Journal satirique et écologique du Pays d'Auge, paraissant quand il a le temps

Téléphone : 02.31.31.39.06  Télécopie : 02.31.62.34.18  Adresse postale : BP 21039 - 3, rue Marie Curie - 14101 LISIEUX CEDEX

        

Messagerie : echo.joli@wanadoo.fr 

 

Accueil Remonter Liens

 

 

PISCINE : UN VRAI CHANTIER

 

MAJ 07.09.2011 : On apprend que MILLERY a déposé son bilan le 31.08, ceci expliquant en partie cela, mais surtout pas l'incompétence et les négligences des chefs de chantier successifs.

Firmin nous annonce trois mois, une petite pichenette de grève, un zeste de mauvaise volonté du mandataire, un gelée, et ça va durer ce qu'a duré le parapluie du Tribunal.

Et si c'est la liquidation directe, bonjour les dégâts. Le conseil communautaire, surchauffé par le coup du pôle muséal, slurp, par la fusion des communautés de communes, va s'occuper du matricule de super-cumulard. Et même les nains de jardins les plus zélés ne vont pas pouvoir lui sauver la mise.

Quand aux indemnités de retard, "il faut qu'il demande à la communauté de communes", le grand classique, c'est pas moi c'est les autres.

 

 Au fond, le nouvel espace "loisirs" en est encore au gros oeuvre, il y a encore du taf !

 

 

 

 

MAJ 04.09.2011 : Preuve que l'Echo Joli est très lu dans les terriers, le tas de laine de verre a été entouré d'un grillage. On n'est toutefois pas allé jusqu'à le monter correctement. La terre est basse.

 

MAJ 03.09.2011 : Renseignements financiers pris, le maître d'oeuvre, MILLERY, qui n'a toutefois pas remis son bilan 2010, semble en bonne santé, avec 1,1M€ de bénefs pour 25M€ de CA en 2009, une rentabilité de 4.5% c'est pas tous les jours. Le groupe compte d'ailleurs trois autres boîtes. Reste à savoir si MILLERY ne s'est pas pris un bouillon avec une opération immobilière, car un loupé style Terrasses de la Basilique, ça fait mal.

En tous cas, MILLERY aura les moyens de payer des indemnités de retard, aucune raison de s'affoler. Il vaut d'ailleurs mieux ne pas se précipiter, même si cela va ronchonner côté clubs et scolaires, plutôt que bâcler avec des malfaçons à la clé.

Le problème est donc ailleurs. Vu la myriade d'entreprises qui figurent sur le glorieux panneau vantant les mérites de cette transformation --presque une reconstruction-- du Nautile, il est fort possible que quelques unes aient disjoncté. En tous cas, il n'y a pas foule à travailler, alors que ça urge.

Ce chantier, border limite capharnaüm, est d'ailleurs très mal tenu.

Des panneaux de laine de verre sont actuellement en vrac sur la pelouse hors clôture, il y a eu des vols de cuivre. Pas de vandalisme ?

Un chef de chantier qui me fait ça, il prend son compte dans la foulée.

Anecdote : vu passer un véhicule de MILLERY, de retour de la réunion de chantier à la mairie. Il va être ravi.

Evidemment, la bande des cinq qui a pris les décisions va essayer de faire porter le chapeau, en l'occurrence un casque, à ce cher Riton.

Connaissant l'individu, il peut se sortir de ce guêpier, et pourra ramener sa fraise après.

Un arriviste peut toujours y arriver...

 

NATATION A LA PISCINE 1

 

MAJ 02.09 : Les aléas du direct étant ce qu'ils sont, entre le moment où un investissement public est engagé, puis l'appel d'offre, puis le début des travaux, puis leur fin, la situation financière et technique des entreprises attributaires peut se retourner.

Ajoutons que les décisions sont prises par la bande des cinq (dont ne fait pas partie l'adjoint aux sports), dont aucun n'a travaillé dans le bâtiment. Un professionnel sait flairer les nazes rien qu'à la tronche et la bagnole du technico-commercial.

Quand une boîte ne va pas bien, tout le monde en est responsable, du grand chef au ch'ti nouvrier.

Ils en sont au troisième chef de chantier. Vu les sales manies dans le bâtiment de tout sous-traiter, de faire appel à des intérimaires, nom moderne pour désigner d'authentiques journaliers, si t'es pas bon, c'est le souk.

Aujourd'hui 2 septembre, Riton fait le point pour annoncer la date de réouverture du Nautile, avec son casque lourd.

Cool, pas le feu au bassin, sinon c'est bâclage et malfaçons assurées.

Il aura bien mérité d'inaugurer les jacuzzis.

En décembre ?

 

Des arbres ont poussé... sur le toit, bravo l'entretien du patrimoine !