Journal satirique et écologique du Pays d'Auge, paraissant quand il a le temps

Téléphone : 02.31.31.39.06  Télécopie : 02.31.62.34.18  Adresse postale : BP 21039 - 3, rue Marie Curie - 14101 LISIEUX CEDEX

        

Messagerie : echo.joli@wanadoo.fr 

 

Accueil Liens

 

La Gare

 

TGV : QUI VA ÊTRE

 

 

ÉVENTRÉ, RAVAGÉ, TRANSPERCÉ

 

 

Cette page, assez longue, navré,

permet de suivre ce dossier "compliqué", navré.

(si vous prenez en route, lire par la fin)

 

 

 

MISE À JOUR DU 17.08.2011

 

 

 

Le PAYS D'AUGE, représentation allégorique

 

 

 

TGV/LNPN : SCOOP !

 

LES "ZONES" SONT DÉJÀ DÉFINIES

 

 

MAJ 25.11 : Suite à une discussion avec une personne concernée, et réflexion faite, ces zones apparaissent plutôt prévues pour une ligne qui passerait au sud de Lisieux (hors la gare actuelle), avec franchissements des vallées de la Courtonne, de l'Orbiquet et de la Touques par viaduc.

S'il faut descendre dans la vallée à 33 pour mille de pente, il faut 3 kilomètres, ce qui implique un passage par le sud-est entre Duranville et Thiberville, car côté Fumichon Piencourt, c'est trop court et la zone Courtonne la Meurdrac/Glos est très urbanisée, et le terrain pas terrible (argile verte, sables de Glos).

Or ce tracé est à 3/4 km de l'autoroute.

La bifur à St Mards de Fresnes tient donc la route et en plus arrange les gens de Bernay (qui veulent une gare betteraves) et de l'Eure.

 

Je préconisais le raccordement au croisement de l'A86 et de la ligne existante (en noir). Cette section est déjà à 200km/h

 

MAJ 21.11 : C'est évidemment un des meilleurs scoop de l'ECHO JOLI. Toutes nos félicitations à la petite souris qui a dégoté ce document accablant pour nos faces de carême de politicards locaux et pour la gribouille professionnelle.

La ligne est en noir. C'est la procédure classique dans ce genre de projets, qu'ils soient routiers ou ferroviaires.

Dès la campagne électorale des cantonales, j'avais pressenti que cela allait se passer comme cela.

Ceux qui ne m'ont pas cru à l'époque et en particulier les nains de jardin à Nanard (ses potes maires des villages de son canton LISIEUX 1) passent carrément pour des cons, des innocents et de joyeux faux culs pour avoir manipulé leurs ouailles.

Je te dis pas le souk que va mettre cette carte dans le bâtiment et les agences immobilières...

On remarquera que le tracé que je préconisais, longeant l'A86/E104 pour prendre la ligne actuelle à hauteur de St Mards de Fresne est en dehors des zones autour de Bernay. Mais ça peut changer.

Autre enseignement, il y a une zone au sud de Lisieux, la ligne peut très bien ne pas passer par la gare de Lisieux, et les canassons de luxe de l'Aga Khan ne sont pas à l'abri.

 

 

En plein dans les plates-bandes à Riton. Il ne lui reste plus qu'à prendre un garde du corps pour aller visiter ses paysans.

 

Voilà quelques "nains de jardin" ravis.

 

TGV/LNPN : UN DÉBAT BIDON

 

 

Votre journaliste amateur préféré n'est pas allé au débat public de jeudi, mais deux petites souris y étaient.

Cela ne servait à rien d'assister à cette mascarade, car le matin une information crédible est parvenue à la rédaction de l'ECHO JOLI.

En effet, un "projet de passage" a déjà été réalisé par RFF, qui coupe la vallée de la Paquine entre L'Hôtellerie et Ouilly du Houley, coupe la RN13, rase Marolles et descend ensuite dans la vallée pour rejoindre la ligne existante, car l'utilisation de la gare de Lisieux comme "Gare Pays d'Auge" est quasiment actée.

Publication dès que ce document nous parvient, au nez et à la barbe des gribouilleux pros et des politicards et leur rideau de brouillard.

C'est en pleine zone très urbanisée pavillonnaire, avec en plus des propriétés d'entrepreneurs aisés bien connus : Ruaux, Ramette, sans compter les haras et de la jet set en veux tu en voilà. Un qui est content, c'est l'Aga Khan qui a évité le tracé sud un instant jeté en pâture pour faire diversion.

Un projet de passage est une bande de terrain assez large de trois à huit kilomètres. Le tracé définitif est déterminé ensuite en fonction des détails du terrain, et en particulier le découpage des propriétés et l'influence sur les politique de leurs possesseurs. C'est le piston, bien connu des machines à vapeur.

Autant dire que ceux qui vont se faire empapahouter bien profond vont être ceux qui vont la boucler ou croire naïvement aux sirènes des communiquants et les grands spécialistes de l'environnement de RFF.

A posteriori, les fameux clous d'arpenteurs retrouvés au Lieu Milment étaient bien ceux d'une équipe de plombiers de RFF venus tâter le terrain.

Même si le tracé a évolué depuis la campagne électorale des cantonales, ce que je disais à l'époque était bien la vérité.

Je connais des maires, les fameux "nains de jardin" de Nanard, qui sont en train de passer pour des cons intégraux vis à vis de leurs ouailles.

A un moment, la minette de RFF qui venait pour dire qu tout était sous contrôle pour l'environnement a sorti qu'elle avait consulté les trois associations de protection de l'environnement (généralistes) du Calvados.

Pas de bol, un biologiste qui travaille sur les biotopes d la Paquine, qui sont très riches, et avec ces trois assocs, était dans la salle.

Il lui a balancé dans la tronche qu'il n'avait entendu parler le rien. Zen cocotte, ce n'est que ta première baffe.

Une autre réunion a lieu à Bernay le 6 décembre, car si le Firmin de la marquise Nicole penche pour le tracé A, les gens de l'Eure sont pour le B, qui éviterait le scénario catastrophe de la Paquine.

Un moment, un intervenant a dit qu'on aurait bien du mal à trouver des esprits indépendants qui ne travaille pas pour RFF.

Bien vu, car c'est comme pour le nucléaire ou l'industrie pharmaceutique, ceux qui EN palpent sont beaucoup plus nombreux qu'on ne croit.

Bref : tout se déroule exactement comme l'avait pressenti l'Echo Joli.

A suivre....

Pour la bagarre médiatique et la bataille juridique, sortir avec casque lourd.

On commence à creuser des tranchées à Ouilly du Houley !

 

 

 

 

 

BRÈVES DE COMPTOIR

SUR CE SUJET (3ième série)

 

 

FINANCEMENT DU TGV

 

MAJ 22.04 : Le gros argument des "nains de jardin" de Firmin (NDLR : les maires du canton LISIEUX I), est de rassurer leurs ouailles en prétextant qu'il n'y aurait "pas assez de sous".

C'est pas vraiment l'avis de Sarko qui "refuse les délais" et se voit inaugurer la ligne (au moins sur Le Havre) en 2017, "année de la création du Havre par François 1er", un symbole vraiment très très con, puisqu'il devait bien y avoir un port du temps des Wiking, qui ont très largement foutu la pâtée aux sédentaires babas cools de l'époque.

2017 c'est dans 6 ans, ce qui nous donne les bulldozers dans 3 ans.

Allô, Fougeray ? tes conneries par la vallée de la Paquine ça tient toujours ?

 

300 MIGRANTS QUOTIDIENS

 

MAJ 25.02 : Ce sont 300 abonnés qui prennent le train pour Saint Lazare tous les jours, dont un gros paquet travaille autour de cette gare.

Ils ne prendront donc pas les TGV La Défense. Reste tout au plus 50 pèlerins potentiels.

Autant dire qu'il n'y aura jamais de gare Pays d'Auge Betteraves si la ligne passe à côté de Lisieux.

LES VERTS ET LE TBGV

 

MAJ 24.01 : Ces guignols gauchisants qui se prennent pour des écolos, ont... un métro de retard dans l'affaire du "Train de Banlieue à Grande Vitesse".

Ils s'en foutent carrément estimant que "le principe de réalité va prévaloir chez tous les élus", traduction : c'est tellement cher que la région PS va jeter l'éponge.

C'est un pari extrêmement risqué, le PS est un parti de productivistes, et les ingénieurs de RFF motivés financièrement au mètre cube de bocage du Pays d'Auge ravagé.

Ils regrettent que "les gens" subissent "un allongement du temps domicile-travail", "de plus en plus cher" (c'est le détail bobo de gauche).

Cela fait trente ans que je préconise de sucrer toutes les compensations parfois subtiles pour alléger le coût du trajet domicile travail (Comités d'Entreprise, récupérations fiscales, etc...)

Maintenant, "les gens" qui n'ont pas écouté les VRAIS ECOLOS, l'ont bien comme il faut, le pire c'est ceux qui se sont fourvoyés à vivre à la campagne. Tant pis. Fallait pas. Vous revenez en ville quand, à 2€, 3€ le bock ?

Ce qu'il y a souvent de comique avec les militants "pastèques" (rouges à l'intérieur, verts à l'extérieur), c'est qu'individuellement ce sont souvent des fonctionnaires, ou assimilés. Ouest Pravda l'a rappelé récemment : c'est dans la fonction publique que les déplacements domicile travail sont les plus longs (en particulier les profs) ?

Cela fait évidemment TRES DESORDRE de ramener sa fraise sur le gaz carbonique après.

Il suffit donc de connaître la profession d'une pastèque candidat(e) d'Europe écologie pour établir son lourd passif carbone. Ne serait-ce pas le cas de la candidate (et également conseillère municipale) de LISIEUX I ?

En plus, le TGV, elle s'en tape, après tout c'est chez les riches.

Je rappelle que c'est moi l'écolo et que mon trajet domicile travail est de l'épaisseur de la porte qui sépare mon appartement de l'entreprise, soit 3cm, et c'était une volonté politique.

Qui dit mieux ?

 

 

 

 

TGV : UN BON COUP DANS LE BOGIE

 

MAJ 08.06 : Sur la carte, la ligne "Basse Normandie" n'apparaît même plus, il y a un simple raccord après Mantes.

Mes petites automotrices pendulaires ALLEGRO et l'amélioration de la ligne actuelle reviennent à la surface du ballast.

Comme quoi...

 

 

TGV : TRACÉ SUD

 

 

LE SERPENT DE TERRE DU TRACÉ SUD

 

MAJ 26.05 : Ceux qui suivent se souviennent que lors d'une réunion à Rouen RFF avait sorti de son chapeau un "tracé sud". Les petites souris aux grandes oreilles de l'Echo Joli en savent un peu plus, effectivement il y a eu une présentation, mais pas de distribution de document à priori.

Cela signifie que les crânes d'oeuf sont en train d'avancer sans même avoir besoin de se faire repérer sur le terrain, avec les satellites, c'est tout sur écran.

Vu le temps qui passe, ils doivent en être au stade de définition des "couloirs" (voir le plan ci-dessous typique de la méthode de travail de RFF).

Les quatre cartes qui vont être soumises à la populasse à la rentrée dans une enquête publique bidon ont pris un coup de vieux.

D'ici à ce qu'ils s'aperçoivent que le passage par la Paquine est plus pratique et moins cher que se balader sur les plateaux au travers des haras au sud de Lisieux, il n'y a pas des kilomètres.

En plus, si le recours de la Brigitte passe, on retourne aux urnes sur Lisieux III.

Sujet principal : ce tracé sud, et là je suis rodé.

Lors d'une réunion à la Région hier mercredi 25, sur les transports et la mobilité en Basse Normandie on est resté dans le flou, avec toujours la même rengaine sur le 1h15 Paris - Caen.

A suivre...

 

DU "DESSERREMENT"

 

MAJ 26.05  : En langage "fana mili", Défense oblige, un "desserrement" est une opération qui consiste à disperser ses billes dans la verte avant de les voir se faire coxer.

C'est tout à fait le discours d'un certain ANGELINI pendant la campagne des cantonales pour ce qui concerne la gare de Lisieux, et là, c'est qu'une heure et Deauville à 20mn. Avec la pub du G8 gratos.

Comme quoi.

 

LE LIVRE BLANC DE MES NUITS NOIRES

 

MAJ 26.05  : Les élus de la régions se sont lancés dans des prospectives métaphysiques et vont rédiger un "livre blanc" à défaut d'un petit livre rouge sur la Basse Normandie Horizon 2020.

On se pose encore la question de la "mobilité de proximité et des modes doux". Ce sera à pinces ou en biclo, et la tatane de randonnée va devenir le moyen de déplacement domicile travail le plus utilisé. Pour ce qui me concerne, avec mes 28mm, mes pantoufles suffisent.

Il y en a un qui se marre dans ses bacchantes, c'est Margerie, le big chief de Total, qui promet à qui veut l'entendre le litron de gaspi à 2€ pour 2012.

Alors 2020...

 

 

 


LE TGV REPASSE AU NORD ou

 

"dans les pelouses des nains de jardin"

 

MAJ 14.04.2011 : A peine le décompte des voix terminé, une fois la marionnette AUBRIL réélue avec l'intervention évidente de certains "nains de jardin", les maires du canton LISIEUX I, ça se voit dans mes scores par village, les suppôts des bétonneurs, Christian Fougeray et Claude Fournis se sont remis à leur petit boulot de lobbying.

L'un pour faire passer le TGV dans la vallée de la Paquine (plus le raccordement par la vallée de la Marolles), l'autre par "dégât colatéral", pour décrocher par la même occasion son autoroute chérie Pont-L'Evêque Orbec par Firfol.

Le tracé sud (par le canton de LIVAROT et LISIEUX III), qui figurait soit disant sur un document distribué à Rouen, puis à la préfecture de Caen le 15 février, était un bouteillon, une manipulation. Je me demande même s'il a bien existé, car pour le moment, je n'en ai pas vu la couleur.

Le maire d'Ouilly du Houley, qui m'avait indiqué le posséder, va voir débarquer une de ses ouailles furax qui va s'occuper de son matricule s'il ne lui donne pas. C'est quand même invraisemblable d'engager l'avenir de sa commune en conservant secret ce qui concerne directement ses habitants. Peut-être qu'avec une bonne baffe...

Puisque tous ces braves gens ont raconté aux citoyens tout et n'importe quoi, comment les croire maintenant ?

L'impression dans ce dossier, n'est-elle pas que l'on est dans le registre "tous pourris" qui nourrit si bien le score du Front National ?

Et dire que certains, dont Aubril, m'avaient accusé de semer la terreur dans le canton et d'empêcher les petites vieilles de dormir, désolé, mais les saligauds, c'est vous, les petits loups.

Evidemment, tout le monde à la CCI a ce dossier, y compris le poulain du camarade président Fougeray, l'élu de justesse de Lisieux III.

Tout se tient par la barbichette dans cette histoire où l'omerta genre maffia est la règle.

C'est du passé, mais il faut fixer les choses pour le futur, le règlement de compte étant un plat qui se mange froid.

Venons en donc au présent.

Les lecteurs sidérés du Pays d'Auge du 12 avril ont ainsi découvert que les quatre scénarios qui figurent sur ce site depuis octobre sont toujours d'actualité, et que c'est avec ça que le "débat public" va être lancé.

Pierre Mouraret, le porte flingue ferroviaire du président de région, rappelle les objectifs, 1h15 Caen Paris, 45mn Caen Rouen. Faut faire court, et le reste, le conseil régional en a rien à cirer.

Et Aubril de recommencer son énorme mensonge, contredit par les flèches des quatre scénarios, que je remets en ligne ci-dessous pour bien comprendre : "l'ensemble des scénarios s'appuie sur la gare actuelle de Lisieux...". Désolé, mais les jolies flèches passent à côté, au nord.

Certes, pour desservir Deauville et Granville, il faut passer par Lisieux, mais par le fameux raccordement par la vallée de la Marolles.

C'est là que le camarade Fougeray ramène sa fraise, en tant que président de l'association "pour un Pays d'Auge à grande vitesse", qu'il a sans doute créé lui même, dont il est le seul adhérent et élu dict... pardon, président à vie. Il va s'en prendre une pour lui demander les coordonnées de son hochet, ses statuts, son bureau, et le blaze de ses adhérents, ça intéresse une avocate de ma connaissance.

C'est parti :

"Lors du débat public il faut apporter la preuve de la rentabilité". L'Echo Joli a démontré qu'une gare "betteraves" ne serait jamais faite faute de voyageurs.

"Un trafic de touristes vers Deauville peut les intéresser (la SNCF)". Il est vraiment nul et ne connaît pas le dossier, ni le chemin de fer, un raccordement direct LGV/ligne classique à Ouilly le Vicomte ne passera jamais techniquement vu le terrain.

Bon Dieu, mais c'est bien sûr, une gare au nord, mais desservie par l'autoroute à Fournis, l'âme damnée des bitumeurs.

"Après, il sera toujours temps de se mettre autour d'un table et de discuter sur l'emplacement de la gare". Ben voyons. Tu mets la populace devant le fait accompli avec les petites magouilles entre élus et affairistes et tu décides de leur sort sans leur demander leur avis.

Suit un gros blabla sirupeux à souhait d'Aubril, qui va essayer de réunir les petits magouilleurs cités ci-dessus, pour se rendre intéressant.

Citoyennes, Citoyens, ma position personnelle, que je vous ai proposée lors de l'élection cantonale n'a pas changé (utilisation de la ligne actuelle qui convient parfaitement).

Vous vous êtes fait empapahouter par des faux culs.

Il est trop tard, fallait voter correctement.

Une association est constituée, si, encore une fois, vous vous dégonflez, vous la jouez perso, vous attendez que d'autres fassent le boulot à votre place alors que c'est votre patrimoine, votre vie pépère, votre paysage, votre lieu de vie qui va être détruit, je ne peux rien pour vous. Ca va bien quand même.

 

 

 

 

 

 

L'état actuel des tracés possibles de la ligne LGV et de la 2x2 voies autoroutière du SCOT.

Rendez-vous, vous êtes cernés.

 

 

 

TGV : COMITÉ DE PILOTAGE DU 15.02

 

MAJ 16.02.2011 : Le comité de pilotage s'est réuni à Gross Paris, et une petite souris de l'ECHO JOLI a tout entendu.

Voici le communiqué officiel pour éviter de griller les sources : 

 

Ligne grande vitesse Paris-Normandie

15 Février 2011

Le comité de pilotage de la Ligne Nouvelle à grande vitesse Paris-Normandie (LNPN) s'est réuni mardi 15 février pour examiner les coûts des 4 tracés possibles. En fonction des itinéraires, qui permettraient notamment de rapprocher Caen de Paris en 1h15, il est ainsi question d'une fourchette de cout comprise entre 9 et 13 milliards d'euros. Pour Laurent Beauvais, "Nous venons de franchir une nouvelle étape fondamentale. Maintenant, nous devons clarifier les clefs de répartition entre RFF, l'Etat, l'Europe et les Collectivités territoriales des 3 Régions impliquées (Ile de France, Haute et Basse-Normandie). Il nous faudra, parallèlement, mesurer le retour sur investissement pour nos territoires. L'enjeu est bien de se donner les moyens de notre ambition : conjuguer une amélioration indispensable, à court terme, des conditions de trafic ferroviaire en Normandie et faire en sorte que, demain, il soit plus avantageux de prendre le train pour se rendre à Paris que d'utiliser sa voiture." Prochain RDV : le 18 mai pour un dernier comité de pilotage avant le lancement du débat public à l'automne.

En pièce jointe, les quatre scénarios du document d'origine RFF, publiés il y a trois semaines/un mois dans ouest, ci-dessous en vignettes.

STRICTEMENT RIEN DE CHANGÉ !

Le coup du barreau au sud de Lisieux était bien une diversion pour brouiller les pistes et essayer de donner un petit argument au Firmin des Marquise

s pour rouler les électeurs du canton LISIEUX I.

Les tracés que j'ai dessiné au travers du canton LISIEUX I sont donc toujours d'actualité (tracé Nord Est (Le Pin/Moyaux/Fauguernon/Rocques), Est (Vallée de la Paquine) et raccordement à Glos par la vallée de la Marolles ou de la Courtonne).

 

 

 

 

 

 

 

ALLEGRO MA NON TROPO

 

MAJ 15.02.2011 : Il se trouve qu'ALSTOM a racheté la branche ferroviaire FIAT qui avait mis au point la pendulation. Ce procédé permet de faire pencher les voitures dans les courbes qui peuvent être franchies à plus grande vitesse. En plus c'est FRANCAIS, monsieur. Ca roule actuellement entre la Lituanie et la Russie (et en Italie, trains "Pendolino")..

C'est déjà du 220km/h. Rappelons qu'il est quasiment décidé de limiter la vitesse à 250km/h sur la LGV Normandie. On y est presque.

C'est important, car les deux tronçons (voir ci-dessous) actuellement à 200km/h sur la ligne classique peuvent être parcourus à 250km/h avec ces automotrices.

C'est aussi un gros plus pour la partie Caen Cherbourg, pour la partie chère à Laurent Beauvais, dans l'Orne, pour Lisieux/Mézidon/Argenta/Granville, mais également pour la ligne à construire entre Paris et Mantes qui sera fatalement sinueuse pour s'insérer dans l'urbanisation.

 

 

http://www.alstom.com/assetmanagement/DownloadAsset.aspx?ID=5fde7aa5-2d13-49e6-a188-69bf4b7f04f9&version=c35b57328f3a48fc94098cf3f49d39d61.pdf 

http://www.lepopulaire.fr/editions_locales/limoges/le_train_pendulaire_tgv_du_pauvre_ou_vraie_bonne_idee_@CARGNjFdJSsBFB8CAho-.html 

 

 

TGV : DU DÉLIRE SUR FR3

 

MAJ 04.02.2011 : La téloche est aussi crade que la presse papier, et le reportage passé hier sur FR3 BN est complètement débile. Ils nous ont sorti une nouvelle version de tracé de 7 à 10M€, en situant Pont Audemer... entre Rouen et le Havre.

Mais le reportage évoque les quatre tracés, un autre (témoignage oral) indique deux au nord et deux au sud.

Et le pire c'est dans que dans ce capharnaüm une décision serait prise le 15.02.

Ils est temps que ce cirque s'arrête.

La gribouille c'est décidément un métier pouvant être exercé par des ignares et incultes, même en géographie :

 

http://basse-normandie.france3.fr/info/la-future-ligne-a-grande-vitesse-sur-les-rails-67197488.html?onglet=videos&id-video=000217628_CAPP_NormandieuneligneLGVpourCherbourgParis_030220111854_F3 

 

 

 

 

TGV : LE COUP BIDON DU BARREAU SUD

 

 La nouvelle version de RFF présentée le mercredi 2 février à Rouen (Conseil économique et social)

En bleu : lignes voyageurs/fret existante, avec picots, électrifiées. En vert les lignes Fret.

En surlignage rouge sur les tracés bleus les zones V200 déjà à 200km/h.

En orange le bout d'autoroute A28 qui nous intéresse, en violet les lignes nouvelles, sachant que la position

du "grand triangle"  n'est pas encore déterminée. Le raccordement entre Bernay et St Mards de Fresne a ses chances.

La nouveauté, c'est le "strap" sous Lisieux. En gros bifur entre St Mards de Fresnes et Courtonne la Meurdrac

passage dans la salle à manger de Taty Brigitte*** entre St Martin de la Lieue et St Germain de Livet,

passage sous Lessard et le Chêne (coucou Jean Pierre Lecompte et un beauf) et St Julien le Faucon,

emprunt de l'ancienne plate forme de la ligne Mesnil Mauger-Livarot-Vimoutiers-Gacé (coucou l'Aga Khan et les jolis haras des riches).

(voir les plans ci-dessous pour mieux situer, carte routière plus compréhensible pour le profane à paraître).

*** Brigitte Comet Chérel, le conseiller général sortant, PS. Elle va s'écraser sur ordre de Clotilde et Laurent Beauvais.

 

 

MAJ 04.02.2011 : A ma connaissance, pas un mot dans la presse au sujet de la réunion d'hier à Caen. Et faut pas compter sur Riton Rastignac pour informer ses électeurs de ce qui les menace dans le canton LISIEUX III, ni sur Clotilde qui a signé le "Pacte du Canapé" sur cette affaire, car LISIEUX II comporte la commune de St Martin de la Lieue aux premières loges pour le boucan.

 

MAJ 02.02.2011 : Des nouvelles très très fraîches d'une des petites souris de l'ECHO JOLI, cela date du mercredi 2 après midi et les "zélus" vont en prendre connaissance aujourd'hui à Caen avec le camarade Pépy, PDG de la Grande Maison. Les lecteurs de l'ECHO JOLI sont des petits privilégiés et la presse papier à la ramasse comme d'hab.

Evidemment, tout cela se fait dans la plus grande non-transparence, personne dans la population n'ayant idée de ce qui se trame.

Les quatre scénarios du départ ne sont plus vraiment valables, mais cela ne veut pas dire qu'ils ne reviendront pas à la surface après l'estimation des coûts qui sera remise par RFF le 15.02. La vigilance dans le canton LISIEUX 1 est de mise. On ne saura en effet jamais si l'agitation que j'ai généré avec mes tracts, et les interventions de personnes habitant la vallée de la Paquine et le plateau, qui ont fait jouer leurs carnets d'adresses, et promis de "leur pourrir la vie", a finalement fait reculer RFF. L'épée de Damoclès est toujours suspendue au dessus de vos têtes, chers électeurs.

La partie PARIS - MANTES sera à 200km/h (et non plus 160), le reste à 250km/h pour les parties nouvelles, adaptation des sections à 200km/h actuelle à 250 envisagée, avec des automotrices pendulaires qui existent déjà chez Alstom, cela devrait le faire.

La nouveauté est un "stap", un raccourci, non pas au dessus de Lisieux, mais en dessous, pour éviter le fameux tunnel de la Motte et sa limitation à 150km/h.

Je vous assure que je ne vous raconte pas des craques.

Le devis temps d'1h15 Paris Caen est tenu, avec le strap Lisieux, mais 1h24 sans. C'est à peu près ce que j'avais calculé en attendant la confirmation d'un professionnel.  Cela fait 9 minutes de différence, on va pas chipoter. Par contre, les TGV qui s'arrêteront à Lisieux nous donneront La Défense en moins d'une heure.

Il faut, comme pour la rocade sud de Lisieux, deux viaducs, un sur l'Orbiquet, un sur la Touques et une descente à tombeau ouvert en plein dans les haras du camarade Aga Khan et de ses copains démocratiques les rois du pétrole, qui vont évidemment être ravis. Compte tenu du coût, c'est pas vraiment évident que cette solution soit choisie (c'est pratiquement le double d'un strap au nord de Lisieux, avec une seule vallée à traverser). Le passage par le nord de Lisieux peut donc revenir à la surface sans crier gare une fois les élections cantonales passées.

Une certitude : PAS DE GARE TGV PAYS D'AUGE. Firmin et Clotilde peuvent aller se rhabiller après leurs mamours dans le canapé de la mairie.

Le comique de cette histoire est que ce cher Riton se ferait transpercer à son tour son canton LISIEUX III, lui qui a déjà chanté sur les toits qu'il était pour le TGV, il va se faire recevoir par ses électeurs.

Vu le beau linge qui va être dérangé, ça va pas se passer comme ça.

La position du "Y", qui deviendrait un triangle très vaste n'est pas encore vraiment fixée, et si le triangle est près d'Evreux, le devis temps pour aller de Caen à Rouen n'est plus de 45mn mais de 1h07. Evreux bénéficierait d'une gare "betteraves" et d'un raccordement, Bernay idem, mais faut pas rêver c'est un bled de 5000 habitants au fond d'un trou, même s'il y a beaucoup de résidents secondaires.

En tous cas, cela cadre à peu près avec le contre projet que je vais présenter.

L'espoir de ne pas voir le canton LISIEUX I être ravagé renaît. Sûrement pas grâce au sortant.

 

Pour se marrer : http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/economie/l-aga-khan-milliardaire-et-prince-des-pauvres_501165.html?p=0 

 

La suite du dossier c'est par ici

 

 

 

Section Lisieux-Caen. En rouge la section à 200km/h (220km/h en TGV sans modification notable de la signalisation),

en vert la section à 150km/h (tunnel de la Motte et les courbes pour y accéder).

(Lisieux 140/150). D'après "RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES" SNCF 15.02.2005 Ref 3301

 

 

 

Section Serquigny - Lisieux. En rouge la section à 200km/h (220km/h en TGV sans modification notable de la signalisation)

(Serquigny 130, Bernay 150, Lisieux 140/150). L'autoroute A28 traverse la ligne au km 165 environ.
D'après "RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES" SNCF 15.02.2005 Ref 3301

 

MAJ 30.01.2011 : Avant de s'engager dans des délires avec des grandes flèches qui transpercent le Pays d'Auge de part en part, il faudrait commencer par le commencement, connaître les lignes actuelles, leurs atouts et leurs défauts, les vitesses pratiquées.

Lors de leur construction par des ingénieurs Anglais, alors que les locomotives à vapeur passaient péniblement le 60km/h, la ligne avait été tracée pour 120km/h, c'est cette vision prémonitoire du futur qui a sauvé le chemin de fer dans le monde moderne, car avec la traction par turbotrain (160km/h) puis électrique (200km/h pour les meilleurs trains), le train reste compétitif en temps de parcours par rapport à la triomphante automobile, en attendant le retour au vélo.

Si la ligne Paris Cherbourg est "malade", c'est plus pour des raisons de retard entre Mantes et Paris et des négligences d'entretien (talus, maintenance des installations) et de la maladie chronique de la SNCF du dialogue social à coup de grèves à répétition.

Je connais ces lignes par coeur pour les parcourir en machine à vapeur en train touristique, où tu as intérêt, en chauffe à la pelle, à connaître le profil (figurant sur les plans ci-dessus) si tu ne veux pas te planter. De plus, ayant fait un séjour prolongé aux armées à Saumur, dans la cavalerie, ce n'est pas à moi qu'il faut apprendre à lire une carte IGN dite "d'état major" au 1/25000° avec courbes de niveau. En "topo" j'étais du genre premier de la classe, je ne savais pas que cet enseignement, qui m'a bien servi en haute montagne, me serait utile quarante ans plus tard !

Bref, je ne fais pas "des traits sur une carte", sous entendu "au pif", je sais parfaitement de quoi je cause.

Et quand on analyse bien les quatre projets présentés par RFF aux élus, on se demande si les rédacteurs du mémoire du 14.10.2009 connaissent les lignes actuelles, savent que l'autoroute A28 vient de Rouen et coupe la ligne à l'ouest de Bernay.

Ces comiques ont-ils une fois dans leur vie mis les pieds dans une locomotive ? Pas sûr !

 

 

 

Pub RFF passée sur une demi-page dans OUEST FRANCE du 31.01.2011. Il a fallu attendre la semaine dernière

pour voir enfin un article sur le sujet. Mais faut pas perturber les recettes publicitaires. Vous avez dit vendu ?

Les mecs, c'est quand même des drôles, sigle Grenelle, "Bilan carbone", et les effluents radioactifs de la Hague ?

On est en plein délire, d'un côté RFF vous sauve la peau en faisant de la pub, de l'autre évidemment il faut 

retenir la plume des gribouilleux pour pas faire de misères à l'annonceur. Vive le net !

 

 

TGV : LES CLOUS DU LIEU MILMENT

 

 

 

MAJ 26.01.2011 : Voici un des clous d'arpenteur qui était planté dans un herbage du Lieu Milment et le piquet peint à la bombe orange qui était à côté.

Si vous en trouvez, n'hésitez pas à le dire à votre journal préféré. Comme quoi un écolo bon teint peut avoir besoin des chasseurs...

 

 

TGV : ENFIN UN ARTICLE

 

DANS OUEST FRANCE

 

 

CANTON 1, autre représentation allégorique

 

MAJ 25.01.2011 : Enfin un article sur ce sujet dans OUEST FRANCE page 7. Bel effort de OUEST PRAVDA, car l'Echo Joli a publié les plans de RFF il y deux mois bien tassés. Tout concorde. On y croit maintenant dans les campagnes ? Encore ce matin, des loustics "nés ici" aux confins de Marolles, tombaient des nues.

Et ça va aller vite, jeudi 3.02 comité territorial Basse Normandie avec le camarade directeur PEPY, 15.02 comité de pilotage (coût des quatre scénarios), mars saisine de la commission du débat public (sur la base d'un dossier RFF qui ne sera guère différent de celui publié ici), septembre colloque (gros blabla pour faire avaler la pilule), octobre débat public février 2012 résultats du débat public, après place aux premières équipes de géomètre (ceux qui passent actuellement sont des clandestins).

Duport et Beauvais vont s'en ramasser une chacun avant (contre projet).

Et au milieu de tout ça, une cantonale. Et d'autres aussi sur le parcours (Cambremer etc...). Aïe.

 

 

LGV : LES TEMPS DE PARCOURS

 

 

 

La suite du dossier c'est par ici

 

MAJ 18.01.2011 : Ce tableau très intéressant, fait par des "horairistes" professionnels, est valable pour les quatre scénarii (voir dossier), mais aussi pour le contre-projet que je vais présenter au moment adéquat pour éviter de me le faire piquer.

Il donne des indications cohérentes de temps de parcours selon trois hypothèses :

-- TGV "traditionnel" lourd, long, à petites portes, à 300km/h,

-- Rames automotrices à motorisation répartie à 250km/h (tous les bogies sont moteurs comme un métro), aux capacités d'accélération et de freinage supérieurs,

-- Rames automotrices moins performantes en vitesse de pointe, 200km/h, c'est peu probable, c'est ce que font les trains Corail Intercités avec une SYBIC actuellement.

L'avantage d'une automotrice moderne c'est que les tronçons sont plus courts, à attelage automatique, et le nombre de portes est plus élevé, n'oublions pas que ces rames pourront traverser Paris (RER E). Tout le monde sait pour l'avoir vécu que pour vider une voiture de TGV, il y en a pour un petit moment si une mémé coince sa valise. Or à la Défense, c'est dégage vite fait mamie, il y a du monde derrière.

Les différences sont très faibles entre 300 et 250km/h, du fait des courtes distances, des reliefs (150m de dénivelé), c'est la capacité d'accélération qui prime sur la vitesse de pointe.

On voit que l'objectif du Président de Région BN, 1h15 Paris est tenable, par contre 1h pour Caen Le Havre, faut pas rêver, camarade socialiste. Le trafic actuel est très faible, la route est plus compétitive (au prix du gaspi actuel, mais ça augmente inexorablement).

Ce qui met aussi notre bled perdu à 45/50mn de Gross Paris, presque pareil que ROUEN, où 4000 personnes prennent le train tous les jours.

The jackpot, si et seulement si la gare PAYS D'AUGE est celle de Lisieux.

 

 

 

LGV : PAS DE GARE A LISIEUX ?

 

 

Ce diagramme décrit les flux de voyageurs et les taux d'occupation des trains de semaine, des travailleurs syndiqués ou non. Rien à voir avec les afflux du vendredi et du lundi matin. On voit bien que très peu de voyageurs (par rapport aux 4500 de Caen) prennent le train à Lisieux pour aller à Paris. Il y a du monde à la gare, mais c'est un trafic local équilibré (autant de voyageurs arrivent qu'il en part). Les taux d'occupation sont très bas et grimpent vraiment après Evreux.

 

MAJ 16.01.2011 : A cet élément statistique s'ajoutent deux réalités. Un A/R Paris coûte plus cher en TGV, et côté abonnement hebdomadaire, ça va cogner.

De plus les voyageurs migrants quotidiens ont leurs emplois autour de la gare St Lazare, et le temps de trajet entre la gare Défense et St Lazare consommera le temps gagné (plus le temps de déplacement Lisieux -- morne plaine à Ouilly, parking payant).

Donc les migrants actuels prendront toujours le train Corail Intercités.

Ce n'est que très progressivement que de nouveaux voyageurs s'implanteront dans nos cités pour aller travailler à La Défense.

Conclusion : à la grosse, à peine 200 voyageurs prendraient le TGV à une gare "Pays D'Auge" située en dehors de la ville. A un milliard le bout, aucune chance.

Le voeux commun de Firmin et de sa chère Clotilde est donc de la poudre aux yeux.

 

 

LGV : LE TRACÉ LISIEUX CAEN

 

 

 

Ce tracé est une ébauche, tenant compte des contraintes physiques (relief, urbanisation). Le passage de la ligne se fait entre Lisieux et Ouilly le Vicomte, mais si c'est un viaduc pour traverser la vallée de la Touques cela peut bouger vers le nord. Le relief est tourmenté, et la seule vallée pour descendre pour traverser le marais de la Dives dans ce secteur est celle de la Dorette, ensuite c'est pratiquement plat.

 

La suite du dossier c'est par ici

 

MAJ 15.01.2011 : Revenons donc à notre TGV après l'épisode ENM. A la demande générale des futurs victimes, le tracé ci-dessus est sinon exact, du moins très vraisemblable. On tape dans du lourd comme dans la vallée de la Paquine et au sud de Marolles. C'est plein de riches et de haras d'huiles ou de princes Arabes et parfois pas Arabes, de châteaux, de show-bizz, de philosophes grand public, et plus prosaïquement de bicoques à trois sous de lotissements De Robien/Maisons de Maçons (Frénouville/Vimont/Croissanville).

Nul doute que les élections cantonales approchant, ce sera un bon sujet de discussion dans la plaine de Caen et dans les banlieues surpeuplées.

On comprend pourquoi la gribouille papier traîne des pieds pour publier les plans des quatre scénarios rendus publics par le conseil régional.

"On attend l'enquête publique" (sic), en septembre, il sera trop tard.

 

LGV : LES CLOUS D'ARPENTEUR

 

 

L'emplacement des clous d'arpentage au Lieu Milment (Hermival les Vaux)

 

MAJ 12.001.2011 : Un lecteur me signale que les méthodes des géomètres ont beaucoup évolué, avec l'utilisation des satellites. Si ça se trouve les appareils posés sur les clous d'arpenteurs étaient des balises GPS. Si vous êtes professionnel, merci de votre témoignage.

 

MAJ 10.01.2011 : La publication des plans de RFF sur ce site a fait prendre conscience à tout le monde et en particulier aux habitants des campagnes, que les choses étaient en train d'avancer rapidement. Si vite d'ailleurs que cela va m'obliger à mettre en forme rapidement le contre-projet que j'avais l'intention de proposer durant la campagne des cantonales.

Quelles sont les dernières nouvelles ?

-- Les voeux dans les villages sont une occasion pour les habitants de se retrouver au moins une fois par an. Evidemment, pour un conseiller général qui rate tout ce qu'il touche, il faut être là pour montrer sa bobine et faire un de ces discours gnangnan dont il a le secret. A la limite, c'est le seul truc qu'il sait faire à peu près, des remerciements, des vues sur la comète et des phrases creuses,

Seulement voilà, la rébellion s'organise et les voeux à Ouilly du Houley ne se sont pas vraiment passés comme prévu (il y avait le maire d'Hermival les Vaux en renfort). Le maire, Mr CHAMPION, qui a manifestement percuté, lui est rentré dans le chou, et fait comprendre que son blabla ne tenait pas la route.

-- A l'initiative d'un couple d'habitant, une association de défense de la Vallée de la Paquine (et environs, il faut inclure les deux plateaux) va se constituer, mise en ligne de l'adresse prochainement. Vous pouvez me la demander.

-- J'ai rendu visite à une autre personne au lieu dit "Le Lieu Milment", commune d'Hermival les Vaux. Il se trouve que des "plombiers" sont venus grenouiller dans un de ses herbages, ont planté deux "clous d'arpentage" (photo à suivre), à 50/80m d'intervalle (la largeur d'une emprise TGV deux voies), repérés par des piquets passés à la bombe rose, en novembre.

Ces clous très particuliers sont utilisés par les géomètres, pour donner une référence spatiale précise. 

C'est extrêmement étrange : l'EDF et la compagnie des eaux disent que ce n'est pas eux, le maire (en conseil) "n'est au courant de rien".

Tout est possible : canular (les Augerons sont des farceurs), promoteur repérant le terrain, "malfait" (un tel clou est très dangereux pour le bétail, par ingestion ou blessure au sabot), ou effectivement équipe de RFF (ou sous-traitant) venue repérer les lieux discrètement. Le fait qu'ils aient abandonné les clous indique soit que ce sont des gougnafiers (mais déjà ils ont pénétré sur une propriété sans prévenir), soit qu'ils ont été dérangés.

-- Toutes les transactions immobilières sont bloquées, des compromis ont déjà été annulés. Pour les agents immobiliers et les entreprises de terrassement et du bâtiment, cette situation n'est pas tenable bien longtemps. Il va falloir que les politiques et RFF accouchent.

-- Aubril essaye toujours de semer la confusion en essayant de faire croire que ce n'est pas vraiment une ligne TGV. Nous vous en parlerons plus tard, en fait RFF hésite entre un TGV classique à 300km/h et des automotrices à 250km/h. Rassurez-vous, la largeur des emprises et le boucan, c'est du pareil au même.

Gros mensonge : "Lisieux s'est joint au dossier". C'est faux, nous ne sommes pas représentés autour de la table de négociation. Et de finasser "tout le monde parle d'une même voix", le problème c'est que le peuple pour le moment, n'a pas encore élevé la voix, mais ça va pas tarder.

"C'est un projet à 15 ans", certes, mais les décisions sont prises en ce moment. Une fois que le tracé sera choisi, pour revenir en arrière, bonjour.

-- C'est donc bien cette année ou au plus tard en 2012 qu'on saura si, comme il faut le souhaiter, la gare "PAYS D'AUGE" sera celle de Lisieux.

Ce qui est fantastique, c'est qu'ils ont lancé une étude pour réaménager la gare actuelle, étude qui ne servira à rien du fait du bouleversement que représente une gare de "débranchement" (Deauville/Orne/Granville/Cherbourg), à 1h de la Défense !

Des fois on se demande. On me reproche parfois de les traiter de crétins, mais là franchement, c'est justifié. Il suffisait d'attendre un an.

Ce sera un chambardement énorme pour Lisieux, dans un sens ou dans l'autre : sans gare, on est cuits, avec une gare, c'est le jackpot.

Tout ce qui précède est bien entendu de la propagande, de la démagogie, des menteries.

 

 

MAJ 05.01.2011 : On avance, on avance, comme dans la chanson de Souchon. Le document datant d'octobre 2010, publié progressivement sur ce site, était bien le bon, car il a servi de base de discussion lors du comité de pilotage qui s'est tenu à Paris le 15.12.2010, en présence de Laurent Beauvais, président de région, mais en l'absence du maire de Lisieux, pourtant salement concerné, et nous avec.

Le comité a pris acte des quatre scénarios, ce sont bien les ingénieurs de RFF qui ont la main, puisque ce sont eux qui concoctent les plans.

On est Jacobin ou pas, et la SNCF, dans le genre monstre centralisé, on ne fait guère mieux.

Outre ces cartes, d'autres éléments très intéressants figurent dans ce mémoire, dont nous allons accélérer la publication.

La prochaine réunion du comité LNPN aura lieu "début 2011", avec des estimations du coût du projet, et la clé de répartition entre Etat, Régions, Départements, milieux économiques (CCI) et SNCF (voire l'Europe).

Contrairement à ce que font croire les maires pantins de Aubril et le la Marquise AMELINE dans le canton LISIEUX I, la machine est en marche depuis bien longtemps et les décisions sont bel et bien en train de se prendre sans nous.

C'est ce que l'ECHO JOLI se tue à répéter depuis un an. Mais j'affabule, je suis démagogue, menteur, et je répands la terreur dans les campagnes, je fous la trouille aux vieux, et j'ai d'ailleurs remarqué que ma brouette est connue et qu'on sonne le tocsin dès qu'on me repère.

 

 

 

 

MAJ 05.01 : Premier "scénario" (ci-dessus). Bifurcation "Y" du côté de Louviers, gare de Rouen au sud, ligne du Havre au nord de la Seine qu'il faut traverser.

La ligne Basse Normandie traverse la vallée de la Risle sur un viaduc (à côté du viaduc de l'Autoroute). Le raccordement à la ligne classique se fait soit après Bernay, soit après Mézidon. C'est le tracé Nord-Est de la carte routière ci-dessous. Rappelons que ces tracés sont des hypothèses, en fait la largeur des zones concernées est de l'ordre de 6km (3km de chaque côté). Personne n'est à l'abri dans le canton n°1, y compris maintenant la zone Thiberville/Marolles/Courtonne.

C'est vraiment pas de bol !

 

 

 

MAJ 26.12 : Le zonage se précise. En jaune la version tunnel sous l'estuaire, qui a peu de chances d'aboutir, en rose un tracé direct, très cher et qui signe l'arrêt de mort de Lisieux (passage par Pont l'Evêque), en vert le tracé "Nord Est" de la carte du canton Lisieux 1, en bleu le tracé "Est" de la même carte, vallée de la Paquine et alentours.

Rappelons que les "couloirs" possibles font cinq kilomètres de large. Si pour la version nord-est, le point de passage quasi obligé est la ligne haute tension entre Moyaux et Le Pin, pour la version Est, c'est plus flou, avec une forte présomption pour l'emprunt du flanc sud de la vallée de la Paquine, moins construit et avec des forêts à flanc de coteau. Quand on se rend sur le terrain, lors de la distribution des tracts, on se rend compte que c'est la meilleure solution.

 

 

MAJ 25.12 : Dans leur démarche Cartésienne pour aboutir à la décision finale les ingénieurs de RFF procèdent par zonage.

Ce sont eux qui ont la haute main sur ce dossier, les élus n'étant là que pour donne leur point de vue. Et quand on sait qu'Aubril a réussi à ne pas figurer dans la commission Basse Normandie, c'est encore pire, il subit.

Voici donc la zone concernée par les différentes variantes. A l'intérieur, évidemment tout est possible. 

 

 

 

 

 

MAJ 19.12 : Autre hypothèse émise, outre le tracé déjà connu, un passage sous la Seine du côté de Honfleur est aussi envisagé. Le franchissement de la Seine à Rouen, dans un milieu particulièrement urbanisé et industriel, avec des usines Seveso en veux-tu en voilà, est en effet un gros problème à résoudre, vu la grimpette pour monter sur le plateau. C'est d'ailleurs pour cette raison que le réseau de l'Ouest (puis de l'Etat) avait choisi de franchir la Seine à Sotteville, et par une succession de tunnels très longs, goulot d'étranglement à deux voies, créer une gare Rouen au nord de la ville très enclavée. Après ça monte jusque Motteville.

Pour l'anecdote, à la vapeur, faut pas se louper (pas de charge sous le tunnel, éviter la fumée), sinon c'est le "plantage de chou" assuré. Rigolez pas, on s'est retrouvé une fois en carafe en pleine nuit sur le viaduc de Barentin.

Quand au tunnel sous la Seine, si techniquement c'est faisable, c'est un peu du domaine du fantasme et bonjour l'ardoise.

 

 

 

 

 

MAJ 18.12 : Suite du document donc. En face des flèches "bifurcation" du "Y", les points de raccordement à la ligne Basse Normandie actuelle, dite "classique", les flèches indiquant les directions possibles de la voie LGV.

C'est un document d'étude et de prospective. Si la position du raccordement le plus à gauche "CAEN" est logique, les deux autres points "Lisieux" et "Bernay" sont idiots quand on connaît bien la ligne, ce qui est mon cas, je le rappelle, pour y rouler en machine à vapeur touristique.

En effet, le point "Lisieux" est situé dans la vallée du côté de Glos/Courtonne, alors que la voie entre Lisieux et Bernay est déjà à 200km/h (220 en TGV ou automotrice nouvelle génération). Raccorder juste après Bernay fait faire beaucoup d'économies.

Le point "Bernay" situé entre le triangle de Serquigny et Bernay est tout aussi aberrant : il faut descendre dans la vallée et Bernay, à cause du tunnel et des courbes qui l'encadrent, c'est 150km/h.

D'une manière pratique, si c'est Caen, les cantons de Cambremer et Lisieux I sont aux première loges, avec une variante par rapport au tracé Ouilly/Rocques/Fauguernon/Moyaux/Le Pin, par la vallée de la Paquine tout du long, si la bifurcation du "Y" est positionnée vers le sud-est (voir plan ci-dessous).

Si c'est Lisieux, c'est le sud de Lisieux 1 qui trinque, Firmin n'a vraiment pas de chance...

Ca suit toujours dans la salle ?

La solution Bernay a très peu de chances d'être retenue.

A suivre....

 

 

 

MAJ 16.12 : Les petites souris de l'ECHO JOLI ont encore une fois bien travaillé. Voici une première carte dressée par RFF, qui schématise les différents points (ronds rouges) où pourrait se situer le "triangle" (ou "Y") de séparation des lignes hautes et bas Normandes, suivant les quatre scénarios qui se dessinent.

Le comique est que les flèches traversent de part le canton n°1. Criblé comme le martyr Saint Sébastien.

On notera que ce document date du 14 octobre, n'a rien de confidentiel, et est entre les mains des "zélus" des Conseils Régionaux. Pas trace dans la presse évidemment, soit que les journalistes pros sont peu curieux, soit la rétention de l'information est bien faite. C'est une vieille manie chez les élus, de s'accaparer l'information qui est un des éléments du pouvoir. Evidemment, internet fait voler tout cela en éclats, le coup de Wikileaks devrait les faire réfléchir.

Quand le maire de Moyaux et ses petits copains des alentours disent à leurs conseillers municipaux, qui s'inquiètent légitimement, qu'ils ne sont au courant de rien, soit ils sont tenus à l'écart, ce qui en dit long, soit sont au parfum et s'écrasent sur ordre.

Après tout ils n'ont qu'à lire l'ECHO JOLI plutôt que d'écouter les balivernes de leur conseiller général, lui aussi complètement à la rue.

 

 

 

TGV : UN VIADUC SUR LA TOUQUES ?

 

MAJ 23.11 : Ce cliché d'un viaduc sur la LGV Rhin Rhône prouve bien que ce n'est pas un problème de franchir la vallée de la Touques dans les airs pour éviter les dénivelés. Ce qui déplacerait la ligne en dehors des vallées, mais aussi signerait l'absence d'une gare à Lisieux, mais n'empêchera pas la destruction de la vallée de la Paquine pour faire passer les deux bretelles de raccordement vers Lisieux/Granville et vers Deauville.

En dessous, nous publions la motion rédigée dans le canapé de la Mairie (les attendus qui précèdent sont triviaux), par les bizounours Clotilde et Bernard.

Quand on connaît l'enjeu, et surtout la dramatique absence du maire de Lisieux dans la commission présidée par le camarade Duport, ce texte est d'une mièvrerie sirupeuse affligeante.

Surtout, IL NE PREND PAS POSITION SUR LA LOCALISATION DE LA GARE, ce qui signifie que la commission et les décideurs que sont l'Etat, la SNCF, les présidents de conseils régionaux et départementaux ONT LES MAINS LIBRES.

Aubril a bien une mentalité de larbin impersonnel qui accepte tout, qui se soumet aux décisions des autres, comme pour les bretelles de l'A13.

Reste-t-il des incrédules dans le canton LISIEUX 1 ?

 

 

 

 

 

 

 

 

TGV : L'EURE SE REMUE

 

MAJ 15.11 : Alors que le silence du Conseil Général du Calvados est assourdissant, celui de l'Eure a compris le danger.

Voir l'étude récente (juin 2010). Ils ramènent un eu la couverture à eux, les raccourcis dans le Calvados sont stupides, mais bon.

 

 

 

TGV : MIGRAINE NOUS LA DONNE

 

MAJ 14.11 : Elle est fastoche mais j'ai pas pu résister. J'ai toujours dit qu'il fallait se méfier des cyclistes, la preuve.

Ce matin, tournée au fin fond du CANTON LISIEUX 1, ceux situés au nord de la ligne LGV, commune de LE PIN. Plein de maisons neuves, le mitage n'est pas une vue de l'esprit. Les maires et paysans s'en sont sortis en vendant du terrain pendant 50 ans, mais on est un peu au bout. Des centaines d'hectares sont ainsi sortis de la production, et le pire c'est que pratiquement personne ne fait de jardin, de la pelouse, un usage immodéré du désherbant. Le retour sur terre dans les terres va être dur à vivre au fur et à mesure de l'augmentation inexorable du carburant.

 

 

 

TGV : MAIS OU EST PASSE

 

LE FIRMIN DES MARQUISES ?

 

 

 

MAJ 12.11 : Les journaux papier et le site OUEST FRANCE ont publié plusieurs clichés de la réunion des maires à Honfleur, sur le sujet brûlant du Grand Paris et du TGV, et on n'y voit pas le maire de Lisieux, encore pour peu de temps la deuxième ville du Calvados. Quelqu'un l'a-t-il vu à cette réunion ?

S'il était absent, c'est quand même grave, car c'est dans ce genre de raout qu'on peut prendre contact et faire valoir son point de vue, surtout que le grand chef à plumes du TGV, Jean Pierre Duport, est là. Ce qui lui a permis de prendre la température des maires, surtout celle des futurs couillonnés dont la commune va être traversée par la LGV.

Au fait, les "potes à Nanard", les maires d'Ouilly, de Rocques, de Fauguernon, de Moyaux, du Pin, d'Hermival étaient-ils de la fête et ont-il ramené leur fraise pour défendre leurs ouailles ?

 

 

 

TGV : LE PAYS D'AUGE

 

UNE FUTURE BANLIEUE ?

 

 

MAJ 09.11 : Nouvelle réunion des maires à Honfleur, où on retrouvait le camarade Jean Pierre DUPORT, qui venait faire avaler ses pilules aux "zélus".

L'article de OUEST FRANCE est significatif, on remarque une certaine panique du maire de Honfleur qui voudrait que le TGV passe chez lui et sous la mer.

Il est trop tard, cela fait 15 ans que Honfleur aurait dû agir pour la réouverture de sa ligne. Les erreurs stratégiques, ça fait mal quand le destin te présente l'addition.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Grand-Paris-operation-seduction-des-maires-_40732-1580150------14366-aud_actu.Htm 

 

 

 

TGV : RFF EMBAUCHE

 

http://www.rff.fr/fr/emploi/candidats/offres?id_offre=193 

 

 

 

TGV : LE MAIRE D'EVREUX

 

Pour le dossier complet c'est par ici

 

MAJ 07.11 : Transmis par un honorable correspondant, un peu concerné puisque la ligne telle qu'elle est dessinée sur les cartes de ce site passe entre sa cuisine et sa salle à manger.

Sur son blog, le maire d'Evreux, Michel Champredon, indique qu'il a réussi à faire inscrire au comité LGV du 14.10.2010 (c'est donc tout chaud), l'étude de la position de la bifurcation près de chez lui. Evidemment, Laurent Beauvais (Région BN) ne va pas être d'accord du tout, puisque cela allonge considérablement la liaison Caen - Rouen - Le Havre.

 

"Le Comité territorial du projet de Ligne à Grande Vitesse Paris Normandie du jeudi 14 octobre 2010, présidé par Jean-Pierre Duport, a inscrit l’étude du « Y » (embranchement ferroviaire où se sépareront les lignes de Paris vers Rouen et Le Havre d’une part, et de Paris vers Caen et Cherbourg d’autre part) à Evreux comme hypothèse de travail.

Cette décision :

- démontre la pertinence de la démarche engagée par le Grand Evreux Agglomération et les partenaires de cette opération, les chefs d’entreprises. Le travail réalisé depuis plusieurs mois dans un esprit collectif et au-delà des étiquettes politiques a clairement porté ses fruits,

- confirme l’attention portée par les Pouvoirs publics au devenir du transport sur le territoire du Grand Evreux Agglomération. Après la suppression de la ligne Cherbourg / Evreux / Dijon, annoncée sans concertation préalable par la direction de la SNCF, et justifiée par la baisse des crédits alloués par l’Etat à la SNCF et par une faible fréquentation de la ligne, cette annonce représente une bouffée d’oxygène. C’est également un juste retour pour un territoire qui a vocation à devenir un point d’équilibre au sein de l’espace francilien et normand,

- encourage l’amplification de la mobilisation des Ébroïciens en faveur du « Y » à Evreux. L’inscription de cette étude comme hypothèse du travail en démontre la faisabilité technique : il faut désormais passer à l’étape supérieure pour en renforcer la légitimité.

L’irrigation complète du territoire normand, l’oxygénation de Paris grâce au ferroutage, la création de la liaison ferrée Rouen / Evreux, le développement économique renforcé grâce à la proximité de l’agglomération parisienne, les disponibilités foncières pour le Grand Paris, la préservation du corridor écologique que représente la Vallée de la Seine : les avantages de l’option « Y » à Evreux sont plus que jamais d’actualité.

Avec l’ensemble de nos partenaires, je continuerai d’agir dans le cadre du débat public qui va s’ouvrir pour convaincre de la justesse de cette hypothèse, et j’appelle tous celles et tous ceux qui sont intéressés par l’avenir du territoire du Grand Evreux Agglomération à s’y associer.

Aussi, vous trouverez ci-joints les deux extraits  du rapport remis par le Comité territorial du projet de Ligne à Grande Vitesse Paris Normandie du jeudi 14 octobre 2010"

 

 

 

La carte ci-dessous est extraite d'un document RFF (c'est ce que nous disions, les ingénieurs avancent), est baptisée "scénarios d'étude", il y en a donc plusieurs, et c'est la page 44. La petite souris de l'ECHO JOLI aimerait bien connaître la teneur des 43 précédentes et de la suite.

Les populations sur les différents trajets aussi.

Surtout du côté de Firfol/Ouilly du Houley/Hermival/Rocques/Coquainvilliers, car ce décalage du Y reporterait le tracé plus au sud (ce que l'Echo Joli avait déjà pressenti).

BREF, PERSONNE N'EST A L'ABRI DANS LE CANTON LISIEUX I !!!

Evidemment, AUBRIL, exclu du comité par sa faute, n'est au courant de rien, et est aussi cocu sur ce dossier TGV que les quatre de l'Ellipse.

 

http://michelchampredon.fr/?p=963 

 

 

 

Dossier WIKIPEDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/LGV_Normandie 

 

 

MAJ 05.11 : Nanard s'en est pris une, cliquer sur la miniature :

 

 

 

 

MAJ 31.10 : Sur le blog de Laurent Beauvais, président de la Région quand même (26.10)

On remarque que celui-ci est surtout préoccupé par les liaisons entre haute et basse Normandie, ce qui entraîne une bifurcation ("Y") proche de Rouen.

Il ne fait pas une fixation sur une ligne entièrement nouvelle, puisque la vitesse citée 200km/h est DEJA PRATIQUEE sur la ligne actuelle, que 250km/h est possible avec les automotrices futures, toujours sur ligne actuelle aménagée. Le 300km/h nécessite par contre une infrastructure dédiée.

Etant un des futurs bailleurs de fonds avec nos impôts, la Région a son mot à dire.

Aubril, qui est le grand absent dans le comité de pilotage, entièrement de sa faute, comme nous le démontrerons plus tard, n'a lui qu'à la boucler.

 

LGV : quelle vitesse, quels services et quel coût pour la Région Basse-Normandie ?

Un nouveau comité de pilotage de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie s'est tenu ce jour à Paris sous la Présidence de Jean-Louis DUPORT et en présence de très nombreux élus des 3 Régions concernées.
Bien entendu j'y assistais .
Confirmation a été donnée du lancement des études sur plusieurs options dont celle qui nous mobilise plus particulièrement, c'est-à-dire la liaison Cherbourg-Paris en 2h15.

J'ai rappelé que parmi les "fonctionnalités" que nous recherchions à développer avec ce projet figurait notamment  la liaison Caen-Rouen en moins d'une heure qui permettait de mettre en meilleure relation les 3 grandes agglomérations de Normandie : Caen, Rouen, Le Havre  C'est là toute la dimension "normande" du sujet ! Ces options définissent des choix de vitesse (200, 250 ou 300 km/h) associés à des services.

Ainsi la plus ou moins grande vitesse à rejoindre Caen peut déterminer des services plus ou moins étendus sur le reste du territoire (Cherbourg, Granville, Alençon, Rouen).

J'ai aussi demandé confirmation que ces études seront assorties d'indications de coût pour préparer le débat public qui devrait intervenir en octobre 2011. Ce point est important car beaucoup de citoyens, "mis en appétit" par nos débats et par le volontarisme affiché par la Région et les autres collectivités, n'ont pas encore pris conscience du coût du projet qui sera gigantesque (entre 7 ou 9 millards d'euros) et des capacités qu'auront (ou pas) les collectivités à venir aider (c'est un faible mot ! ) l'Etat à prendre en charge ce projet d'intérêt national.

J'envisage ainsi  de faire réaliser une étude d'ingénierie financière pour ce qui concerne la seule problématique bas-normande.

La prochaine réunion a été fixée au 15 décembre. Nous y examinerons la prise en charge financière du coût du débat public (3 millions d'euros environ), eh oui !

 

 

 

 

 

MAJ 30.10 : Tournée de tracts hier aux confins d'Asnières. Toujours des rencontres sympas. Commentaire d'un

futur riverain, un jeune néo-propriétaire : "oui, mais non, je veux pas de ça". Réponse : Expliquez ça à votre maire.

 

 

 

 

 

Moyaux. D'après le patron, il n'a jamais vu qui vous savez.

 

 

MAJ 22.10 : Encore une tournée de distribution de tracts ce matin aux confins de Moyaux, le fief. Il faisait beau, les gens sont dehors, on peut discuter. Tous mes interlocuteurs ignoraient ce qui est en train de se tramer en coulisses à l'insu de leur plein gré. Un conseiller municipal du PIN m'a indiqué que rien n'avait filtré pour le moment en conseil municipal, alors que les habitants vont y laisser leur tranquillité et des centaines d'hectares de bonne terre agricole. Idem sur MOYAUX.

Un grand bravo aux maires "potes à Nanard" et vassaux de la Marquise Nicole Ameline, et à la presse papier.

 

 

Un si joli bourg, son usine de lessive, ses bistrots, son calme, sa sérénité, sa foire aux ânes.

 

 

 

UN NOUVEAU DOCUMENT

 

 

 

 

Cliquer sur la miniature pour accéder au pdf.

 

MAJ 15.10 : Cet article parle du fameux snit (voir le dossier TGV). Le gros problème pour les habitants du canton 1 (et celui de Cambremer), et pour TOUS les acteurs économiques de Lisieux, est que c'est bien le Préfet Jean-Pierre Duport qui dirige les opérations. Il a été président de RFF (la société filiale de la SNCF qui gère le réseau, et donc construit les lignes nouvelles), c'est un pur produit du sérail. La SNCF a toujours été la chasse gardée des grandes écoles d'ingénieurs.

C'est bien RFF qui va pondre l'avant projet, ou au moins une première ébauche, avec apparemment trois variantes suivant la position de la "bifurcation" (le Y), lequel sera remis en décembre de cette année.

Autant dire que la messe sera pratiquement dite.

Car lors du "débat public" de septembre 2011, il ne s'agira que de tractations secondaires, pour savoir si la ligne passe dans la sacristie ou les WC de la mairie.

Pour les incrédules et naïfs qui croient que "c'est pas pour tout de suite", détrompez vous.

N'écoutez pas vos maires et vos conseillers généraux (UMP ou PS), ils vous embobinent sur ordre depuis le début.

Que les élus n'aient pas encore fait un choix clair entre le tracé "Aubril" (sans gare) et le tracé de bon sens "voie actuelle aménagée + gare de Lisieux devenant Gare Pays d'Auge", est lourd de signification. En politique, une position de faux cul, l'ambigu, c'est très mauvais. Or c'est le sens de la motion votée comme un seul homme par les troupes UMPiste et celles du PS + Verts en conseil municipal à Lisieux : ils se contentent d'implorer une "gare proche de Lisieux".

L'expérience des écologistes (des vrais, pas les supplétifs du PS et de l'extrême gauche que sont Les Verts) est que seule la mobilisation des citoyens paye.

Le plus bel exemple est la mobilisation des Bretons contre la centrale nucléaire de Pleben.

La passivité, le fatalisme (si typiquement Augeron), le renoncement, vous assure des ennuis à terme.

Je lance un appel aux habitants du canton Lisieux 1 concernés, qui sont maintenant presque tous au courant grâce à une distribution de tracts "percutants" : n'hésitez pas à user de votre influence sur vos relations personnelles, sur vos élus, pour que la solution que je vais vous proposer sous peu soit retenue.

 

 

 

LES BÉTONNEURS SONT SUR LE COUP

 

MAJ 11.10 : Chez les marchands de béton on suit manifestement l'affaire de près, quitte à user de lobbying pour faire le maximum de travaux, plus c'est grandiose et consomme du terrain, plus ça graine.

Le "vient d'accepter le tracé du futur TGV" est inquiétant, car les tourtereaux de la mairie, cul et chemise comme cochon, essayent de faire gober aux gogos qui veulent bien avaler leurs fadaises que "rien n'est fait".

 

 

 

 

MAJ 09.10 : Toujours JC DESLANDES, qui a de la prose :

Regarder passer les TGV

 

Dans l'expression regarder passer les trains, l'allusion aux paisibles ruminants est implicite pour signifier une certaine passivité face aux évènements. En cela, il n'y a rien de vulgaire tout comme d'ailleurs dans l'expression parler français comme une vache espagnole. A ce sujet, l'écrivain Gilles Henry nous révèle bien joliment l'origine de maintes formules dans son ouvrage "Petite histoire des expressions" (éditions Tallandier, 2003).

Pauvres vaches ! Elles s'en moquent comme de l'an quarante de cette pomme de discorde à propos du TGV. En revanche, beaucoup de gens ont la puce à l'oreille et certains sont même aux abois et craignent d'être le dindon de la farce. J'en mettrais ma main au feu, avec cette histoire de ligne TGV, on n'est pas sortis de l'auberge.

Surtout, que nos vaches ne disparaissent pas de nos gras pâturages et ne crions pas trop vite mort aux vaches !

Jean-Claude DESLANDES

 

NDLR : le futur dindon on le connaît, même qu'il a un pouce, pardon, une aile brisée, manque au tableau une oie blanche, pardon, rose.

Avec le TGV, on ne regarde pas passer les trains, mais on est assourdi par le passage du TGV. C'est presque du même niveau qu'un concert à la Double Croche.

 

MAJ 08.10De notre fidèle chroniqueur JC Deslandes :

Un p(e)tit train dans la campagne

 

Dans l'article titré "Train à grande vitesse : voix divergentes" (Ouest France du 30/09), Sabine MICHAUX, des Verts, s'interroge notamment sur les tracas occasionnés par l'aménagement d'une gare T. G. V. Bernard AUBRIL lui rétorque : "Vous allez plus vite que le dossier".

Mais le tracé d'une ligne T. G. V. n'est-il pas présenté dans le bulletin n° 101 du Conseil Général ? Et l'on imagine bien volontiers comme dans la chanson enfantine (Un petit train de Marc FONTENOY ) :

"Le p(e)tit train qui flân(e) parmi les verts bocages

Et les bois qui sentent bon l'été".

Certains élus prennent-ils les électeurs pour des êtres qui – les sabots dans la bouse – regardent passer les … informations sans broncher ?

Jean-Claude DESLANDES

 

 

 

 

LA GARE PAYS D'AUGE ?

 

 

Bernard et Clotilde en train de rédiger leur co-motion sur le canapé du bureau du maire.

 

 

MAJ 04.10 : Crapahut dimanche dans la zone la plus plausible du passage de la ligne, sur le plateau, entre Le Pin et Moyaux (il y a déjà deux lignes EDF à haute tension). C'est un peu l'effervescence dans ce coin perdu, le bouche à oreille étant le moyen de communication de plus utilisé dans les campagnes. Excellents contacts avec les habitants. S'il y a des fans de "Nanard", il est aussi habillé pour l'hiver avec des noms d'oiseaux, que je ne répèterais pas tellement c'est hard, tellement c'est désagréable.

Je n'ai pas encore le texte exact de la motion VALTER/AUBRIL rédigée dans le canapé du bureau du maire, mais pour le moment, cette motion demande une gare, comme si ce n'était pas gagné.

Ce quasi lapsus est donc très lourd de signification.

Suivez bien ce raisonnement cartésien, du silence, zen, une musique de relaxation :

Si le TGV passe par la ligne actuelle, la gare existe déjà.

Si les deux tourtereaux de l'UMPS (UMP+PS) demandent une gare, c'est qu'ils ont déjà entériné le tracé extérieur à Lisieux (celui des nombreuses cartes publiées). Pas certain que les électeurs d'AUBRIL soient vraiment d'accord. En plus un candidat socialiste dans le canton LISIEUX 1 a d'hors et déjà un boulet au pied, puisque la patronne du PS local est de mèche avec AUBRIL.

Suite de l'implacable raisonnement :

Pas de gare à Ouilly le Vicomte ou ailleurs dans la vallée de la Touques : tout les intervenants dans ce dossier s'en foutent, ça retarde (vitesse limitée), on est chez les ploucs, ça gêne les trains sur Deauville (dont celui des cocus le vendredi soir), pas assez de voyageurs, avec un TGV beaucoup plus cher que les trains Corail (la SNCF vient juste de demander à l'Etat de libérer ses tarifs et Bruxelles va appuyer).

Pire : FINALEMENT, QUAND ON Y RÉFLÉCHIT, IL N'Y A PAS UN BESOIN VITAL DE GARE "PAYS D'AUGE" HORS LISIEUX, puisque de toutes façons, il y aura un raccordement vers le sud pour desservir Mézidon, Argentan, Granville (comme dessiné sur le plan ci-dessous).

Dès lors, c'est tout bête, les TGV Lisieux Paris peuvent avoir pour origine... Lisieux ou Granville, il y a cinq kilomètres à faire pour rejoindre la LGV.

C'est d'ailleurs le sens du lapsus de l'Eveil.

C'est un peu comme dans les cinq dernières minutes, "Bon Dieu mais c'est bien sûr !".

Car tout s'explique : tracé "proche de Lisieux", motion pour une gare PAYS D'AUGE en forme de voeu pieu, et en plus l'étude sur la gare actuelle qui ne sera pas une gare TGV de passage, mais un terminus avec correspondance pour Granville.

Ce scénario vers lequel se dirige le couple maudit AUBRIL/VALTER est donc le pire pour Lisieux.

Ca veut dire aussi un passage dans la vallée de la Touques à vitesse maxi, 320km/h, avec le boucan associé (proportionnel  au cube de la vitesse).

Bref, nous aurions tous les inconvénients sans pratiquement aucune retombée économique, nous allons regarder passer les TGV et ça roule vite.

D'où l'urgence pour que la "société civile" ramène sa fraise. Ca fait du monde : les milieux économiques (GIL, CCI, confréries diverses), les habitants du canton LISIEUX 1, les cheminots (qui d'après Pascal Chappelle préféreraient un aménagement de la ligne actuelle pour la rendre plus rapide). 

 

 

Sur ce schéma on voit bien que la gare TGV à Ouilly n'est pas indispensable avec les deux raccordements vers Lisieux et Deauville.

 

 

TGV, suite : UN LAPSUS PEUT

 

EN CACHER UN AUTRE

 

 

MAJ 01.10 : Comme l'ECHO JOLI l'a déjà dit, mon grand copain Nanard, malgré ses limites, a pigé le parti qu'il pouvait tirer du cloisonnement entre la ville, la CCLPA, le canton et le conseil général. La main droite ignore dans quel tiroir fouille la main gauche. Maire de Lisieux où la moindre tête qui dépasse finit dans le panier de la guillotine du bourreau de la bande des cinq, une dame à chignon, et Président de la CCLPA où tous les délégués s'écrasent mollement et votent à main levé comme un seul homme, du moins jusque maintenant, il fait financer ses lubies par les deux instances qu'il contrôle étroitement avec ses sbires.

Ainsi en est-il de cette affaire d'étude du réaménagement de la gare de Lisieux.

Trouvant complètement débile de faire une étude maintenant alors qu'on ne sait même pas où sera la future gare PAYS D'AUGE, j'ai contacté Clotilde Valter à ce sujet. Sans succès, en plus elle a voté cette résolution. Si la gare TGV PAYS D'AUGE est celle de Lisieux, il faudra tout recommencer, et à une plus large échelle, puisqu'il faudra prévoir l'implantation de bureaux, d'entreprises, de logements, voire une galerie commerciale.

Je ne suis pas le seul à avoir eu cette réflexion de bon sens, puisque dans l'article ci-dessus extrait de l'Eveil du 29.09, deux conseillers de la CCLPA se posent la même question. On se demande effectivement bien pourquoi la CCLPA financerait une étude qui ne la concerne pas. En français dans le texte on appelle cela un abus de bien social. Quatre se sont abstenus lors du vote, des courageux qui vont connaître le sort des bannis, limogés, disgraciés par la bande des cinq. Il paraît que le bourreau au chignon est déjà en train de torturer des poupées à leur effigie à l'aide d'épingles à cheveux haineusement affûtées.

Le cabinet qui va se charger de cette mascarade ne va pas être déçu du voyage en train : refaite récemment, lors de l'électrification, pas grand chose à faire, idem pour le parking du parvis réhabilité il y a quelques années avec des plantations neuves, un parcotrain neuf. Par contre la quartier, ça craint : un hôtel borgne, une rue de Verdun façon tranchée 14/18, un hôtel brûlé en ruines, des bâtiments SNCF vides, des pas de portes vides, un camp de manouches, un parking sauvage, les immeubles minables des Terrasses de la Basilique vides (il dépose quand son bilan José Luis ?), l'immeuble Wonder saccagé avant d'avoir servi, une rue d'Alençon encombrée, un rond point avec la rue d'Orival pas fait alors qu'ils avaient acheté démoli un immeuble il y a trois ans (s'agissait-il de sauver la peau du propriétaire aux frais du contribuable comme le parking Gascouin rue Sainte Marie ?).

Rien que cette énumération révèle la nullité de la bande des cinq dans leur projection dans l'avenir.

 

DU LAPSUS : venons-en au lapsus qui peut en cacher un autre. Le dernier paragraphe, soufflé à la journaliste de l'Eveil, en est un beau.

Elle a sans doute sans faire exprès rapporté des propos qui lui ont été tenus "hors micro".

On reparle donc de "gare proche de Lisieux", reliée aux voies ferroviaires existantes, et à des axes routiers rapides.

C'est tout à fait le cas du plan ci-dessous. Même les nains de jardin dans le canton n°1 commencent à faire la tronche.

 

 

 

TGV : APRÈS LE CO-VOITURAGE,

 

 

Covoiturage pour se rendre au conseil général.

 

LA CO-MOTION UMP/PS

 

MAJ 29.09 : Conseil municipal de Lisieux assez cocasse hier, avec un jeu trouble entre notre Firmin des marquises et Clotilde Valter. En effet, ce fut fugitif et demande confirmation, mais il semble que les deux compères aient rédigé la motion votée par le conseil municipal (dont je n'ai pas le texte).

Votre journaliste contacte la mairie pour avoir aussi le texte de la diatribe haineuse à son encontre qu'a prononcé Aubril, à laquelle il ne pouvait répondre puisque les spectateurs d'une séance de conseil ne doivent pas intervenir, c'est la loi : j'ai noté toutefois que mon tract dans le canton n°1 était "démagogique", "primaire", "semait le doute", "rendait malade les gens", et peut-être "mensonger". Démagogique c'est sûr, primaire c'est normal, il faut faire simple si on veut que les gens mémorisent et le "Non au TGV = non à Aubril" est on ne peut plus sobre, semer le doute est l'objectif, quand à rendre malade les gens, on verra ça quand les bulldozers débarqueront.

Le "tracé n'est pas déterminé" selon le couple d'enfer Aubril/Valter, sauf que dans son numéro 101 Automne 2010, le Journal du Calvados, feuille de propagande du Conseil Général, publie encore un plan similaire aux documents qui figurent dans le dossier TGV de ce site.

Une nouvelle fois on voit le tracé passer juste au dessus de Lisieux, donc gare Pays d'Auge à Ouilly le Vicomte, et rejoindre la gare actuelle de Caen, avec des précisions sur les horaires : 1h15. Pour l'anecdote, Pascal Chapelle, présent dans la salle, pastèque*** et cheminot, m'a rappelé que les turbotrains mettaient 1h27, soit 12 minutes de plus. Entre 4 et 11 milliards d'€ pour 12 minutes, ça fait cher pour un état qui rentre dans la phase rigueur à coups de pieds dans le derche par les agences de notations :

 

 

 

Pour les "malades " du Canton n°1, s'adresser au docteur Firmin Aubril qui va vous arranger ça à coup d'Euphorisan 250, flanqué de sa bonne soeur Clotilde qui vous récitera trois pater et deux ave.

J'ai demandé le texte de la motion votée, car Clotilde et Bernard ont dû peser chaque mot, un coup à passer une après-midi dans le canapé du bureau du maire.

On est toujours dans le flou en ce qui concerne la position de la gare, hors Lisieux ou gare actuelle, l'hypothèse d'une gare "proche de Lisieux" à Ouilly le Vicomte avec tracé par les vallées de la Paquine et ensuite du ruisseau Le Pré d'Auge tient toujours la route.

Et ça, ça rend malade.

 

***Une pastèque est un membre du parti faussement écolo des Verts ou d'Europe Ecologie. Vert à l'extérieur, rouge à l'intérieur.

 

En marge de ce théâtre d'ombre, le point 7 de l'ordre du jour concernait le réaménagement du "pôle multimodal de la gare de Lisieux", encore du snob pour dire que des véhicules se croisent à un endroit. Un endroit ou il y a plusieurs cons peut donc aussi être multimodal.

L'étude va coûter 65000HT. De deux choses l'une ou ils ont déjà décidé de faire la gare TGV à Ouilly et alors cette étude va servir à quelque chose, ou ils ne savent pas, et l'étude et les travaux ne serviront à rien puisqu'il faudra tout repenser, à une tout autre échelle, si la gare Pays d'Auge est celle de Lisieux.

Surtout s'il s'agit d'une gare de "débranchement", avec des trains scindés à Lisieux, vers Deauville et Granville. Cela ne se fait pratiquement plus, car c'est source de perte de temps, de frais de personnel (atteleurs + conducteurs supplémentaires), de risques pour la sécurité et la fiabilité.

En attendant le pognon sera jeté par la fenêtre.

Cela a été voté à l'unanimité. Des fois on se demande.

 

TGV : MOTION (NON CENSURÉE ?)

 

MAJ 27.09 : Au fur et à mesure de la distribution de tracts dans les campagnes, la situation de faux cul entre deux chaises du Firmin des Marquise devient de plus en plus intenable, il faut cracher le morceau.

L'ordre du jour du conseil municipal du mardi 28, 20h à l'Espace Victor Hugo, point 4, prévoit une "motion ligne à grande vitesse Paris Normandie".

Ceux qui sont concernés par la ligne qui passe dans leur salle de bain seraient inspirés de venir en tant que spectateur (rappel : vous n'avez pas la parole).

C'est déjà une victoire de la liberté de la presse, de la liberté d'informer ses concitoyens, face à des têtes à tartes qui ont tenté de cacher la vérité au peuple.

Connaissant mes loustics, le texte de la fameuse motion, élaboré par les crânes d'oeuf du service de com de la mairie, risque fort d'être de la soupe insipide auquel le maire de Lisieux, piètre rédacteur, nous a habitué. Chaque mot va compter.

S'il nous ressort encore "proche de Lisieux", c'est que l'ECHO JOLI a raison.

De plus, de source sûre, le dossier de Réseau Ferré de France, avance et sera remis fin décembre, à qui finalement, mystère.

Et quand les brillants ingénieurs (Pont et Chaussées) de RFF auront pondu leur bébé, pour revenir en arrière, il faudra une jacquerie.

 

 

Ce train complètement bidon (Dijon !), s'arrête enfin. Les huiles d'AREVA préfèrent l'avion ?

 

 

 

TGV : LES COMIQUES UMPistes

 

MAJ 25.09 : Le cliché ci-dessous est extrait du Pays d'Auge (au titre de la citation autorisée par la loi). En effet la petite souris photographe de l'Echo Joli n'est pas invitée à ce genre de mascarade. On reconnaît de gauche à droite un illustre inconnu, Christian Fougeray*** (Président de la CCI), le larbin de service, un sénateur, le seul rescapé du désastre électoral de la droite dans le 7'6' et la marquise Nicole. Entre nous fagotée comme l'as de pique (chez Borgnol ?), et qui devrait changer de coiffeur. Bon Nicole, tiens, Arlette Chabot, qui est certes plus moche que toi, a changé de figaro, et est passée de laideron hideux à disgracieuse potable.

Ce "comité des élus de l'estuaire" (d'en rire) est évidemment complètement bidon, n'a aucun pouvoir ni influence.

En effet, deux associations en Basse-Normandie sont parties prenantes aux débats, une économique et une crée par Laurent Beauvais, le président de la région socialiste. Qui lui a de l'influence sur le dossier, car il va cracher au bassinet. On vous en recausera.

Ces zozos considèrent que le Pays d'Auge est un "cluster vert" dans "l'interland naturel de Port 2000". Traduction : cluster en Anglais, veut dire "groupe" (ou grappe). Utiliser ce mot est non seulement branchouille à deux balles, mais aussi franchement complètement con. Quand à "interland naturel", comprendre terrain de jeu et résidentiel des patrons et cadres de Port 2000 pour mettre à l'abri les mamans et les gosses de la grosse pollution de l'estuaire par le pont de Normandie qui a juste été construit pour ça.

Comme le fait remarquer justement un lecteur assidu, il y a un grand absent, le député Leteurtre, dont on aimerait bien connaître l'avis, au lieu de rester planqué à Falaise, qui n'a jamais aimé le chemin de fer.

***Qui n'était pas au courant du projet Ellipse 900 places de parking et 13000m2 de magasins à Lisieux, alors que son dirlo, Riton Rastignac est adjoint au valet de la Nicole. Ou son service de renseignement est taré, ou il se fout de la gueule du monde.

 

 

 

 

PANIQUE A GRANDE VITESSE

 

DES ZÉLUS DE L'EURE

 

MAJ 24.09 : Autre pièce à verser au dossier, l'article de LA DEPECHE de l'Eure paru en mai 2010. Sa lecture est édifiante, car on voit bien que contrairement au conseil général du Calvados, qui roupille sous la férule d'une Marquise as been, qui va lâcher le morceau en mars 2011, les loustics se sont remué le popotin. L'enjeu, la position de la bifurcation, le "Y" entre la Haute et la Basse Normandie. Le maire d'Evreux joue sa tête, et il s'en occupe. Pendant ce temps là, le nôtre fait sa cocotte avec le Tour de France.

Autre élément à ne pas oublier : le ministre de la défense, Hervé Morin est un élu de l'Eure, directement branché sur ses copains ministres.

C'est ce qui explique que sur le plan du SNIT la bifurcation ait été décalée vers Evreux.

A suivre, votre journal a reçu plein de nouvelles infos...

 

 

Cliquer sur la miniature

 

 

 

TGV : NOUVEAU DOCUMENT

 

MAJ 16.09 : Ci-dessous un extrait d'un document "SNIT" (complet en pdf, ou cliquer sur l'image ci-dessous) un peu fouillis mais extrêmement récent puisqu'il est daté du 09/07/2010 (on voit mal, en haut à droite), émanant du ministère de l'environnement.

On retrouve le même plan que celui du conseil régional, avec un "Y" (la bifurcation) décalé au dessus d'EVREUX au lieu de près de ROUEN.

Il est évident que la lutte d'influence pour avoir une gare proche d'Evreux doit être terrible en Haute Normandie (dont l'Eure fait partie).

Il faut noter que la ligne (tirets verts) est dessinée avec un raccordement juste avant Lisieux, mais si les ingénieurs de RFF décident de faire le tour pour éviter en particulier le très vieux tunnel de la Motte, la ligne passera exactement au même endroit que ce que j'ai appelé le "Tracé Aubril", soit une gare à Ouilly le Vicomte sauf qu'au lieu de venir du nord est, elle vient du sud est.

Comme le choix n'est pas fait, la zone dangereuse s'étend grave, car au lieu de passer par le plateau, on va suivre la Paquine.

 

 

MORALITE : IL Y A DESORMAIS DEUX TRACÉS "AUBRIL" POSSIBLES, ET DONC TOUT LE CANTON LISIEUX 1 EST POTENTIELLEMENT CONCERNÉ !     Et à part ça Angelini est un fou furieux qui raconte des bêtises.

 

NON AU TGV = NON A AUBRIL !

 

 

 

 

 

 

 

FIRMIN SE PREND DES TARTES A LA CRÈME

 

 

 

 

MAJ DU 02.09

 

 

 

MAJ 10.09 : La distribution de tracts dans les petits chemins de Fauguernon, et les rencontres fortuites de ramasseurs de mûres sur le terrain, portent leurs fruits.

Evidemment, je suis suivi à la trace, et le conseiller général du canton 1 renouvelable en 2011 a sorti sa plus belle plume pour tenter de faire en sorte que le couvercle de la cocotte minute ne parte pas dans les airs. La plume, c'est pas celle de l'ex-instituteur, bien incapable d'un tel texte, mais du service de com de la mairie, des spécialistes de la littérature visqueuse. Ci-dessous un scan de ce courrier, qui va m'obliger à me fendre à mon tour d'une missive.

C'est du blabla pour faire croire que tout ça c'est encore flou, alors que les carottes seront cuites en septembre 2011, c'est demain matin.

Pour le moment il y a bien une carte, les "fonctionnalités" sont déjà définies (gares, temps de parcours, itinéraires (vers Granville par exemple).

Je n'ai pas "inventé" "plusieurs tracés" mais simplement précisé le seul tracé de la carte de RFF sur la carte routière Michelin pour que les habitants puissent prendre conscience de ce qui peut leur tomber sur le crâne, s'il restent les deux pieds dans le même sabot.

Passons sur le paragraphe sur les polémiques et les mensonges, ça va bientôt être de ma faute. Pour le mensonge j'attends sereinement un procès au Tribunal.

Rappelons aux nombreux lecteurs de ce sujet que tout de même leurs gentils maires ont été convoqués en juin par la très gentille Marquise Nicole Ameline à une sauterie destinée à les endormir et surtout à leur faire fermer leur clapet, repérer les récalcitrants, et tâter le terrain sur les résistances potentielles des maires, de leurs conseillers et de la population. Ces informations sont capitales pour les renseignements généraux et définir la stratégie pour empapahouter les gens.

Un des éléments de cette stratégie était clairement le secret, c'est raté.

Maintenant cela va être de la désinformation : Angelini est fou, il polémique, et de toutes façons ça passe plus au nord (et au nord on dit le contraire).

Presque personne n'était au courant, il suffit de voir les têtes éberluées, et les commentaires : "**** les ****".

Comme les maires l'étaient, eux, et n'ont pas répercuté auprès de leurs ouailles, ils deviennent suspects, et leur crédibilité bonjour.

L'objectif est bien entendu de de faire capoter ce tracé, mais aussi d'en proposer un autre, moins cher, moins nuisible, moins consommateur de terres agricoles, mais comme j'ai un coup d'avance sur cette histoire, ce sera pour un peu plus tard.

 

 

 

 

 

 

 

 

MAJ 09.09 : Le Firmin des Marquises s'est lancé avec l'aide des journalistes dans la désinformation pour faire croire que la ligne passerait ailleurs que sur le plan du conseil régional. Une page pour Firmin dans l'Eveil, un pavé dans un coin pour Angelini, avec un communiqué haché menu pour que le lecteur ne comprenne rien. On appelle cela la déontologie professionnelle.

Du fait du relief encaissé de la vallée de la Touques, avec un dénivelé de 100 à 120m, il faut des vallées perpendiculaires pour limiter les terrassements.

Il y a une version "Manneville la Pipart" (Talweg de Blangy le Château, ils vont être ravis), mais en face il y a un mur (Pierrefitte en Auge), pas crédible, d'autant plus que le linge est encore plus beau qu'à Rocques/Fauguernon..

La vallée au dessus, c'est celle de la Calonne où passe l'autoroute A13.

Plus bas, il y a celle du Mieux (Le Breuil en Auge), courte et mal orientée, en face (Château du Breuil, Les Cordiers), c'est pas terrible.

Un peu plus bas l'axe St Philbert des Champs/Norolles, pas terrible, c'est étroit et les raccordements nord et sud (1000m de rayon minimum) pas faciles à caser. Cela débouche toutefois en face sur une vallée pratique, celle du ruisseau "Pré d'Auge" (Coquainvilliers, ravis également).

L'axe Le Pin/Fauguernon/Ouilly, qui je le rappelle correspond au plan et aux déclarations d'Aubril (proche de lisieux) tient donc la route, c'est l'endroit le plus large pour loger la gare et la bazar autour (parkings, hôtels, bureaux, gare routière et TER). En face (La Maison Rouge/St Sauveur) nécessite un terrassement très court pour se retrouver dans la vallée du Pré d'Auge.

A suivre...

 

 

 

 

 

MAJ 06.09 : Ce n'est pas l'ECHO JOLI qui a inventé cette carte, probablement réalisée par un bureau d'étude de RFF (Réseau Ferré de France), seul capable d'évaluer des temps de parcours. Un détail m'avait échappé, le trafic vers Argentan/Granville serait détourné par Lisieux, ce qui justifie les deux raccordements si la ligne ne passe pas par Lisieux ville. Mais il en faudra un troisième pour reprendre la ligne actuelle, sinon, c'est en terme de métier un rebroussement en avant gare de Lisieux, une manoeuvre longue dite "de corps d'armée" dans le langage pittoresque des cheminots.

 

 

 

MAJ 24.07 : La distribution du tract "spécial TGV" dans les campagnes a semé comme le désarroi. Il faut se mettre à la place des proprios du cru qui se croyaient au paradis, et vont découvrir l'enfer du monde moderne (dont souvent ils sont des profiteurs privilégiés). Le bruit, c'est proportionnel au cube de la vitesse, même les coqs Normands les plus burnés sont coiffés par les décibels du TGV.

Les spadassins à la botte des Marquises, dont le conseiller général Bernard Aubril alias "Firmin", les maires et conseillers municipaux des villages, les fonctionnaires territoriaux et obligés de l'Etat Jacobin, sous la houlette des bétonneurs (plus on détruit la Nature et les gens, plus ça graine), ont déjà commencé à lancer des "bouteillons" dans des populations manipulables, entre autres "qu'il y aurait sept tracés, dont un par le Breuil en Auge". Manipulations destinées à brouiller les pistes et semer la confusion, et surtout aussi à démobiliser.

C'est évidemment un mensonge pour éviter une mobilisation et une curiosité malsaine de citoyens qui vont y laisser la moitié de leur patrimoine, car à moins de 500m de la ligne, ta bicoque en colombages ou ta chaumière dans la prairie ne valent plus un clou.

Souhaitons que les futurs spoliés se défendent, car dans ce genre de situation, il n'y a que deux solutions : fuir ou se battre.

Firmin a déjà choisi la capitulation.

D'ailleurs, quelque soit le tracé au nord de Lisieux, c'est la mort de la ville, car les retombées économiques n'y seront pas centrées (par exemple des immeubles de bureaux, il faudra moins de temps pour faire "Gare Pays d'Auge chez les Ploucs - La Défense" que pour traverser Paris en métro).

Si la gare est à Ouilly le Vicomte, qui fait partie de la CCLPA, mais de manière excentrée, ça craint déjà pas mal pour la zone industrielle Beuvilliers-Glos, un peu en déconfiture avec Plysorol, et encore plus pour la Galoterie et sa verrue Ellipse.

Si la gare est au Breuil-en-Auge, la ville de LISIEUX et ses bourgs sont carrément foutus, encore pire si le projet se déplace vers Pont-l'Evêque où passe déjà l'autoroute A13.

Comme le Firmin des marquises se contente d'articles de complaisance (réception de Duport à la Mairie) sans dévoiler ses intentions, sans lutter, il est probable qu'il va "se coucher" devant ses maîtres.

Si une mobilisation dans les campagnes du CANTON 1 sera naturelle, sauf si les habitants baissent les bras, une mobilisation des "forces vives", économiques en premier mais aussi d'opposition, est indispensable pour obtenir que le TGV soit raccordé au niveau de Bernay à la ligne classique déjà à 220km/h pour un TGV.

Tout le monde est dans le bain dans cette affaire : Conseil Municipal, CCI, CCLPA (qui vient de voter de justesse son "projet de territoire"), GIL, PROCOM, conseillers généraux et député. Ce qui est inquiétant, c'est l'apathie actuelle. Les petits loups, si vous ne tombez pas maintenant sur le poil de Firmin pour lui retirer les manettes et le contrôler sur ce dossier, vous êtes mal.

Bref, si la gare "Pays d'Auge" n'est pas la gare actuelle de Lisieux, nous sommes cuits.

Rappelons en effet que le TGV apporte quelque chose seulement lorsqu'il dessert un centre ville, c'est le cas à Lyon, au Mans, à Reims.

Quand la gare est dans la pampa, c'est râpé.

Or, par chance, nous avons de la place à proximité de la gare de Lisieux (ancien dépôt des locomotives, triage du "Maroc", friches industrielles actuelles et futures, et même le bâtiment Wonder*** encore libre).

Pour les épisodes précédents c'est par ici.

***WONDER : on n'entend plus parler de cette affaire, mais avec un Etat dans la débine et un dossier pourri qui sent le souffre, genre hippodrome de Compiègne, c'est pas gagné.

 

 

 

MAJ 17.07 : Cliquer sur l'image ci-dessous pour télécharger le tract et l'imprimer pour distribuer à vos voisins dans le canton n°1.

 

 

 

 

AUBRIL BIENTÔT DÉMASQUÉ ?

 

MAJ 16.07 : Le dossier du TGV est en pleine discussion, et l'ECHO JOLI a déjà démontré, à partir du plan paru dans une plaquette du Conseil Régional, puis très récemment dans la presse, qu'un des tracés qui pouvait être retenu, traversait le Canton de notre cher Firmin, genre "France Défigurée".

Un véritable carnage, alors qu'il y a moyen de concilier vitesse et non précipitation en raccordant la branche Bas Normande du "Y" du côté de Bernay (en fait au niveau de l'A28). Avantage, pour 10 minutes de plus, l'arrêt "Pays d'Auge" est la gare de Lisieux.

Sinon, la gare "Pays d'Auge" sera située entre Lisieux et Ouilly le Vicomte, avec le cortège habituel de bruit, de bétonnage, de parkings, d'embouteillages.

Evidemment, avec des cantonales en 2011, notre Firmin et ses dévoués maires ruraux vont avoir du mal à calmer les habitants des communes éventrées (plus ceux d'en face côté Caen), d'où la nécessité, avec la complicité de journalistes ayant mis un mouchoir sur leur déontologie, de cacher le plus longtemps possible la réalité.

Réalité qui aura des conséquences incalculables sur la valeur des terrains et des maisons, dans un sens et dans l'autre.

Tant que les "gens" ne sont pas au courant, y compris les élus, tous les coups tordus spéculatifs sont permis.

Pour les électeurs de LISIEUX 1, le fait même que leur conseiller général leur cache la vérité signifie qu'il a déjà choisi d'obéir et de les sacrifier.

Pour tenter de verrouiller et capter le dossier, le Firmin des Marquises le bien nommé compte sur "Pays d'Auge Expansion" un "machin" à la botte d'une des marquises, Nicole Ameline, qui en est présidente, en brouillant les cartes avec un fumeux "projet économique du territoire".

Bref, si vous votez Aubril en 2011, vous êtes cuits.

Socialiste-Verts-Communistes aussi d'ailleurs, car c'est eux qui ont la majorité du Conseil Régional et qui vont prendre part au financement.

Les "péquenots" et "riches" et "nantis" (y compris des fonctionnaires de l'Hôpital ou minicipaux) du CANTON LISIEUX 1, ils n'en ont strictement rien à cirer.

Je me présenterai en 2011, et je m'engage dès maintenant à défendre le tracé "Lisieux", vous savez ce qui vous reste à faire.

Par exemple commencer à constituer une association de défense (en se méfiant des manipulateurs, car Firmin et ses maires affidés vont envoyer au charbon leurs complices pour faire capoter l'opération).

Bon, demain, de bon matin, petite balade dans Ouilly le Vicomte.

Puisque la presse nous joue "on vous cache tout on vous dit rien", rien de tel qu'un petit tract de rabattage sur ce site pour semer le doute dans les esprits et mettre le feu aux poudres.

 

 

ROCQUES, UN SI JOLI VILLAGE...

 

MAJ 26.04 : Aux premières loges, bon certes, le TGV ne passera pas dans le cimetière, mais à 300/400m à vol d'oiseau. C'est plus les cloches qui tintinnabulent ou le coq enroué du voisin qui te réveilleront en douceur, mais le hurlement sauvage des ventilateurs du TGV des aurores (10000Kw à fond pour monter la côte).

Le comique de la situation est que ce sont les électeurs de Rocques qui ont le plus voté à droite, donc pour leur grand homme Firmin, aux régionales.

Vu les bicoques des bourges qui ont fui Lisieux et ses impôts pour faire survivre les oisifs, ça va comme qui dirait émouvoir.

 

 

 

 

 

 

 

MAJ 24.04 : Votre journaliste d'investigation amateur préféré a pris bien soin de réunir la documentation nécessaire sur le sujet avant de lancer cet énorme pavé dans la mare : le tracé du TGV tel qu'il est actuellement dans les cartons de la Grande Maison (la SNCF) et de l'Etat passe au travers du canton n°1.

Certes, la carte parue dans la plaquette du conseil régional a été publiée dans la presse, mais aucun journaliste à ma connaissance n'a eu la curiosité de voir un peu ce que cela pouvait donner réellement sur le terrain dans le coin.

Le parcours que j'ai dessiné en mauve, figurant sur l'extrait de la carte Michelin, tient compte du fait que le tracé région passe par la corne de la limite entre les départements de la commune de la Baudrière, de la topographie des lieux et de la nécessité d'éviter les villages.

On notera au passage que Fret SNCF a demandé aux mairies de la région de Glos Monfort de réserver des terrains, sans préciser que c'est pour une future plate-forme de travaux, ils pensent à tout.

Pour Firmin, à un an des cantonales, la publication de ces documents est évidemment une catastrophe : jamais il n'ira faire croire à ses gentils électeurs qu'il va réussir à défendre leurs nains de jardin. Après l'avanie des bretelles de l'autoroute SAPN remises aux calendes de ces glandeurs de Grecs, personne ne croira qu'il pourra s'opposer en quoi que ce soit à ces travaux pharaoniques qui vont bouleverser à jamais ces paisibles contrées.

Evidemment, ce cher Bernard a déjà compris, d'où son discours alambiqué pour brouiller les pistes et enfumer électeurs et gribouilleux : "dans Lisieux", "le plus proche possible de Lisieux", "à Pont l'Evêque".

En plus, ce tracé arrange les marquises, Deauville à 1h du centre de Paris, sans déranger les manoirs, pour les bobos, c'est le pied.

Un autre toucherait le jackpot : le Cerza.

On imagine d'ici la tronche des résidents secondaires et des nombreux Lexoviens, dont un bon paquet d'hospitaliers qui se sont installés dans ce qui risque bien de devenir un paradis perdu.

Même en virant Firmin, pour qui voter ?

Un socialiste ?

Ce serait pire, car la gauche, les communistes (dont Pierre Mouraret qui a la haute main sur ce dossier), les Pastèques, et le président PS de la Région, le futur conseil général s'il passe à gauche, vont pousser à la roue, c'est des fans de transport ferroviaire (à juste raison).

A suivre...

Et merci de vos commentaires sur echo.joli@wanadoo.fr .

 

 

 

 

 

 

LE TGV VA-T-IL NOUS

 

PASSER SOUS LE NEZ ?

 

BRÈVES DE COMPTOIR

SUR CE SUJET

 

Pour les brèves de la semaine, c'est par ici

 

Pour les brèves du mois, c'est par ici

 

Pour les vieilles brèves, c'est par ici

 

 

 

 

GRANDE VITESSE ET PETIT BRAS

 

MAJ 18.02 : le "manque de charisme" de Firmin dans le dossier du TGV prend un tour dramatique, car c'est une grosse part de l'avenir de Lisieux qui se joue.

Il est essentiel dans ce genre d'opération de "lobbying" que tout le monde parle d'une seule voix, et que la ville ait une position bien définie pour pouvoir infléchir les décideurs dans son sens. Dans une entreprise normale, en concurrence nationale voire internationale comme la mienne, si petite soit elle, si t'as pas de politique commerciale, c'est cuit d'avance.

C'est très mal parti. Firmin est passé de "gare la plus proche possible de Lisieux", à "dans Lisieux". Il se crée une assoc bidon "Pour un Pays d'Auge à Grande Vitesse" avec une belle brochettes de passéistes ringards*** à la CCI, qui a en gros pour intention (et ne s'en cache pas), de faire pression pour que la gare soit à Pont l'Evêque, afin d'obtenir en contrepartie une quatre voies entre Lisieux et l'autoroute.

Vous allez voir qu'ils vont oublier la bretelle à Firmin pour aller à la gare. Sont même capables d'oublier la bretelle pour en sortir, de la gare.

Dès le départ tout est verrouillé, on est entre grands frères, "les politiques ne sont pas exclus", et sont "associés", pour le droit de vote, va te faire voir. Pour une fois, je suis d'accord avec Aubril, même si l'adhésion est à un euro, autant s'acheter des roudoudous avec. 

C'est ça les mauvaises habitudes de la cooptation, d'ici que le port du tablier et du cordon avec médaille made in China avec équerre et compas soient obligatoires, il n'y a pas des kilomètres.

Ridicule.

***qui ont fait leur carrière dans l'automobile et ont du mal à piger que c'est plié, la bagnole.

 

TGV : LA CACOPHONIE

 

MAJ 20.01 : C'est aussi mal parti que les bretelles d'autoroute oubliées. Ce dossier du TGV est essentiel pour arrêter le déclin de notre cité. Ce qui signifie que nous devons former un front uni, pour être crédible face à la Région et à L'Etat.

Ca n'en prend pas le chemin, Aubril a déjà capitulé pour le TGV passant par la gare centre-ville, le GIL se dirige vers une gare à Pont l'Evêque si on se réfère aux propos tenus lors du débat organisé par le PS, qui lui même n'a pas arrêté de position à notre connaissance.

Une initiative intelligente eût été d'organiser une réunion entre les élus (majorité et opposition) et ceux qui sont concernés au premier chef, les entreprises (GIL, CCI, PROCOM), pour dégager une position commune.

Au lieu de cela, Aubril prend ses décisions tout seul, avec l'aide de ses urbanistes patentés.

 

LE COMITE DE BIDONNAGE

 

MAJ 01.03 : C'est sous cette bannière que nous suivrons les exploits du comité "d'élus du Pays d'Auge" chargé de faire dérailler le dossier du TGV. Les comités fleurissent sur ce sujet (conseil régional et Etat, coupés en trois "territoriaux" présidés par les préfets de région).

Pour ajouter à la confusion, rappelons la création de l'assoc de la CCI, qui en a rien à cirer du TGV, mais veut s'en servir pour décrocher la lune, une autoroute pour ravager la vallée de la Touques et de l'Orbiquet.

C'est le souk total, si tu t'y prends comme ça dans une boîte privée tu vas droit dans le mur.

Le tordant dans cette affaire, c'est qu'à la fin de cette année nous en serons à 2€ le litre de gaspi, donc l'autoroute ne servira à rien.

Une route pas trop ravageuse (Lisieux-Orbec) devrait être possible en passant par le sud de Thiberville.

J'attend un dossier up to date sur cette affaire.

On est pas trop mal, car par la "force des choses" et du relief dans la région, dans un premier temps, la ligne actuelle sera raccordée au barreau qu'obtiendra Mantes.

Après...

Les membres autoproclamés, dont un "non charismatique"*** seront tous au tas.

***Cette fois-ci j'ai mis un h.

 

 

SCOT TOUJOURS

 

MAJ 10.02 : Dégommé du SCOT officiel, un machin, par "manque de carisme" (cf Clotilde), Aubril cherche une porte de sortie en voulant créer un "comité de pilotage" à sa solde sur le problème des communications.

Ou comment noyer le poisson en planant.

Comme il sent que ça chauffe, l'opposition y serait, à condition de pouvoir décoller.

C'est un peu tard, et c'est un juste retour de bâton de son sectarisme typiquement UMP, aucun élu de l'opposition ne siégeant à la communauté de commune.

 

TGV, ON SENT COMME DU

 

FLOTTEMENT SUITE

 

MAJ 10.02 : Firmin s'est fait copieusement enguirlandé par Clotilde au sujet des bretelles et du TGV.

Elle s'étonne qu'en 18 ans de présence en tant que vice-président du Conseil Général Lisieux soit toujours "enclavé". Non, non, il sert à rien, il se contente de montrer sa bobine dans les mairies et d'obéir.

 

 

TGV, ON SENT COMME DU

 

FLOTTEMENT

 

MAJ 08.02 : Alors que la version précédente était "aussi proche que possible de Lisieux", notre maire est passé à un "dans Lisieux". Il y a du progrès. Les marquises vont prendre cette velléité d'indépendance pour une rébellion. C'est ça les larbins, il y a un moment où ils se saisissent d'une pique.

De toutes façons, c'est par ça qu'on va commencer, car Mantes va vouloir un barreau pour arriver dans sa gare et il suffit ensuite de prendre la ligne classique.

Et comme les nouvelles automotrices commandées par la région vont crapahuter à un petit 250km/h...

Je vous expliquerai plus en détail le coup en douce pour berner les cakes de la Grande Maison quand j'aurais le dossier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AUBRIL : "une gare et ses abords, c'est important, c'est l'image que l'on a de la ville en arrivant, et celle qu'on garde en souvenir en partant"

 

MAJ 04.01 : Le Chemin de Fer, c'est le truc de votre journaliste amateur, pour en avoir fait son métier et y consacrer une partie de ses loisirs. Le mot "TGV" exerce sur les foules et les élus un effet psychédélique indéniable, et aussitôt qu'une ligne se dessine, c'est la foire d'empoigne. Relativisons : il s'agit de gagner... 20 minutes entre Paris et Caen.

Car sur la ligne "classique" électrifiée grâce à la clairvoyance de la région (et aussi l'appui du lobby nucléocrate de La Hague), ç'est du genre à fond la caisse avec du matériel moderne : trois zones à 200km/h entre Paris et Cherbourg, le reste c'est 150/160 y compris dans la région Parisienne. La traversée de certaines gares de banlieue où l'on déboule vers des quais bondés avec des gogols au téléphone sac à dos engageant le gabarit est toujours un moment impérissable.

Problème : le trafic grande ligne est mélangé à celui de la banlieue entre Mantes et Paris, et c'est là que le bât blesse.

Les délires millénaristes (rappelant ceux d'un dictateur à moustache) d'un omniprésident qui projette d'urbaniser la vallée de la Seine entre Paris et le Havre se sont ajoutés pour compliquer l'affaire.

Il est évident que si la Basse Normandie n'est pas desservie, pour notre plus grand bonheur, car il fera très mal vivre dans le Los Angeles sur Seine, ça va quand même être compliqué.

Les élus (en particulier le Conseil Régional de gauche) se sont mobilisés et on en est venu à une antenne prenant notre direction.

Tout le problème est de savoir quelle va être son tracé et surtout son point de raccordement avec la ligne classique actuelle (idéal : sur le plateau entre Bernay et Lisieux).

On rentre là dans de la politique d'alcôve, et nous risquons de faire les frais une nouvelle fois de la rivalité entre le Pays d'Auge Nord, sa côôôte, son 21ième arrondissement et les péquenots du sud. Comme AUBRIL est l'obligé sinon le valet des deux marquises de la côôôte (Anne d'Ornano et Nicole Ameline), le risque est très grand de voir les TGV ne pas passer par Lisieux, mais par une gare spécialisée située plus au nord, par exemple à Pont l'Evêque, où passe déjà l'autoroute, le trou est déjà fait et le boucan déjà installé.

AUBRIL est déjà en train de se coucher en "insistant sur la nécessité d'une gare le plus près possible de Lisieux".

Techniquement, rien ne s'oppose à un passage par Lisieux (passage à 150km/h actuellement), car les deux sections qui encadrent la ville, à 200km/h, peuvent bénéficier d'améliorations, avec entrée directe sur Caen, sans travaux pharaoniques que nous n'avons plus les moyens de mener.

Nous sommes sur des distances très courtes par rapport à la justification première des TGV, avantageux sur 300 à 800km.

Pour contrebalancer l'influence néfaste d'un maire obéissant, nous avons un atout : un conseil régional appelé à cracher au bassinet, qui aura son mot à dire.

Si la droite le reprend, sont tellement nuls que c'est mal parti, mais on ne sait jamais, on est mal.

Autre détail : faut pas croire que l'arrivée du TG V se fera à St Lazare, ce sera plutôt en sous-sol du côté de la Défense. Les 20mn gagnées à grand renfort de débauche énergétique seront perdues dans le métro et le RER.

A tout prendre, en 2017/2020, les automotrices performantes qui suivent les confortables AGC et remplaceront les rames Corail seront en service, avec des sillons rendus libres par la ligne nouvelle, et mettront quasiment le même temps, pour une arrivée glorieuse à PSL.

Elle est pas belle la vie ?