Journal satirique et écologique du Pays d'Auge, paraissant quand il a le temps

Téléphone : 02.31.31.39.06  Télécopie : 02.31.62.34.18  Adresse postale : BP 21039 - 3, rue Marie Curie - 14101 LISIEUX CEDEX

        

Messagerie : echo.joli@wanadoo.fr 

 

Accueil Liens

 

 

LA BANDE DES CINQ

 

SORT DE SA TANIÈRE

 

MISE À JOUR DU 18.04.2013

 

ENFIN ! LA TR.. ZUT TÊTE, A TESNIÈRE

 

 

MAJ 06.01  : Damned, une photo de TESNIERE, épouse GODERAUX (c'est lui qui le dit), celle qui avait été traumatisée au point que la Cour d'Appel lui a accordé magiquement des dommages et intérêts au civil (au pénal votre serviteur est blanc comme neige), pour calmer son spleen d'avoir été traitée de potiche, ce qu'elle avait déclarée elle même. La voilà qui s'exhibe de manière indécente, collée affectueusement à la brioche avantageuse de notre petit argentier dans la débine suite à la perte de 10% de la population. Gilbert fait gaffe, tu vas t'y retrouver encore une fois. En tous cas c'était du cinoche. Les juges se seraient-ils fait berner par ses pleurnicheries et des interventions occultes ?

Aubril a un problème avec facebook (d'où vient cette photo d'une partie de galette, dont on saura peut-être un jour si elle a été payée par le contribuable), il ne fait pas gaffe. Ou alors si c'est son service de communication, c'est pas maîtrisé, si j'ose dire.

Remarquons l'attitude généreuse de notre chère adjointe à la jeunesse, qui vient juste de revenir des toilettes, pour faire remarquer sa démarche chaloupée du valseur. Très câline cocotte avec son Kaa. La concurrence est rude ! 

 

 

 

 

SCOOP ! TESNIÈRE VA CAUSER

 

LE DOSSIER COMPLET c'est par ici

 

MAJ 21.03.2013 :  La bande des cinq, dont Aubril et le mari marri Godereaux ont bien senti que laisser la conseillère Tesnière muette comme une carpe n'était plus tenable vis à vis des électrices, car même les petites mamies subjuguées du centre ville, voire les bonnes soeurs du Carmel, ont un zeste de solidarité foufounettiste, pardon d'égalitarisme forcené homme/femme. Taubira veille, bien qu'elle ait en quelque sorte rétabli la peine de mort devant la sortie des Baumettes.

Il fallait donc que la conseillère TESNIERE ouvre son clapet d'une manière ou d'une autre pour justifier sa qualité de représentante légitime des Lexoviens, on sait jamais ce qui peut se produire lors d'un pourvoi en cassation. Faudrait pas non plus prendre les juges pour des cons.

 

Ce sera chose faite avec son intervention programmée dans un des dossiers du conseil municipal :

 

 

Mme TESNIERE va nous lire mot à mot comme à l'école de Moyaux, le paradis des ânes, sous la menace de Dorothée, la délibération.

L'ECHO JOLI ose espérer que la presse papier et ses brillants et très indépendants journalistes d'investigation sauront immortaliser sur la pellicule ce grand moment de démocratie. Non seulement on va entendre pour la première fois le son impénétrable de sa voix, mais en plus voir sa bobine dans le journal.

On remarque qu'elle est coincée entre Philippe VACHER, alias 'La Flèche", depuis qu'il a utilisé comme symbole phallique sur ses tracts une flèche de cathédrale au grand dim-dam-dom de Monsignore Lagoutte, et Jean Pierre GOSSELIN, alias "le grand matou", pas encore viré bien que ce soir il sera décidé en AG de CAP LISIEUX d'ester en justice contre l'Ellipse à Zinzin. En d'autres temps, Gosselin et Tesnière eussent été émasculés ou excisés (symboliquement) comme la plupart des femmes qui ont résisté peu ou prou au maître Aubril.

Le problème est que Aubril ne peut même plus virer sauvagement  GOSSELIN et l'encombrante TESNIERE, sous peine de se retrouver en minorité un jour ou l'autre sur un dossier chaud où il joue une tête qui est presque sur le billot. Pour un autocrate Bonapartiste bon teint et sa vipère à chignon ça doit être l'horreur.

C'est le moment de poser la question en direct live à la conseillère TESNIERE de savoir si les dommages et intérêts, payés par un innocent avéré, qui lui ont été attribués par la Cour d'Appel, iront bien à la Croix Rouge, s'ils sont payés. Qui va se dévouer ? 

A mon avis, connaissant les loustics, friands d'études dispendieuses, ils l'ont peut être expédiée en stage pour avoir la motivation d'être projetée dans l'arène telle une Chrétienne jetée aux lions  :

 

 

 

 

 

 

 

 

MAJ 20.03 : Se pose tout de même la question d'un pourvoi en cassation.

En effet, la Cour ne peut que s'incliner devant la jurisprudence Européenne (c'est un des principes fondateur de l'Europe). Le recours contre Sarko, c'était pour une amende de 30€...

J'attend la signification d'un jugement que je n'ai toujours pas, pour prendre une décision, car en effet il y a un coût.

Admettons 2000€, puisque le dossier à ce stade est d'une simplicité biblique. Mais une partie est remboursée, et en cassant le jugement civil de la Cour d'Appel de Caen, non seulement j'échappe à 1200€ de dommages et intérêts, mais en plus je peux me retourner contre Mme Tesnière épouse Godereaux.

Et là, l'addition sera sévère.

Une petite négociation peut-être avant d'en venir aux mains ?

En plus, cette histoire va empoisonner la vie du Firmin des Marquises, qui n'avait pas besoin de ça avec les dossiers explosifs dont il a lui même allumé la mèche (Multiplex, Ellipse, Crématorium).

 

 

 

 

MAJ 18.03 : La Cour de Justice Européenne fait une bonne farce --mais un peu tard-- à la Justice Française, en entérinant le droit de se payer la tronche des zélus, fussent-ils Président de la République et a fortiori simple conseillère municipale obéissante.

Bref, si tu veux pas te faire foutre de ta tronche tu retournes à tes fourneaux.

Démission ! Démission !

 

 

Désolé les filles, mais je sens que vous allez vous brosser pour votre don par Tesnière, en effet, la Cour Européenne de Justice me donne a posteriori raison, y compris pour le civil. 

J'attend donc de pied ferme l'huissier qui va me signifier le jugement (seuls les gribouilleux pro l'ont pour le moment !).

Maintenant est-il opportun pour mon adversaire de s'enfoncer un peu plus dans la déprime en cherchant à recouvrer ?

Ce serait passer pour vulgaire grippe-sous. Démission ! Démission ! En plus, elle devient un gros problème à gérer pour Nanard.

A un an des municipales, c'est pas bon. D'accord, le Grand Maître de l'Ordre des panneaux solaires, usé, furax et vieilli est un vieux compagnon godillot, mais Nanard sait être cruel et sauvage et sortir les griffes de sa vipère à chignon quand ses intérêts vitaux sont en jeu, ce qui est le cas.

Il y en a eu à l'école de musique qui l'ont appris à leur dépends.

 

 

 

 

D'UN TRÈS HONORABLE CORRESPONDANT

 

MAJ 15.03 : Il y a eu deux procès en un, le civil s' est greffé sur le pénal.

Votre dossier a été séparé en deux, une partie pénale pour vous punir d' avoir été vilain, une partie civile pour réparer l'horrible traumatisme moral que vous auriez causé (la plaignante s' est constituée partie civile).

La cour d' appel au pénal n' a pas retenu de méchancetés et vous a relaxé.

La cour d' appel au civil vous a condamné à la réparation morale du préjudice qu'aurait subit la plaignante.

C' est ambigu, mais vous n' avez pas été condamné, seul le pénal condamne.

Maintenant, vous pouvez contester et vous pourvoir en cassation, pour si peu, est-ce que cela en vaut la chandelle sachant qu' en cassation, les avocats spécialisés sont onéreux, votre avocat devra prendre un correspondant agréé à la Cour de Cassation ?

Pour saisir la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH), votre pourvoi doit être rejeté par la Cour de Cassation.

Je vous conseille d' en rester là, le jugement de la CEDH fera jurisprudence, la CEDH ayant la primauté sur le droit français.

C'est plutôt bon et à l' avenir (N.D.L.R. donc à partir de maintenant), les avocats pourront brandir cette jurisprudence, les juges Français devront avoir dans un coin de la tête la position de la CEDH pour juger dans le sens de la CEDH, c' est le but du droit Européen.

 

 

CASSE TOI POV'C....

 

MAJ 14.03 : La célèbre et néanmoins très vulgaire réplique de Sarko au salon de l'agriculture a fait florès sur le net.

Problème, un quidam qui a énervé l'autre agité, en présentant une pancarte avec ces propos, a été collé au Tribunal pour insulte au chef de l'Etat.

C'est remonté jusqu'à la Cour de Justice Européenne, qui a dégommé la Justice Française en estimant qu'à partir du moment où on est élu on s'expose à l'humour et à la satyre.

Bref, ces braves juges Européens ne sont pas vraiment du même avis que ceux de la Cour d'Appel de Caen.

Qui devraient normalement s'incliner et faire auprès de moi amende honorable, et envoyer aux pelotes la conseillère municipale TESNIERE, qui, rien qu'en obéissant à Aubril pour accepter son poste, prête le flanc, si j'ose dire, aux plaisanteries satiriques de ce site.

Avec la conseillère municipale Tesnière on est exactement dans ce cas de figure, je sens que je vais faire un bras d'honneur à un huissier. Si c'est une dame, je resterai dans les limites de la bienséance, je veux pas d'embrouille avec les vieilles militantes décrépites du MLF ou les Femens.

Il faut rester poli avec les magistrats qui m'ont fait des misères après m'avoir blanchi. On ne sait jamais, c'est comme dans le chemin de fer un outrage peut en cacher un autre. 

 

 

LA CHASSE A LA PRESSE INTERNET

 

ET A L'HUMOUR EST LANCEE ?

 

 

 

Cliquer sur le bandeau pour accéder au site. Ca chauffe pour la République laïque

 

http://ripostelaique.com/pierre-cassen-et-pascal-hilout-seront-juges-en-appel-le-27-mars-peut-etre.html 

 

Manifestement la chasse à la presse sur internet est lancée (voir ci-dessus), mais aussi aux humoristes. Bedos au secours.

 

Ma condamnation n'est absolument pas un hasard, s'inscrit-elle dans des instructions récentes qui viennent de la ministre Taubira ?

Les Cours d'Appel, peu nombreuses, sont de de surcroît plus faciles à ######### que plusieurs centaines de Tribunaux de première instance. 

A quand les Cantelou, Maillot, Mabille et tous les chansonniers au trou ? Si "trois neurones" est une injure où va-t'on ?

 

 

http://www.leparisien.fr/actualite-people-medias/injures-contre-zidane-l-humoriste-christophe-aleveque-condamne-en-appel-07-03-2013-2623905.php 

 

 

 

 

 

MAJ  07.03.2013 : Rappelons que cette histoire est partie de l'article de OUEST FRANCE ci-dessous. Mme TESNIERE ne voulait pas être prise en photo et disait clairement qu'elle fera ce qu'on lui demande, c'est à dire voter sans discuter et obéir au maire.

Or le rôle d'un élu est de représenter les citoyens et de participer activement à la vie municipale. Pas de faire apparatchik comme au bon vieux temps de l'URSS, ou encore %%%%%% sous la dictature de Napoléon Bonaparte dont Aubril est un fervent admirateur. Vu l'hécatombe qu'a connu cette municipalité, on peut pas dire que c'est la joie et la bonne humeur démocratique qui soit la règle. Non pas Dorothée...

Ce n'est pas cela la République, celles des citoyens libres et égaux, Mme TESNIERE n'a rien à faire dans un conseil municipal.

Qu'elle démissionne, car évidemment, le regard et les "je n'en pense pas moins", voire quelques quolibets des électeurs qui ne comprennent pas vraiment cette décision va peser sur elle. Plus qu'un an, mais ça va être pénible quand même. Fallait y penser avant. 

Si les mots de potiche et soubrette sont des injures, il va falloir réduire la langue française à 2000 mots ou utiliser des %%%%%% ou des #######, au lecteur de deviner en fonction du contexte.

J'ai bien entendu reçu le soutien de plusieurs d'entre vous, soyez en remerciés.

Une d'entre vous a eu une idée marrante : puisque Madame TESNIERE va recevoir des dommages et intérêts, pourquoi ne les donnerait-elle pas à une association caritative plutôt que de partir en vacances avec son mari, un certain GODEREAUX, adjoint aux travaux ?

Chiche, et qu'elle me réponde officiellement et par voie de presse.

J'ai une préférence : la CROIX ROUGE. Et Mme  TESNIERE sait pourquoi.

 

 

 

 

MAJ  07.03.2013 : Je viens d'apprendre par... ma collègue professionnelle de OUEST FRANCE que j'ai été condamné à des dommages et intérêts dans l'affaire TESNIERES.

Rappelons que j'ai été relaxé au pénal par deux fois, y compris par la cour d'appel qui vient de rendre ce jugement.

On notera la précipitation à prévenir la presse, puisque le jugement a été rendu hier et que je ne l'ai même pas !

Obtenir 500€ de dommages et intérêts pour potiche et soubrette, chacun jugera. Car il y a la Justice officielle dont on ne commente pas les décisions et une autre, celle du jugement des citoyens et donc électeurs, qui sont quand même déconcertés. C'est sans doute pour cela que Sarko avait introduit des citoyens dans les Tribunaux pour les peines dépassant cinq ans.  

Ce procès était éminemment politique.

Reste à savoir si la réputation de cette dame qui ne voulait pas être prise en photo et avait déclaré à la presse qu'elle ferait ce qu'on lui dirait de faire en tant que conseillère municipale, muette et obéissante, sort grandie de cette histoire. A mon avis c'est plutôt l'effet inverse. Il lui faut maintenant affronter le jugement des autres, l'oeil qui est dans la tombe...

Pour l'ECHO JOLI, c'est plutôt motivant, me voilà dans la cour des grands de la presse qui se fait condamner pour avoir dit la vérité.

Comme je l'ai indiqué à ma collègue, cette condamnation est le prix à payer pour la liberté d'expression.

Ils voulaient me faire taire.

C'est raté.

Mais évidemment, je suis un type volontaire, je ne vais pas les louper. En prenant quelques précautions de langage. Au lieu de potiche : personne immobile décorative, et au lieu de soubrette : dame qui obéit comme du petit personnel de maison à son maître.

 

 

 

 

 

 

MAJ  17.01.2012 : Afin de faire taire les mauvaises langues qui font courir le bruit que le silence de l'ECHO JOLI serait d'ordre judiciaire, voici la dernière page du jugement de la Cour D'appel, confirmant la relaxe pénale. Nous sommes convoqués lundi 21 pour le volet civil, il y a eu en effet une embrouille technique.

Mon avocat me précise que l'on peut se trouver blanchit, mais dans certains procès, il y a quand même des indemnités.

Cette chère Thémis a décidément des charmes surannés et impénétrables...

Pour les épisodes précédents, c'est par ici.

 

 

 

 

 

MAJ  08.10 : Votre rédac'chef était donc convoqué devant la cour d'Appel de Caen, vendredi cinq octobre. C'est rapide par rapport aux délais normaux des procès en appel, mais il semble que ce soit la règle en matière de "délits de presse".

Rappelons que Mme Tesnière avait fait appel du jugement me relaxant de l'avoir traitée de potiche et soubrette. Automatiquement, Mr le Procureur de la République de Lisieux a lui aussi fait appel dans la foulée.

C'est bien gentil tout ça, mais c'est une matinée de foutue pour le boulot ou pour vous faire rigoler, cela a un coût non négligeable.

Quelle ne fut pas notre surprise avec mon avocat, de constater que ni la plaignante, ni son avocat n'étaient présent.

Cela fait désordre de déranger des magistrats qui ont largement autre chose à faire, surtout vu les exploits des loustics qui sont passés avant moi.

Dans sa grande sagesse, le Procureur Général s'est désisté. Il a fallu plaider quand même, certaines autres personnes manifestant d'ailleurs leur impatience à juste raison.

Bref, la cause est entendue.

Ce n'est pas fini, car il me semble normal maintenant après tout ce pataquès que Mme Tesnière, qui s'est couverte de ridicule, démissionne du conseil municipal où elle n'a plus rien à faire. Son mari, le camarade Godereaux, et sa fille, Isabelle Perrier, adjoint et conseillère devraient aussi en tirer les conclusions qui s'imposent. L'objectif qui était de briser le Népotisme ambiant, de casser la tendance à bidouiller en famille, est atteint.

La citation directe au pénal est une arme à double tranchant, si tu loupes ton coup, la victime peut se retourner contre l'accusateur au civil.

On en est quand même à 2200€ de frais d'avocat, plus 12h de travail perdues à 50€ de l'heure, normal. Avec les dommages et intérêts pour compenser le préjudice moral (et politique), l'ardoise va être gratinée, d'autant plus que de son côté, la plaignante en est pour ses frais de deux consignations.

Avis aux amateurs pour le prochain coup.

 

 

 

VOTRE REDAC'CHEF ADULÉ RELAXÉ :

 

 

 

MAJ  29.07 : Les petites souris de l'Echo Joli sont vraiment redoutables, j'ai eu en effet des informations selon lesquelles la blanche colombe qui joue les mères de famille outragées et ne fait soit disant pas de politique est en fait un peu impliquée dans une sorte de complot. A vérifier après mes congés !

 

MAJ  28.07 : C'est avec un certain étonnement que j'apprend que Madame Tesnière fait appel de la relaxe prononcée dans l'histoire de "potiche" et autres "soubrette".

L'article OUEST FRANCE, ceux de l'EVEIL et du PAYS D'AUGE, ne figuraient pas dans mes pièces lors du procès en première instance, oubli fâcheux qui ne nous a pas empêché d'être relaxés.

C'est dans la sérénité que nous allons les fournir à la Cour d'Appel, puisque Mme Tesnière en a décidé ainsi.

Cet acharnement judiciaire mérite cette fois que j'envisage de me retourner contre elle, car même relaxé, les honoraires d'avocat sont à la charge du cité au pénal.

Bon, on en a pour un an minimum, peut-être plus.

En tous cas, j'ai reçu le soutien de beaucoup de personnes, ça fait chaud au coeur. Des langues se sont d'ailleurs déliées, et j'en ai appris de bien bonnes sur mon adversaire, un peu mal placée pour donner des leçons de morale.

 

MAJ  12.07 : L'article OUEST FRANCE ci-dessous (et ceux de l'EVEIL et du PAYS D'AUGE) ne figurait pas dans mes pièces lors du procès en première instance, oubli fâcheux qui ne nous a pas empêché d'être relaxé.

C'est dans la sérénité que nous allons les fournir à la Cour d'Appel, puisque Mme Tesnière en a décidé ainsi.

Cet acharnement judiciaire mérite cette fois que j'envisage de me retourner contre elle, car même relaxé, les honoraires de mon avocat  sont à ma charge.

Bon, on en a pour un an minimum, peut-être plus.

 

Soubrette, 19° siècle. Toute ressemblance, gnagnagna...

 

DES PREUVES ACCABLANTES

 

MAJ  24.06 : Il n'y a pas que Rodolphe Thomas qui ait tombé le masque, L'Eveil aussi, qui a réussi à faire un article d'une demi-page sans citer les deux mots que me reproche celle qui "fera ce qu'on lui demande de faire", entre autre éjecter trois femmes du conseil, sur ordre du très autocrato-macho Nanard, bravo la solidarité féminine, et "ne souhaite pas de publicité, ni faire la une des journaux", ce qu'elle a fait par mon truchement et de quelle manière. Dans le genre discrétion on fait mieux. Qui sème le vent récolte la tempête.

N'en déplaise à Mr le Procureur, la boule de cristal de l'Echo Joli avait raison, c'est même la plaignante qui le dit (voir article OUEST FRANCE ci-dessus, les mêmes propos ont été publiés dans L'Eveil et le Pays d'Auge). Faut quand même pas charrier.

D'ailleurs, condamné ou pas, je ne vais pas la lâcher, simplement remplacer les humoristiques "potiche" et "soubrette" par "inutile décorative" et "exécutante aveugle" ou d'autres formules sibyllines que permettent les subtilités sémantiques de la langue Française.

Reste à savoir si cette embrouille a été financée par le contrat juridique de la mairie, la question devrait être posée en conseil municipal mardi 26 juin. Là non plus, faut pas charrier, faire payer par le contribuable une attaque contre un journal d'opinion n'est pas banal.

Côté dictionnaire, "potiche" désigne un "personnage qui a un rôle de représentation, sans aucun pouvoir réel", c'est le cas. Ce n'est donc pas une injure, puisque Mme Tesnière se met elle même dans cette situation par ses propos.

Quant à "soubrette", ce mot vient du Provençal soubretto, et signifie "servante de comédie". Ce type de personnage a été stéréotypé dans le théâtre de boulevard. Il correspond tout à fait à la comedia del arte de l'équipe de Firmin. D'ailleurs "Firmin" est aussi un personnage de théâtre, car les valets dans les familles bourgeoises portaient ce prénom à la place du leur (il y a eu aussi Nestor, qu'on retrouve dans Tintin). Ils font ce qu'on leur dit, d'où le parallèle.

Remarquez, l'avocat de Mme Tesnière a poussé le bouchon très loin, à ma grande surprise et celle de mon avocat, en évoquant une autre acception, trouvée sur Wikipedia, qui vaut son pesant de cahuètes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Soubrette.

Sic : "dans les milieux BDSM et fétichistes, on désigne par « soubrette » une domestique dont la tenue, volontairement affriolante, se compose généralement de variantes du modèle : gants ou mitaines en satin ou dentelle, coiffe, tablier blanc, mini robe courte et décolleté noir, jupon blanc froufroutant, corset ou porte-jarretelles, bas, talons aiguilles et plumeau, le tout souvent agrémenté d'un collier dit de chien et parfois d'une culotte blanche".

Même dans mes rêves érotiques les plus égrillards, je n'ai pas un tel souvenir, et à franchement parler, c'est vraiment pas le genre de truc qui me titille les bijoux de famille.

 

 

 

 

 

 

LE PROC ET LA BOULE

 

MAJ 13.06 : Monsieur le substitut du Procureur s'est étonné lors du procès voulu par Mme Tesnière, que l'ECHO JOLI ait, dès sa nomination au conseil, estimé qu'elle n'allait strictement rien dire et faire "ce qu'on lui dirait" (encore heureux qu'il n'y ait pas de rémunération), il y avait des témoins.

Elle aurait même refusé que les journalistes la prennent en photo. Comme par hasard, il n'y a plus de trombinoscope des zélus dur le site de la mairie. C'est dire si on ne refuse rien.

Et de suggérer que l'ECHO JOLI disposait d'une "boule de cristal" et de "pouvoirs divinatoires", pourquoi pas lire dans les entrailles d'une volaille voire pire.

La suite a prouvé que la prédiction s'est avérée exacte.

Une nouvelle fois consultée aujourd'hui, en présence de Madame Irma (pas la Douce), la boule a dit, un peu comme la voix dans l'émission de TV débile :

"La prochaine qui se fait sucrer ses délégations est Christine Anoot, Firmin ne va pas supporter longtemps ses 5% sur Lisieux aux législatives".

Logique d'ailleurs, il est à 47% (avec le Front) et donc plutôt à 43%, moins 5 égal 38%.

Comme il aura de toutes façons la "bravache***" dans les pieds, c'est très très mal barré, et surtout perdu d'avance.

Ca donne quand même pas trop le moral.

*** C'est pas de l'ECHO JOLI mais de OUEST FRANCE, sous la plume de Mr Bricombert, qui a écrit sensiblement la même chose que l'ECHO JOLI sur les fanfaronnades de Riton.

Faut quand même faire gaffe, si Riton Rastignac (alias Eric Le Héricy pour les nouveaux) a la gâchette sensible comme Mme Tesnière, "bravache" et "fanfaronnades" vont devenir des insultes.

 

 

 

 

 

 

MAJ  07.06 : Si j'ai accepté l'interview du Pays d'Auge, je me doutais bien que je prenais un risque de voir mes propos charcutés, saucissonnés, pour que le lecteur comprenne le contraire, d'autant plus qu'il y a au moins un loustic dans la place qui ne me porte en odeur de sainteté, normal pour un type qui sent le souffre.

La une, s'il vous plaît, est très ambiguë, en effet, je ne suis pas "jugé", mais "cité" au pénal par une plaignante, qui, au vu des pièces fournies, "estime" que "potiche" et "soubrette" sont des injures (et non pas des propos grivois). C'est son droit. 

Nous avons donc plaidé la relaxe.

 

 

 

MAJ  22.05 : C'était couru d'avance, à partir du moment où ce procès fait des vagues dans la presse, juste le jour de la première audience, c'est sauve qui peut.

Firmin, qui a une dent contre la presse, mais est bien content d'exhiber sa bobine sur des pages complètes pour ne rien dire, va encore hurler au complot sadique.

Il précise en plus que lui "ne fait pas de procès", et pourtant c'est la tête de Turc de ce journal, et les autres en prennent quand même pour leur grade.

S'ils ont fait pression en pensant trouver une bonne poire pour aller ferrailler, il risque d'y avoir du grabuge et des explications orageuses, à la mairie et en privé. S'ils étaient au courant et ont laissé faire, très courageux, le résultat est le même.

D'ici que la guillotine qui a déjà coupé les têtes de Mmes Marie, Gesnouin et Curcio soit remise en service, il n'y a pas loin.

Alors, démission ou vote à bulletins secrets rédigés à la main sous le regard des cafteurs ?

Le journaliste de Ouest France a interrogé le maire, qui argue qu'il s'agit "d'une affaire privée" et s'en laverait donc les mains. Pas de chance, la citation précise bien que la plaignante est conseillère municipale, le conseil municipal doit donc statuer, en particulier pour savoir si les frais de justice sont à la charge des contribuables, par le truchement du contrat juridique dont bénéficie la ville.

C'est la nomination de cette nouvelle conseillère, compagne de l'adjoint aux travaux et mère d'une autre conseillère municipale qui a déclenché l'article, sinon l'ECHO JOLI n'en aurait pas parlé. C'est le principe de la politique, on s'engage, et on prend forcément des coups. Si l'intention première était de tenter de faire condamner l'Echo Joli dans la discrétion, c'est un peu raté.

La consignation a été fixée à 450€, et on se revoit le 12 juin pour plaider.

On notera les imprécisions de mes petits camarades professionnels, le Pays d'Auge titre, "jugé pour avoir injurié", non, c'est "cité au tribunal (pour des propos que la plaignante dit être injurieux)". Etc...

 

MAJ  22.05 : C'est tout de même pathétique, mes quelques adversaires et rares ennemis me connaissent parfaitement, et pourtant ils tombent tous dans le panneau à chaque fois que je fomente un coup tordu.

Le publication de la citation sur ce site, suivie d'articles de presse qui ne sont pas de mon initiative (ce sont mes collègues journalistes professionnels qui m'ont interviewé) n'était à mon avis pas prévue au programme.

Conséquence directe : la fréquentation du site a doublé, on est quasi au même nombre de lecteurs que l'Eveil, c'est dire. Je suis galant homme, je vais finir par faire porter des fleurs à la véritable victime.

C'est le sauve qui peut à la mairie, d'autant plus que le maire lâche sa conseillère municipale, compagne d'un de ses plus fidèle godillot.

A suivre, car les coups de poignards dans le dos pour se protéger à un an et demi des municipales vont pleuvoir.

 

MAJ  17.05 : L'audience du mardi 22 sera consacrée au dépôt d'une consignation (par la partie attaquante, c'est perdu si le procès tourne à la Bérésina), et à la fixation de l'audience pour plaidoiries, trois mois bien tassés, ça nous mène en septembre du fait des vacances judiciaires.

 

MAJ  14.05 : La mairie m'a fait cadeau de ce jeu, avec les compliments de Nanard, et de son grand copain spécialisé dans les ravalements de commissariat.

On me dit aussi que la cour Matignon sera fermé lundi pour "édification d'un ouvrage en bois provisoire".

Un trublion qui finit comme Robespierre, respect. Pour le tissu du panier, je préfère le vert.

A ce propos, ci-après (et non pas ci-devant) un lien vers un site donnant des listes de milliers de "raccourcis", transmis par Yves Brosseron.

Peu sont des ci-devant (pas sûr du pluriel : s ou pas s ? ). La plupart sont des gens du peuple. Effrayant !

En ce temps là on vous coupait la tête pour vos idées !!

Avez-vous eu un ancêtre guillotiné pendant la Révolution ?

http://les.guillotines.free.fr 

Ce lien vous éclairera sur le nombre officiel d' exécutions commises durant la révolution française.

Peut être un membre de votre famille...!!!

(N.D.L.R : pas trouvé d'Angelini, mais Thémis va se rattraper. Pan un outrage...)

 

 

 

MAJ  09.05 : Il paraît que cette histoire fait le buzz sur facebook, passons. Il paraît aussi que la trombine de la dame ne figure plus sur le trombinoscope du site municipal. A vérifier. Il faut rapprocher cette assignation du discours violent contre les journalistes du maire de Lisieux, qui a accusé la presse nationale d'avoir fait la campagne de Hollande. C'est n'importe quoi, quand on connaît les actionnaires des journaux. Alors évidemment, essayer d'intimider l'Echo Joli qui révèle les dessous pas très chic de la politique municipale, par personne interposée, fait partie du jeu.

Vu la jurisprudence en matière de presse et des propos des humoristes (dite "Guy Bedos", rappelée depuis des lustres en en-tête de ce site), le risque est faible.

D'ailleurs, une assignation peut se retirer à tout moment, car vu le battage que votre journal ne manquera pas de faire, il est fort probable qu'une audience publique pour si peu soit très contre-productive.

 

MAJ  05.05 : Votre journal préféré est traîné tel le Canard Enchaîné devant les tribunaux. Mon avocat pour cette audience qui sera aussi un morceau de bravoure, a évidemment demandé à faire profil bas pour ne pas importuner le cour serein de la Justice de la République, rendue au nom du peuple Français, ce rappel n'étant pas inutile, car le juge doit juger en fonction de ce qu'aurait décidé un citoyen à sa place en fonction de la Loi. C'est le principe de la République, si j'ai bien compris.

Suite lundi...

 

TESNIERE1.jpg (146801 octets)TESNIERE2.jpg (176529 octets)TESNIERE3.jpg (152680 octets)TESNIERE4.jpg (128361 octets)