caen. C'est la SHEMA qui gère ce projet, comme les Hauts de Glos ! Mais là, ils ont tout vendu !

Restons en là, ça suffit déjà.

Bref, c'est de la folie, une utopie, un délire d'un personnage qui a démontré par ses échecs successifs qu'il ne comprenait rien ni aux entreprises (PLYSOROL...) ni au commerce, normal après avoir passé trente ans au chaud dans une salle de classe d'une école primaire du Mammouth dans une ambiance Bizounours.

Je suis donc farouchement opposé à ce projet.

Quelle est votre opinion, cher lecteur ?

 

 

 

 

 

ETUDE CENTRE VILLE

 

MAJ  07.07 : L'ECHO JOLI publie cette étude qui a coûté 100000€ au contribuable (comme d'hab, ordre chronologique inverse)

 

 

La municipalité en général et sa bande des cinq en particulier s'en ramassent encore plein la musette avec le texte ci-dessous. Les phosphorants de Cap Terre ont oublié un détail, le maire est également président de la CCLPA. Mais il est aussi mauvais dans les deux registres, qui lui permettent d'émarger à 12000€ par mois quand même. Dans le privé un tel branleur serait viré par son conseil d'administration. D'ailleurs, le magot accumulé est croquignolet, et pourrait lui permettre d'investir à titre personnel dans sa bonne ville. Comment ça ça va pas ? Il est pas fou, ah bon ?

Les maires ruraux vont être ravis d'appendre qu'ils devraient cracher au bassinet pour embellir le centre ville. Il faut les comprendre, vu les tendances monarchiques de goût de luxe de la première adjointe, le paysan qui a beaucoup donné aux curés et nobles a de la mémoire, et a résolu le problème en donnant dans le genre régicide.

Le souk de la gestion des déchets est mis à l'index. Le SIDMA a pour président un certain Beaujean, conseiller général d'Orbec, dont le maire vient de se faire souffler dans les bronches sévère par le préfet qui a décidé d'office une augmentation des impôts. Ce canton est une pépinière de drôles de sires. On retrouve le camarade Beaujean sur la liste aux régionales du camarade Rodolphe THOMAS. Echec total, normal avec des tocards de cet acabit.

 

 

 

 

L'offre est "quasi complète" selon Cap Terre, alors on se demande ce que vont bien pouvoir dégoter les artistes censés remplir l'avorton Ellipse.

Le mélange intime du commerce, des services (professions libérales, banques...), des administrations (poste, justice, hôpital, impôts, mairie, CCAS...), dans un espace correspondant aux distances acceptables par le piéton 21° siècle (400m de rayon) est une caractéristique d'une Sous-Préfecture.

C'est ce qui rend notre vie si pratique et agréable sans que l'on s'en rende compte, par rapport à la galère des grandes villes.

Il faut donc veiller à ne pas disperser et délocaliser, or c'est ce que fait la municipalité en place : justice à Wonder, impôts rue Rose Harel, commerce à l'Ellipse, crèche au Diable Vauvert etc...

Quant aux initiatives en faveur du développement économique, rigolons, en matière de tourisme le plantage est complet, et les bâtons dans les roues du commerce,  insidieux, comme la fermeture de la place de la République le samedi et la villégiature d'un mois en centre ville des forains, ne manquent pas.

 

 

 

Les délocalisations ont bien été pointées du doigt par Cap Terre, qui jette un pavé dans le marigot du maire, sans oublier de présenter sa facture.

J'aime bien le dialogue limité, quant on connaît les capacités relationnelles de notre Ariane préférée avec CAP LISIEUX.

Quant à l'absence d'animation urbaine le soir et le week end, c'est un grave défaut de notre ville, et pourtant il y a des solutions, mais on se réserve ça pour la campagne de 2014.

On notera aussi que les crânes d'oeuf du cabinet ont bien vu qu'il y avait des surfaces considérables de "friches industrielles" en centre-ville, mais aussi en périphérie, mais difficiles à adapter (garages Jonquart et la suite, Agrial, DDE, Rue Rose Harel, ex-usine Knorr (Bd Gal Leclerc), Castre).

 

 

On commence par enfoncer des portes ouvertes :

 

 

 

 

 

 

 

MAJ : 06.02 : Nul doute que ce projet de CON-PLEX sorti du chapeau de prestidigitateur de Firmin, tel un lapin de la garenne réchappé d'un cirque, fera l'objet d'une discussion à bâtons rompus "hors ordre du jour" au conseil municipal de demain.

C'est en effet difficile à digérer pour l'opposition et les conseillers de la majorité un tant soit peu soucieux de ne pas gaspiller les deniers publics de se voir mettre devant le fait accompli, par le fait du prince.

A quoi sert-il en effet de commander une étude sur le centre ville à un cabinet spécialisé (Cap Terre), pour la modique somme de 98000€ aux dernières nouvelles (on saura demain la chiffre réel), si celui qui l'a commandé jette un pavé dans la mare, la torpille, avant que les résultats des intellos de la prospective ne soient pondus ? Car les résultats de ce serpent d'eau douce sont pour... juin.

C'est n'importe quoi.

A moins que Firmin et sa bande des cinq ne soient déjà au courant ou aient tout simplement ordonné au cabinet, oralement ça va de soi, de conclure en disant que le maire a eu une idée géniale, style Touques de la pensée. On ne refuse rien à un comique capable d'attendre deux ans une étude à 98 plaques.

Et ce colifichet auquel se raccroche Nanard ne résoud pas le problème des bâtiments vides de la place Mitterrand.

Citoyen, citoyen conseiller municipal, ce mec se fout de ta gueule.

 

MAJ : 03.02 : La dernière marotte de Firmin, en forme d'écran de fumée pour masquer ses échecs précédents, c'est de faire en ville un MULTIPLEX, une sorte de grosse surfiasse du grand écran, avec galerie marchande éventuelle et évidemment du graillon rapide, plus c'est gras et sucré plus ça plaît aux gosses et moins gosses.

L'image parue à la une du Pays d'Auge du 24 janvier est un lapsus significatif : c'est le Bar Restaurant ENTRACTE et la Pataterie qui comptent.

Cela fait longtemps que le boss des deux cinémas de Lisieux, il est vrai un peu obsolètes, mais ça a son charme, pleure dans le gilet rayé à Firmin pour se faire payer son joujou. Le camarade Jean-Fabrice Reynaud n'est pas franchement dans la misère puisqu'il possède plusieurs dizaines de salles aussi obscures que ses intentions sont claires : faire raquer le contribuable comme à Alençon ou Saint Lô.

Désolé, pas d'accord, le privé, c'est le privé, surtout sous bientôt ex-Sarko.

Une garantie d'emprunt me paraîtrait déjà largement suffisante.

La bête ferait 5000m2, pas facile à trouver sous le pied d'un valet (de pied), avec il va de soi parking à côté, s'il est public et s'il existe déjà, c'est toujours ça de gagné.

Comme la culture dépend de la CCLPA, c'est le sous-président Auzoux qui va s'y coller, vu les brillants résultats à l'école de musique et dans le coup tordu du musée, ça promet. N'oublions pas que Firmin, les projets grandioses, c'est pas son truc, vu que Wonder est toujours vide.

Je ne dis pas que c'est un mauvais projet, il y a probablement de l'évasion sur Caen, mais cela plombe d'office un autre besoin patent à Lisieux : le manque d'une salle de spectacle digne de ce nom, genre LA LOCO de Mézidon ou le CARGÖ à Caen.

Remarquez, une salle de cinéma bien étudiée peut rapidement se transformer en salle de spectacle, il suffit de prévoir un écran mobile, le reste y est déjà, sono, ouvreuses en mini-jupe, bonbons caramels esquimaux chocolat et les fauteuils à casser. En plus, on peut adapter la taille de la salle à l'artiste, la grande pour Patricia Kass et Patrick Sébastien, une petite pour les Jazeux.

Comme une telle salle ne peut être réalisée que sur financement public, si on peut fusionner les deux, ça peut justifier quelques arrangement financiers en arrière cuisine.

 

 

 

 

CENTRE VILLE : COMMENT LE TUER

 

MAJ  18.04 : A deux ans de la fin de son mandat, la municipalité et surtout sa bande des cinq, se lance dans une aventure pour le moins périlleuse, s'occuper un peu du centre ville.

A la fois pour se rendre intéressant, pour faire oublier le cuisant échec des Hauts de Glos, où des millions d'€ ont été jetés par la fenêtre, sans qu'une seule entreprise s'installe (L'entreprise de peinture LAINE a déjà un dépôt et des bureaux en ville (rue Desperriers), c'est un simple déplacement).

En 10 ans de mandat, pas un sous n'a été investi en ville, qui est resté dans l'état où l'avait laissé Yvette Roudy et son hystérie maladive anti-voiture.

Ce sujet hérite donc d'une PAGE SPECIFIQUE (voir "Centre Ville"), car on n'a pas fini.

Prochain épisode, 15h lundi à la mairie, où seront reçus les commerçants. Vu le flou artistique, les erreurs, les imprécisions de l'étude de Cap Terre, que nous ne pouvons publier car ce document n'a pas encore été rendu public, votre plumitif a déjà une bonne bordée de questions à poser.

 

 

MAJ  18.04 : Photo suivante, 16h30, après le concert de DAS KAPF à la médiathèque. On remballe, mais les barrières

sont toujours là. C'est complètement aberrant, mais c'est du Aubril et du "Gros Blaireau" réunis, ou alors ils sont incapables de maîtriser leurs placiers.

 

MAJ  17.04 : Photo suivante, prise à 14h56 le samedi 3 mars. Un marchand de fripes et un fleuriste bloquent la rue des Mathurins et la place de la République et donnent l'impression aux clients que la ville est fermée.

On apprend pas ce genre de subtilité en faisant la classe bien au chaud dans les pantouflages du mammouth.

 

MAJ  17.04 : Photo prise à 14h56 le samedi 3 mars, il reste même de la place sur le parking gratuit.

 

MAJ  11.04 : La présentation à la mairie mardi 3 avril au CA de CAP LISIEUX l'association des commerçants s'est déroulé plutôt calmement.

Il faut dire que votre gratte papier préféré, peut passer instantanément de la vindicte populaire style La Méluche, à l'exposé serein clair et concis, sans notes et sans lapsus.

Si le "PETIT TRIANON" de la marquise (la maison du Pays d'Auge) est très nettement à revoir, la réalisation d'un Multiplex, n'est pas forcément une mauvaise idée, d'autant plus que "l'investisseur" aurait l'intention de prévoir un "silo" de parkings, pour 450 places, au lieu de 120 actuellement sur l'emplacement qu'il convoite.

Je connais mes loustics par coeur, on part avec les intentions les plus vertueuses, et ça s'effiloche vu la facture. Exemple typique, les arbres, on attend toujours ceux qui étaient sur la pub du mouroir Alzheimer sur ce qui reste de la place Bérat. Alors les parking...

Je reste persuadé que l'endroit idéal est la suite des anciens garages (Jonquart, Richard...) au rond point des Droits Humains de la Yvette (Bd Ste Anne). Le parking (du gaz) existe déjà, on ne consomme pas notre belle place de la République, rarissime dans les villes de notre taille, et ces bâtiments à démolir sont déjà des verrues inutilisables qu'il faudra bien mettre par terre un jour. Pour les ravalements pas de problèmes, il y a une équipe spécialisée au commissariat.

Nanard a beau dire que l'investisseur a décidé que ce serait place de la République, faudrait quand même demander leur avis aux Lexoviens, puisque ce terrain du domaine public appartient à tous les citoyens. Voilà un excellent exemple de référendum d'initiative populaire, qui ne sera que consultatif, il est vrai.

Autre donnée, le temps que ça se décante, que cela démarre véritablement, que les monuments historiques fassent leur fouilles, et que les démineurs désamorcent les projectiles divers et variés non explosés, c'est la municipalité suivante qui va hériter du dossier.

Cela fait plusieurs années que l'Echo Joli dénonce la fermeture stupide du centre ville, n'ayons pas peur des mots, par un connard de fripier qui barre l'accès à la place de la République, le samedi après midi. Cela ne peut se faire qu'avec la faiblesse coupable du maire et p'tèt ben que oui, ptèt bin qu'non des combines avec le service de place.

 

 

MAJ  17.04 : A deux ans de la fin de son mandat, la municipalité et surtout sa bande des cinq, se lance dans une aventure pour le moins périlleuse, s'occuper un peu du centre ville.

A la fois pour se rendre intéressant, pour faire oublier le cuisant échec des Hauts de Glos, où des millions d'€ ont été jetés par la fenêtre, sans qu'une seule entreprise s'installe (L'entreprise de peinture LAINE a déjà un dépôt et des bureaux en ville (rue Desperriers), c'est un simple déplacement).

En 10 ans de mandat, pas un sous n'a été investi en ville, qui est resté dans l'état où l'avait laissé Yvette Roudy et son hystérie maladive anti-voiture.

 

MAJ  03.04 : Les petites souris de l'Echo Joli ont bien l'ouïe fine, c'est bien un MULTIPLEX place de la République et le Petit Trianon de la Marquise du Chignon des Orangers de la Cour de la Mairie, en l'occurrence une "Maison du Pays d'Auge", dans l'ancien Tribunal.

Pour compenser les places de parking perdues (près de 200), on va avoir droit à un "parking silo", un bazar en béton, qui, trop cher et trop moche, ne sera jamais construit.

Je délire ? Pas vraiment, Môsieur de la Brochette de Particules et le Gros Blaireau, ont bien bouffé la totalité de la place Bérat entre le mouroir Alzheimer (l'EPHAD) et l'ALDI.

C'est inadmissible de consommer ainsi la dernière grande place de centre ville.

C'est la guerre. Et là, je suis dans mon élément.

Demain matin, réunion à 8h30 à la mairie avec une minette qui remplace sa chef à 2571€ la réunion, on est grugés sur ce coup.

Firmin, qui est en train de virer sa cuti, puisqu'il embrasse comme du bon pain les chanteur Corses, va se retrouver devant le CA de CAP LISIEUX.

S'il a deux "pions" dans la place, les autres ne vont pas en penser moins;

On vous racontera.

 

BRÈVES DE COMPTOIR SUR CE SUJET

 

 

Pour les vieilles brèves, c'est par ici

 

CENTRE VILLE

 

MAJ 02.04 : Votre gribouilleux également membre du CA de CAP LISIEUX va pouvoir vous raconter demain les élucubrations de CAP TERRE pour le centre ville, par la bouche de la dame qui est payée 2571€ par réunion. Un sinécure je vous dis.

On consulte les LEXOVIENS quand ?

 

 

 

ARDOISE CAP TERRE (suite)

 

MAJ 29.03 : Le chiffre de 2571€ a été cité pour le coût de la venue de la grande chef de CAP TERRE, mais l'ardoise est bien de 8000€ en tout. En plus si cette dame est grande, blonde, aux yeux bleus, nul doute qu'elle soit invitée en tête à tête, dans l'une des bonnes tables du coin, pour un dîner fin aux chandelles. Vu le prix des menus, va falloir compter 2000€ de plus mini, mais c'est nous qu'on paye aussi.

MAJ 22.03 : Le cabinet qui a bien fait comme la bande des cinq a dit pour le centre ville va présenter ses élucubrations aux élus et à d'autres collèges.

Comme si 98000€ ne suffisaient pas, ces sauteries vont coûter la bagatelle de 8073€.

On aurait pu économiser en logeant le staff dans une caravane, puisque l'endroit est sûr et gardienné.

 

 

 

LES NOTAIRES ET LA BdF

 

MAJ 25.03 : Il circule un bouteillon dans les "dîners en ville" qui terrorisent tant Dédé de Défaite, qu'une bande de notaires sont sur le coup pour racheter le bâtiment de la BdF.

Etant donné l'épaisseur des murs et le fait que les coffres sont intacts, c'est pain béni, discret, inaccessible au fisc.

Mais on a encore entendu parler d'une superette en conseil.

Mais c'est bien connu, les Notaires ne font pas d'épicerie, ni encore moins boucherie halal.

Adieu musée...

 

 

 

 

 

Pour les vieilles brèves, c'est par ici

 

 

 

 

LE PETIT TRIANON DE LA MARQUISE

 

(ou la Maison du Pays d'Auge, suite)

 

 Le valet de la marquise du Chignon des Orangers de la Cour de la Mairie présentant la maquette de la future maison du Pays d'Auge

 

MAJ  19.03 : Après le souper, on s'est mis à jouer et je me suis placée auprès de ma mère et de sa parente, la conversation se déroulant, nous en vînmes cette parente et moi à causer peinture. Je fus surprise de trouver en mon interlocutrice un guide des plus assuré en cet art et devant sa connaissance je me suis enhardie à lui parler de votre tableau que, figurez-vous, elle connaissait fort bien.

Je ne puis résister plus avant au plaisir de vous livrer ses impressions sur cette oeuvre. Mon Dieu que nous voilà donc en galante compagnie, devrais-je m'écrier devant ce si charmant tableau car il s'agit là de notre ami, Jeanne Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour recevant des mains de Monsieur de Marigny Directeur général des Bâtiments, Arts, Jardins et Manufactures du Roi la maquette d'un de ses nouveaux et constants caprices dont elle sait avoir le plus grand des secrets et auxquels Louis notre Roi bien aimé, ne sait toujours y faire résistance.

Le Marquis de .....qui était des nôtres et qui ne perd pas l'occasion de dire une méchanceté, nous assurait hier, que toute la Cour de Versailles appelait Madame de Pompadour " la Marquise des Plaisirs ". D.A

 

 

MAJ  19.03 : La peinture que vous avez eu la grâce de publier en votre gazette ayant excité ma curiosité, que vous savez ô combien si grande, que tous les Etats du Royaume n'y pourraient suffire à la contenter, m'a poussé quelle que peu empressée à mieux la connaître. Etant de souper comme vous le saviez avant-hier, souper ou je me suis fort ennuyée, une femme parente et amie de ma mère devant ma mine quelle peu attristée paraît avoir pris tout de suite de l'amitié pour 
moi et c'est la seule des convives présents qui m'ait parlé dans la soirée.

Après le souper, on s'est mis à jouer et je me suis placée auprès de ma mère et de sa parente, la conversation se déroulant, nous en vînmes cette parente et moi à causer peinture. Je fus surprise de trouver en mon interlocutrice un guide des plus assuré en cet art et devant sa connaissance je me suis enhardie à lui parler de votre tableau que, figurez-vous, elle connaissait fort bien.

Je ne puis résister plus avant au plaisir de vous livrer ses impressions sur cette oeuvre. Mon Dieu que nous voilà donc en galante compagnie, devrais-je m'écrier devant ce si charmant tableau car il s'agit là de notre ami, Jeanne Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour recevant des mains de Monsieur de Marigny Directeur général des Bâtiments, Arts, Jardins et Manufactures du Roi la maquette d'un de ses nouveaux et constants caprices dont elle sait avoir le plus grand des secrets et auxquels Louis notre Roi bien aimé, ne sait toujours y faire résistance.

Le Marquis de .....qui était des nôtres et qui ne perd pas l'occasion de dire une méchanceté, nous assurait hier, que toute la Cour de Versailles appelait Madame de Pompadour " la Marquise des Plaisirs ". D.A
.

 

MAJ  09.03 : La source est fiable, aussi l'ECHO JOLI peut se permettre de se lancer sur ce scoop, qui va faire désordre en ville, car demain la téloche (FR3) se pointe place de la République pour faire "proche des gens". En fait il n'y aura que le beau linge pour causer dans le poste, Nanard, Clotilde, quelques patrons qui n'ont pas encore déposé leur bilan pour faire joli.

Il est donc confirmé que ça s'est accroché sec avec le cabinet Cap Terre au sujet de l'aménagement du centre ville. Ce cabinet a largement glandouillé, mais était manifestement en mal d'inspiration ou alors ce qu'il proposait ne collait pas avec la gloriole de Firmin.

Qu'à cela ne tienne, Cap Terre a reçu "des fiches", son rôle se bornant dès lors à mettre en forme les délires du maire et de son brain trust chargé de l'urbanisme (tous de la bande des cinq). Quand tu touches 98000€ pour simplement recopier ce qu'on te dit de mettre dans ton étude, tu fermes ta gueule et tu abrèges.

Pas certain que ce soit du goût de la chambre régionale des comptes, car ça pue la facture de complaisance.

Si Cap Terre a des éclaircissements à apporter aux lecteurs de l'Echo Joli, ces pages internet sont bien entendu à sa disposition.

Deux "fiches" vont retenir l'attention, celle sur le Multiplex, la nouvelle marotte et je vous le donne en mille, c'est un scoop, le projet de Mme la Marquise du Chignon des Orangers de la Cour de la Mairie, à savoir une "Maison du Pays d'Auge" dans les anciens locaux du Tribunal place Mitterrand, en cours de réfection.

On s'étonne après qu'ils insistent autant pour le musée : à la CCLPA le musée poussiéreux et désert, à la ville la "Maison du Pays d'Auge", futur joujou de luxe, tout à fait du même acabit que le Petit Trianon de Versailles.

La vipère à Chignon finirait ainsi en beauté ses mandats, et à côté des rideaux de luxe de la mairie, et des orangers de sa cour, c'est encore plus classe, ça pète carrément la frime.

Une sorte de bâton de Maréchal nous voilà.

Quant au MULTIPLEX, après avoir renoncé au garage Citroën (avenue de Paris), trop enclavé, on se dirige tout droit vers l'amputation de la moitié de la place de la République. Si, si, des fous...

A suivre évidemment.