Journal satirique et écologique du Pays d'Auge, paraissant quand il a le temps

Téléphone : 02.31.31.39.06  Télécopie : 02.31.62.34.18  Adresse postale : BP 21039 - 3, rue Marie Curie - 14101 LISIEUX CEDEX

        

Messagerie : echo.joli@wanadoo.fr 

 

Accueil Facebook Liens

 

 

PLAN DE STATIONNEMENT 2017

 

MISE À JOUR DU 17.02.2018

 

Pour le centre ville et le MULTIPLEX c'est par ici.

 

 

 

 

 

MAJ du 10.02.2018 : Selon les participants à une réunion entre la mairie et Cap Lisieux (pratiquement la première fois que cela arrive), avec l'inconnue au bataillon qui sert de de manager du commerce et que personne n'a jamais vu en ville (surtout le samedi, elle habite Caen !), Bouffi-Bouffon envisage de supprimer la demi-heure gratuite, sous le prétexte que c'est "perturbant", c'est ben vrai dirait la Mère Denis.

Et le commissaire Bourel de s'exclamer : "Bon Dieu mais c'est bien sûr"***. Ils nous auraient menti à l'insu de notre plein gré ? La gratuité, c'était pour nous vendre ce plan scélérat de racket de l'automobiliste, alors qu'ils avaient bien l'intention de saisir n'importe quel prétexte pour la supprimer ? Des pervers je vous dis.

Ou alors la désertion patente du centre ville sous sa pluie de prunes a eu pour effet de faire s'effondrer les recettes ?

***C'était du temps où les références culturelles Judéo-Chrétiennes étaient la règle. Plusieurs feuilletons sont passés depuis avec des flics d'origine Arabe. Les scénaristes ne sont toutefois pas allés jusqu'à leur faire dire : "Par Allah le miséricordieux, ci bien sûr". C'était la séquence hislamophobe.

 

 

MAJ du 09.02.2018 : Complètement désemparés par leur plan de stationnement désastreux, les branquignols de la mairie (élus et fonctionnaires dans le même sac) bottent en touche en faisant appel à un nouveau cabinet, qui a un site internet qui m'a fait bonne impression, car il y a des didacticiels et des questions idiotes.

On saura le coût de cette capitulation en rase campagne dans les décisions du maire lors du prochain conseil municipal du 20 février.

Il paraît que le basketteur "incontournable" y passe ses nuits. Un cauchemar...

 

 

http://www.sareco.fr/fr/

 

 

 

Pour les épisodes précédents, c'est par ici.

 

MAJ du 03.01.2018 : On a appris par la Rédaction Unique que la mairie avait commandé une étude à un obscur cabinet d'encostardés (entailleurschicos pour les filles, ou attiféscommeunLGBT ) grassement nourris par le contribuable. On sait ce qu'il en est de ces études, on va dans le sens du vent, on suit les desiderata du donneur d'ordre et sa politique du vélo crevé au fil de l'eau. Le comique de l'histoire est que le cabinet va bien être obligé de constater que les prunes c'est à la tête du client, qu'il y a des passe-droits (la chasse a été ouverte, exemple les professions médicales et para-médicales, les porteurs de macarons des sapeurs pompiers).

Du coup, les #attentiondiffamation de la mairie vont être obligés de donner des ordres aux ASVP de faire du zèle alors que mes constations prouvent que plus de la moitié des véhicules n'ont pas de ticket. Ca doit être fait, car hier il tombait des prunes place de la République et qu'une camionnette qui stationnait sans payer depuis un mois et demi (#potananard ?) a disparu comme par miracle.

Le petit père Gallet a du souci à se faire, et doit s'apprêter à faire barrage de son corps dans les escaliers de la mairie lors du prochain assaut des sans-culottes (sauf les filles, du moins j'espère), encouragé par les hurlements du défroqué par Yvette :  "Trotskystes !". Il ne peut pas compter sur Bouffi-Bouffon, qui, la première fois, s'était réfugié dans les jupes d'Athénaïs.

 

MAJ du 02.01.2018 : OUEST FRANCE a publié le sondage "citoyen" de Lisieux à Venir, en en rajoutant une couche (sondage de ses lecteurs, plutôt des clients et résidents), c'est pire. Vous allez voir que la bande de #attentiondiffamation va chialer dans la presse en disant que c'est truandé. Mais non, c'est comme la pétition, il y a bien eu 4700 signatures. Ce sont vos cabinets d'encostardés qui font du boulot de chiotte, j'aimerai bien dire deux mots à l'abruti qui a préconisé de doubler les prix et le nombre de places payantes. Du fait de la désertion en rase campagne du "Grand Maître de l'Ordre des Panneaux Solaires" le stationnement échoue à un conseiller municipal délégué : Jean Pierre Gallet, qui hérite d'autres emmerdes, avec les pompes funèbres et la commission d'appel d'offre. La loi de Murphy, aussi appelée loi des emmerdements maximum dans les armées, ne s'applique pas qu'à votre serviteur. On a échappé quand même au dingo "La flêche", qui voit des Trotskistes partout.

 

MAJ du 26.01.2018 : Gros boulot de sondage effectué par une équipe de bénévole auprès de 320 commerçants, qui les ont bien accueillis, enfin, c'est aussi une base du commerce que d'être aimable. Sauf peut être un irascible qui vend des trains électriques.

On va voir ce que va en dire la presse qui était présente. La balle est dans la cour de la mairie.

On me pose la question de la technique à utiliser pour savoir si un automobiliste est en infraction lorsqu'il n'a pas de ticket : relever les numéros de ceux qui n'ont pas de ticket (en dehors des très nombreux handicapés, c'est fou ce que les gens ont du mal à marcher). Ensuite les taper les uns après les autres à l'horodateur. De toutes façons ils fraudent et ne sont pas verbalisés, donc pas de préjudice. Si un ticket sort, c'est que le fraudeur n'a pas demandé de demi-heure gratuite ni payé. Bémol : pour les abonnés, qui n'ont plus à apposer de carte, un ticket sort quand même. C'est sur ce point que le bât blesse : il n'y a pas transparence, et c'est donc la porte ouverte aux passe-droits et petits arrangement entre amis. Attention ! je n'ai pas dit qu'ils le font, mais je vais bien trouver une faille si ça magouille.

 

Cliquer sur les miniatures :

 

 

MAJ du 24.01.2018 : Depuis le début de la semaine, les ASVP ont délaissé le centre ville pour coller des prunes en périphérie en zone bleue. Vu ce matin une équipe vers 11h dans mon quartier. Renseignement pris, ils passent trois fois par jour et ça cogne, alors qu'on ne les voyait plus. Le sous-hobereau du manoir d'Assemont les a immortalisé, en posant d'ailleurs la bonne question : les zones bleues sont elles encore en vigueur (on m'avait répondu oui) ? 

Voir sa page : https://www.facebook.com/profile.php?id=1286799253&fref=ts 

Cette soudaine irruption n'est pas très claire, et c'est évidemment sur ordre des #attentiondiffamation de la mairie.

C'est mon opinion et je la partage : il faut bien occuper le petit personnel, qui ne verbalise plus rien en ville, sauf les véhicules hors emplacements. Ils ont verbalisé sous mes yeux deux véhicules d'entreprises stationnés à gauche à cheval sur le trottoir, sans contrôler aucun véhicule à droite et plusieurs étaient en infraction (pas de ticket) (Rue Marie de Besneray). Résultat, des types qui bossent se sont pris des prunes à 135€, alors que des branleurs #potananard et #pétassananard ne sont pas verbalisés.

J'ai donc cet après-midi pris la peine de faire un contrôle.

C'est du roitelet Nanard tout craché : erreur de gestion, indécision, laxisme, passe-droits, copinages, politique du vélo crevé au fil de l'eau.

 

 

 

LE CORBEAU et L'INFÂME (fable)

 

 

 

 

MAJ du 01.12.2017 : Le tract anonyme ci-dessous est bien entendu l'oeuvre du socialiste défroqué Philippe VACHER (surnommé "Flèche Brisée", car il avait utilisé une image de flèche de cathédrale pour illustrer un de ses tracts débiles). Ce traître, ce suppôt, ce reître, ce spadassin libidineux, ce tire-laine qui a vendu son âme au Diable pour une délégation bidon à 12000€ par an, est l'exécuteur des basses oeuvres de la mafia anti-commerce de la mairie. Conspué par la foule dans la cour de la mairie qu'il narguait bien au chaud, sourire sardonique aux lèvres, il s'est retrouvé en première ligne dans le couloir face à quelques citoyens un peu énervés par la morgue du misérable et de ses sbires. Détail : Bouffi Bouffon, lors de l'envahissement, a passé la tête, puis s'est réfugié dans les jupes d'Athénaïs.

Dans ce tract, tout est faux évidemment. Oh ! Oui, toi, le scélérat, dis toi bien que c'est pas parce que certains sont de gauche dans le mouvement de défense du centre ville qu'on va s'arrêter pour autant.

 

 

 

 

LES ARISTOS A LA LANTERNE !

 

 

 

MAJ du 25.11.2017 : A force de se payer sa fiole pour son comportement asocial avec son véhicule garé n'importe comment, il planque sa charrette un peu plus loin. On remarquera qu'il n'y a pas de cocarde, mais aussi pas de ticket (garé derrière la Cathédrale). Eh ! Bernard ! il y a Egalité dans la devise de la République, et donc tes arrêtés municipaux pour le stationnement s'appliquent à ta grosse tête. Tu vas finir par te retrouver avec des décorations de pare-brise style : "Elu en stationnement illégal".

Il y avait au moins un autre enfoiré de tricheur, Bouffi Bouffon, qui, lui, a mis une carte avec le logo précisant qu'il est adjoint, d'un air de dire, je suis au dessus des arrêtés que je vote, ASVP et flicaille, on circule. Tu me retires ça tout de suite. Autre chignole sous surveillance : celle du butor Vacher.

Remarquez, on imagine d'ici la tronche tremblotante d'un ASVP obligé par le peuple de coller une prune à ces méprisants qui se prennent pour des aristos.

Ces clichés ont été pris lors de la manifestation à la mairie, où ils ont fait poireauté la "populasse" une heure, et encore, il ont fini par céder grâce à un envahissement bon enfant mais tout de même énergique.

A la lanterne !

Nota : apparemment, mon article sur les faux handicapés présumés a fait son petit effet. Mais Nestor Burma est toujours sur la piste, car vraiment, des fois on se demande.

 

 

AUBRIL SNOBE LE PEUPLE

 

et TARTES A LA CRÈME

 

(pour voir d'autres vidéos taper "manifestation mairie de Lisieux" sur votre moteur de recherche

ou voir les pages facebook )

 

 

 

MAJ du 23.11.2017 : Belle manifestation, la cour du "château" était pleine. Un peu de flottement du fait de l'absence de sono. C'était calme, démocratique, Républicain, quelques huées quand même, surtout à la vue du romancier d'abribus, la Flèche, le valet obséquieux Vacher.

Le roitelet était là, sa charrette personnelle étant garée évidemment sans ticket, de même que celle de Bouffi Bouffon, qui se croit encore sous l'ancien régime : en effet, pas de cocarde, mais une carte de visite précisant qu'il est maire adjoint, ce qui est rigoureusement interdit. Tu me retires ça vite fait de ton pare-brise, insolent, méprisant le principe d'égalité de la République, qui, je te signale a aboli les privilèges une certaine nuit du 4 août. D'ailleurs ton Tartarin de Firfol d'opérette a bien été obligé de retirer sa cocarde. J'ai fait un stock de rouleaux de PQ, avis aux amateurs de stationnement insultant illégal.

Les organisateurs avaient prévu une délégation de 10 personnes, ce qui est raisonnable et représente les composantes de ceux qui sont impactés par ce plan de stationnement délirant. De chipotage en enculage de mouches, finalement il a reçu 7 pesronnes au bout d'une heure un quart. On a bien affaire à un dictateur hors sol.

Problème, tout cela s'est déroulé devant la gribouille de la rédaction unique et FR3. L'erreur politique est manifeste, et le masque du viandard qui se pavane devant des cadavres de pauvres bêtes, avec du gibier autour de la ceinture comme un certain Herman est tombé.

Frédéric MOTTÉ savait que j'étais présent et en a profité pour m'entarter à la BHL. S'attaquer par derrière à un papy c'est pas vraiment glorieux. Bon, c'est chiant, faut aller chez le toubib, déposer plainte et assigner. Une de ses groupies a filmé la scène, c'était tout ce qu'il y a plus prémédité. Mais faut surtout pas laisser passer ce genre de violence. Mais c'est bien dans l'air du temps, ces petits jeunes très mal élevés (maman est trésorière de OCHAPITO EVENEMENTS, bravo l'éducation du rejeton, occupe toi de tes 80000€ de trou dans la caisse), se croient tout permis comme dans la cour de l'école où les enseignants sont terrorisés par ces garnements. 

Alors évidemment, ça va dégringoler, encore pire que s'il n'avait pas commis ce geste : la vieille règle de Sun Tsu (l'Art de la Guerre) est de laisser une porte de sortie à l'adversaire du moment qu'il est vaincu, là on va passer dans le registre extermination et annihilation, style Tontons Flingueurs. Bon, il va falloir que je fasse appel à des gardes du corps, de préférence un peu plus doués que les vigiles d'OCHAPITO. Les moins chers et les plus efficaces sont des voyageurs.

 

 

 

 

 

PAS HANDICAPÉS POUR TRICHER

 

 

 

MAJ du 17.11.2017 : Lors d'une tournée des popotes en ville pour bien comprendre ce qui se passe réellement pour les commerces et les riverains avec le nouveau plan de stationnement, une vendeuse m'a dit "c'est bizarre, il y a une jeune femme qui stationne tous les jours sans payer au coin de la rue Pont Mortain et de la rue Henry Chéron". C'est effectivement une place de choix, et pour handicapés. Là comme pour le reste, il faut prendre connaissance de la réglementation. Les handicapés titulaires d'une carte personnelle (qu'ils doivent présenter à la police ou aux ASVP), et d'une carte à disposer de manière entièrement visible dans le véhicule, ont droit de stationner sur les places handicapés, mais aussi sur les autres places pour "valides", et ceci gratuitement. C'est la loi, point.

Le slogan "si tu prends ma place, prend mon handicap" sonne donc un peu faux. Mais bon. D'autant plus que stationner sur ces places pour un valide carrément asocial, c'est 135€. Il n'y a que les insolvables et les #potananard qui s'y risquent.

En cherchant cette fameuse "grosse voiture blanche", je me suis aperçu qu'il y avait sur cette portion de rue (16 places en tout), un jour 4, un autre 6 véhicules avec une carte handicapé. Ca sent la triche à plein nez. Il est de notoriété publique qu'il y a plein de possibilités de petits arrangements  : fausses cartes (il suffit d'une imprimante couleur), cartes achetées au black, du grabataire de la famille, parfois du macchabée au cimetière.

Si le handicapé titulaire n'est pas à bord, la carte doit être retirée du tableau de bord.

C'est un petit jeu dangereux, car au cas où on se fait pincer pour fraude, la prune c'est 1500€, 3000€ pour récidive (je ne sais pas si les ASVP peuvent verbaliser, mais les cowboys du Saint Anne Ranch (le commissariat) sûrement).

Si certains véhicules sont apparemment en règle en arborant une carte complète avec son numéro et sa date de validité, d'autres ne font apparaître que le haut, et camouflent les éléments d'identification. Précision : la carte comporte la photo du titulaire au dos (normal pour la protection de la vie privée). Normalement c'est prune d'office, mais rien n'empêche par courtoisie de demander à mettre correctement la carte par un petit message personnel.

Et, comme d'habitude, Nestor Burma a encore frappé (c'est mon surnom chez les poulets). J'ai en effet le chic pour tomber au bon endroit au bon moment comme le personnage des romans de Léo Mallet. En moins séducteur quand même, quoique. Certains y voient la main de Dieu, d'autres de Belzébuth, les pires du Grand Architecte de l'Univers.

Coup sur coup, deux chéries, qui courent manifestement comme des lapines dans un champ de luzerne, ont embarqué dans leurs véhicules, une dans la voiture blanche, l'autre dans une charrette qui arborait une magnifique cocarde de sapeurs pompiers, d'un air de dire, je suis une huile intouchable. Même l'ignoble roitelet a été obligé de retirer la sienne, alors...

Le petit manège de ces dames ne peut pas échapper aux ASVP.

Ceux-ci auraient ils des ordres de l'immonde de fermer les yeux pour cause de #pétassananard ?

Y en a t'il d'autres du même acabit, par exemple des professionnels de santé (fausses cartes possibles aussi), qui ne peuvent stationner gratuitement qu'en cas d'urgence, mais pas toute la journée le 4x4 devant le cabinet de kiné sauf si c'est prévu dans l'arrêté municipal réclamé par courrier il y a un mois ?

En grattant un peu, on devrait avoir d'autres surprises. Diviser pour régner, passe-droits, c'est bien le monde de notre sordide.

 

 

 

 

 

LE RETOUR DES VENTOUSES

 

 

 

MAJ du 27.09.2017 : Un public nombreux hier au conseil municipal, médusé d'assister au spectacle d'une municipalité en pleine déroute, avec cerise sur le gâteau pour l'autocrate aux pieds d'argile, une opposition divisée. On se demande quelle mouche a piqué Martine Assire, un des débris de la liste LEHÉRICY, pour voter pour ce nouveau désastre. Deux autres "opposants" (?) se sont abstenus, dont notre cher Vicomte de Lessard et le Chêne, curieusement muet comme une carpe.

Pascal Leclerc, qui pliait sous le fardeau de 4700 signatures*** (du jamais vu) a bien résumé la situation dans la nuit... 

Evoquer le "travail d'étude" du "cabinet spécialisé" était assez cocasse : vu la catastrophe qu'ils ont pondu, la meilleure preuve est qu'ils ont été obligés de tout modifier, moi je demanderais le remboursement pour escroquerie en bande organisée avec circonstances de crétinisme et d'incompétence aggravantes.

C'est donc le grand retour des ventouses en zone rouge, que le plan d'origine voulait rejeter en zone orange ou verte, puisque riverains "rouges" et commerçants pourront y garer un véhicule, au prix d'un abonnement à 100€ (auparavant 230€). C'était effectivement un des problèmes, il suffisait de parcourir l'avenue Victor Hugo. Bref, le plantage est magistral, mais il apparaît de plus en plus évident que ce plan a deux objectifs : vider le centre ville pour prouver qu'il y a de la place pour un multiplex et expédier les clients sur les parkings gratuits des grosses surfiasses du gros poteau à Nanard Frédo Cinqzéros.

Pour les "travailleuses - travailleurs", c'est la curée, 230€ et 330€ par an pour stationner en zone orange. Puisqu'on vous dit qu'il hait le petit peuple.

Ca contraste avec l'abonnement à 0€ de la cour de la mairie.

D'autres commentaires quand j'aurais récupéré les documents. On notera que déjà "les gens" vont être complètement paumés, et ça c'est pas bon, dans le doute de te ramasser une prune tu t'abstiens. 

*** Au premier tour la liste noire avait réuni 3300 voix.

 

 

LA RUE, RUE DANS LA RUE

 

 

MAJ du 25.09.2017 : Avec 4600 signatures, c'est la rue où on ne peut plus stationner qui a balancé au roitelet sa plus belle mandale depuis qu'il est maire pour le pire. On peut même dire qu'avec ce ratage prévisible, il a démontré son incapacité à prendre des décisions cohérentes et surtout s'est foutu du monde avec ses concertations bidon, qui consistent à convoquer discrètement les "potes à Nanard" du VCL pour faire croire qu'il cause à la populace. Bref, pas la peine d'envisager un quatrième mandat, même si le tronc vermoulu tient le choc jusque là. Les avanies avec l'agglo et Playmobil, ça tape sur le système.

Mardi, il va détruire son plan, qui consistait à chasser les ventouses, et faire chier le peuple en se foutant de sa gueule en stationnant peinard dans la cour de la mairie. Il se dit que sa brosse est furax, ça ronchonne dans sa précaire majorité, forcément, même élus, ils sont aussi emmerdés que le péquin de base.

Pas certain que les nouvelles dispositions soient votées, car des conspirateurs cyniques et vachards lui réservent un horodateur de son horodateur.

Manquerait plus que l'arrêté ne passe pas, on repart pour un tour, avec stationnement gratos et ASVP qui se glandent depuis trois mois. 

Il n'y a pas que le roitelet et ses pieds nickelés qui passent pour des rigolos : une de mes têtes de turc préférée, Johnny Be Bad (Johnny Briard), avait lui aussi voté ce plan débile, ce qui en dit long aussi sur ses périodes de discernement. Il a essayé de s'en sortir en disant qu'il a voté avec des réserves, mais dans ce cas là, on s'abstient. Fleuriste mais aussi funambule, ça fricote avec l'Hirondelle (Nathalie Porte), qui est une créature de Morin et de... Nanard, et suppléante du député, le Bellâtre de Livarot. Alors faut être équilibriste pour pas se prendre les pieds dans le bitume des trottoirs défoncés. Pour son mauvais choix suivant, c'est demain soir au conseil.

Et c'est pas fini, car il y a un mélange subtil et embrouillé sur ce qui est du ressort du conseil municipal (le fameux arrêté) et les dispositions de police qui sont du ressort du maire. Il suffit qu'il y ait une erreur, et c'est direction le contrôle de légalité, avec le risque de voir l'arrêté reclaqué. On prendra alors les même et on recommence, avec au moins un mois de stationnement à l'oeil. Vous allez voir qu'on, va finir par s'apercevoir que les horodateurs ne servent à rien, sauf de pompe à fric.

 

 

STATIONNEMENT,

 

LA HACHE DE GUERRE

 

EST DÉTERRÉE 

 

 

MAJ du 21.09.2017 : Les conjurés du stationnement, Pascal Leclerc et Alain Le Renard ont bouclé leurs suggestions, et écrit une bafouille au maire (voir la page facebook), qui, en bon autocrate, va la mettre au classement vertical. Plus inquiétant est le cliché ci-dessous : l'affiche a été apposée sur les arbres place de la République côté des commerces, le 15 septembre. Selon un témoin, ils ont simplement retiré les obstacles au stationnement pour la période d'été. 

Ou alors s'agissait t'il de rendre gratuit le stationnement devant les commerces, mais aussi devant chez Pascal Leclerc ? Pour diviser, déstabiliser, pouvoir dire après, regardez, les commerçants stationnent devant leurs magasins, et le râleur aussi ?

Si c'est le cas on a affaire à des fumiers pervers, qui ont renoncé au dernier moment à commettre ce forfait ignoble. Sinon, c'est une x-ième bévue de comiques en pleine panique.

Rendez-vous donc au conseil municipal du mardi 26 septembre, Espace Victor Hugo 20h. C'est le point 2 de l'ordre du jour.

 

 

 

 

MAJ du 20.09.2017 : Le projet ci-dessous est celui de Lisieux à venir. Ca tient la route, sauf que la zone bleue, ça passera jamais, le roitelet va nous piquer une crise de tronc cérébral de derrière les fagots. CAP LISIEUX doit se prononcer dans la presse cette fin de semaine, à suivre.

 

 

Le plan actuel de la mairie.

 

 

 

C'EST LE MERDIER COMPLET !

 

MAJ du 14.09.2017 : Le maire ne peut pas décider une gratuité sans un arrêté municipal. Il parle donc de tolérance. Bon ça fait quand même deux mois que les ASVP sont employés à se promener en ville. Dans le doute (ce que j'ai constaté hier), les gens payent et se méfient des volte-face d'un maire complètement à la rue.

 

 

 

 

 

LE ROITELET BAISSE 

 

SA CULOTTE A L'ENVERS

 

 

 

 

 

MAJ du 10.09.2017 : Anecdote, lors de la soirée électorale de ma première cantonale contre Aubril, la sous-préfet de l'époque, devant les mines des candidats terrassés, nous avait sorti : "que voulez vous, il est populaire". Ce à quoi j'avais répondu : "non, non, il est populassier".

Notre roitelet a sous-estimé la rébellion, et sent donc le vent tourner, la pétition dépassant les 3000 signatures, sans compter Lisieux à Venir et dans la foulée CAP LISIEUX, qui vont lui tailler des croupières. On apprend ensuite que pour répondre à l'appel d'offre passé en catimini cet été pour les fouilles, il faut commencer par fermer l'ancienne partie gratuite de la Place de la République pendant un mois, qui est un vrai gruyère avec de l'eau qui circule dans d'anciennes canalisations (aqueducs, fossés ?), pour faire des forages pour mesurer le débit (opération Shadock). 

L'appel d'offre était de 1.85M€, tout à coup on nous parle de 2.5M€ (rien que pour les fouilles) et en fonction des résultats du sondage, ça peut passer à 6 / 7M€.

Avec en prime, comme je l'ai déjà dit, des pompes qui vont marcher toute la journée, des camions, du boucan, une base de vie, et un à deux ans de cirque dans la bouillasse.

En bon populassier, il baisse son froc. Et c'est la culotte à l'envers sur les chevilles qu'il va présider un conseil municipal (le 23) qui risque d'être chaud.

En attendant il baisse aussi le slip Petit Bateau, pas de prunes si vous ne prenez pas de ticket à Big Brother horodateur, jusque fin septembre. Ce n'est pas de la mansuétude, c'est pour éviter contestations et procès en fonction des modifications qui vont être apportées par le nouvel arrêté municipal pour le stationnement.

Juridiquement d'ailleurs, accorder aux commerçants la possibilité d'un abonnement est une discrimination, une inégalité devant la loi, car il n'y a pas de raisons que le petit personnel et les résidents se pastillent de la marche à pied, alors que le maire jette sa caisse dans la cour du théâtre.

Pour l'avenue Victor Hugo, durée des travaux, un an. Plus le rabe, car pour la rue de la gare pourtant plus simple, ça a pris du retard. Avec le risque d'avoir aussi des fouilles à faire si on tombe sur une sépulture, il se dit qu'un certain Bernardus Crétinus Aubrilus aurait été inhumé en petites pompes dans le secteur.

 

 

 

 

 

 

ÉDITO 09.09.2017

 

 

 

 

Bonjour,

 

La réunion Lisieux à Venir d'hier a réuni une soixantaine de personnes.

Prochaine réunion mardi 19 à partir de 18h : venez avec vos suggestions suivant vos préoccupations. Il est exact que ce plan de stationnement "génère des tensions", et que les réactions des automobilistes piégés sont différentes suivant qu'il s'agit de résidents, commerçants, travailleuses-travailleurs (3000 emplois en centre ville), clients, touristes et promeneurs, ces derniers étant l'objet de toute l'attention des dingos de la mairie.

Un des intervenants d'hier sortait d'un rendez-vous avec la brosse à Nanard, Paul Mercier. Les intentions du suppôt machiavélique du roitelet sont claires : vider le centre ville pour crédibiliser le Multiplex.

En matière de commerce, le monde attire le monde, la grande place Place de la République déserte est anxiogène, car l'absence de véhicules est tout simplement anormale. Le cas va s'aggraver avec l'hiver, du fait de l'allongement des parcours la nuit, avec emplettes ou recettes des magasins.

Il est encore trop tôt pour mesurer l'impact, mais les chiffres seront implacables : on parle de - 30%. Les sinistres manipulateurs de la mairie, Bouffi-Bouffon en tête n'ont en plus pas de bol : ils ont mis en place des "compteurs de cons" (dont ils peuvent trafiquer les résultats) et certains magasins sont équipés de compteurs de flux, et là ça échappe aux illusionnistes de la com. On saura donc la vérité.

Pour ce qui me concerne, j'ai toujours dis que j'allais me concentrer sur le désastre "Victor Hugo", 150 places supprimées, n'en resteront que 25 sur l'avenue.

 

 

 

 

MAJ du 09.09.2017 : Cette fois ci, ça va très mal pour l'équipe de bras cassés de la mairie, le pétition de Pascal Leclerc a atteint les 2700 signatures, ce qui, à ma connaissance, n'est jamais arrivé à Lisieux.

Il y en a même un qui en profite pour demander un stationnement gratuit avec zone bleue, ce qui équivaudrait à mettre à la poubelle 750000€ d'horodateurs et virer cinq ASVP. C'est vrai que ça marche à Pont l'Evêque et à St Lô, mais Lisieux n'a pas d'accent circonflexe, mais des sans cir ni flexe.

Les motards en pétard rentrent dans la danse, avec de judicieuses remarques (piquets, vitesse trop faible).

 

 

 

 

MAJ du 24.08.2017 : Ca barde pour le roitelet et les tordus qui ont pondu le nouveau plan de stationnement.

C'est la rébellion chez les farouches Gaulois, les Lexovii avaient paraît il une réputation de bagarreurs.

La bronca prend de l'ampleur car une pétition a été mise en place, qui cube déjà à 1200 signatures, ce qui est un très beau résultat pour une cité qui compte d'hors et déjà moins de 20000 zombies :

https://www.facebook.com/refusduplandestationnementlisieux/ 

 

Détail comique : les bornes sont "Easy Park", c'est sûr vu que la moitié des places sont libres partout en zone rouge et que la place de la République est quasi vide dans sa partie ouest. Ca cause Franglais pour se rendre intéressant, sauf que les bornes ne baragouinent qu'en Français, ce qui n'est pas sympa pour les touristes étrangers, dont on nous rebat les oreilles. Car c'est sous prétexte de complaire aux touristes que les doux dingues de la mairie qui se prennent pour des urbanistes  ont pondu le délire LISIEUX 2025 dont le gros morceau est la destruction de l'avenue Victor Hugo. Il y a eu des précédents fâcheux avec un certain André Lucas, qu'on retrouve comme par hasard à la tête de la cabale pour le Multiplex.

Quand on voit que le 15 août il n'y avait que 1000 calotins égaré pour le défilé à la Basilique (selon la police, ils savent compter jusque 1000 ?), on se dit que le roitelet a un problème pour cerner la réalité.

Notons également que ça a merdouillé sec pour les travaux de l'avenue de la Gare, alors que le chantier consistait surtout à supprimer des places et élargir les trottoirs. Pour l'avenue Victor Hugo, c'est une tout autre paire de manches, on va patauger dans la bouillasse un an minimum. Autant dire que la moitié des commerces vont dégager. Il y a quand même une boulangerie en rade depuis un an, ça craint donc un max.

Et dans huit jours, c'est la rentrée, capharnaüm garanti. Mon cher Bernard, tu n'as plus que deux ans à tirer, on ne te demande pas de nous aimer, mais de nous foutre la paix.

 

 

 

OUEST FRANCE NOUS ÉCRIT

 

 

MAJ du 29.03 : Pas content de se faire mettre en boîte la gribouille professionnelle. Ca prouve en tous cas que ce site de caniveau est surveillé de près et très lu dans les chaumières (quand le roitelet traverse la cour de la mairie, tout le petit personnel est au parfum, ça rigole dans les soupentes).

A noter que l'ECHO JOLI est accusé de diffuser une fausse information, les fameuses "fake-news", procédé qui consiste à essayer de faire croire que ce qui circule sur le net est faux, et par conséquent que la vérité est dans le journal. Vu le nombre d'affaires et de scandales révélés par les sites internet, on en doute.

Le texte était :

"Là où je me marre un peu, c'est pour la gribouille de la rédaction unique, qui va être obligée de stationner en zone orange ou de dégager au bout de deux heures en zone rouge. Mais bon. Servir la soupe n'a pas que des inconvénients, il y a de la dérogation compromettante dans l'air."

Rien n'était faux : OUEST FRANCE a bien deux abonnements, ce qui est tout à fait normal dans la configuration actuelle. La place du Gal de Gaulle où a été photographié le véhicule va passer en zone rouge : sans abonnement, il faudra renouveler le stationnement toutes les deux heures, coût 8 à 10€ par jour, soit 250€ par mois + plus le coût de la chérie qui va se promener dans la tourmente pour mettre des thunes dans le bastringue. C'est autre chose que le prix d'un abonnement annuel à 100€ par AN (source Eveil).

En zone orange, c'est plus loin, mais les résidents, comme je l'ai expliqué, vont ventouser les places, c'est râpé. Quant aux zones vertes gratuites, le matin à 9h ce sera plein.

Tout le problème du vertueux service juridique de la rédaction unique sera donc de convaincre ses ouailles de ne pas céder aux sirènes, aux tentations qui ne vont pas manquer, aux propositions d'arrangements de l'honnête élu Nanard (qui s'accorde des dérogations pour les enveloppes du Critérium).

A 500€ par mois pour deux véhicules, ça donne à réfléchir. Bon Nanard s'en fout, il stationne gratos dans la cour de la Mairie (sans cocarde).

 

 

LES FUTURS B... COMPTEZ VOUS

 

 

 

MAJ du 24.03 : Outre les poulettes de la mairie qui habitent à la campagne chez les "nains de jardins"***, il y aura d'autres victimes co-latérales de la suppression des abonnements. On peut citer les agents immobiliers : si papy craque son portefeuille CAC 40 pour acheter sa bicoque Sam'Suffit, il est de bon ton que la limousine soit garée devant l'agence. Là où je me marre un peu, c'est pour la gribouille de la rédaction unique, qui va être obligée de stationner en zone orange ou de dégager au bout de deux heures en zone rouge. Mais bon. Servir la soupe n'a pas que des inconvénients, il y a de la dérogation compromettante dans l'air.

Une pensée émue pour les pervenches (ASVP) qui vont devoir remettre à jour leur collection de dérogations, petits arrangements, je ferme les yeux, je préviens les copines en tapant sur la vitrine, etc...

***Les maires "potes à Nanard", dont certains l'ont trahi grave en votant pour Playmobil (ils savent à qui ils ont affaire, un incapable de gérer sa ville, alors couler d'office une agglomération de 75000 habitants, stop quand même).

 

 

500 PLACES PAYANTES EN PLUS !

 

 

 

MAJ du 23.03 : Il n'y a pas que notre bien aimé Vicomte de Lessard et le Chêne qui fait des calculs d'apothicaire, Alain Lerenard s'y est collé et a fait remarquer que mine de rien, la mise en payant de la partie gratuite de la place de la République, des places en zones bleue Bd St Anne et dans le quartier de la gare, dont le parking Régina, allait effectivement aboutir à 500 places de plus payantes.

Les plus gênés seront les résidents (obligés de stationner en zone orange) et ceux qui viennent en ville pour travailler, et en particulier quelques chéries mais néanmoins ventouses de la Mairie qui encombraient l'avenue Victor Hugo avec leurs abonnements (supprimés). Mais bon, en allant pleurer la misère dans le bureau du roitelet, il y aura forcément quelques privilégié(e)s qui vont bénéficier de tours de passe-passe, style la vieille grand-mère non motorisée qui loge en ville. Attention au canapé quand même.

Bon, c'est voté, et obstinés qu'ils sont ils vont aller comme ça droit dans le mur. Mais, détail qui a son importance, les horodateurs sont reliés entre eux et le système peut être programmé. Une fois le roitelet retourné dans son donjon avec sa Pénélope, une vraie concertation devrait aboutir à un consensus.

On remarque que la très prisée place du Pays d'Auge (en bas à gauche) reste gratuite, la raison ? Jocker ! Disons qu'un pizzaïolo influent a fait du lobbying. C'est pas démocratique, mais quand on veut jeter son van sans payer, faut ce qu'il faut.

Le consommateur est une bête fragile et volage, la moindre contrariété le jette dans les bras des grosses surfiasses et leurs parkings gratuits (c'est peut être le but, n'oublions pas que Firmin a propulsé l'épouse du patron de chez Leclerc au conseil régional). Comment va être perçu cet impôt déguisé, on le saura vite.

A la fin de la réunion de concertation bidon, je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander si sa place privée de la cour de la Mairie était en zone rouge sans abonnement gratuit. Je suis vraiment insupportable.

 

 

 

MAJ du 25.01 : Donc le plan de stationnement qui a tant plu à Johnny Be Bad a été présenté en petit comité aux zélus, avec un diaporama power point, qui permet de manipuler plus facilement qu'un document papier : c'est rapide, l'image est séduisante.

Pour le moment, pas un article sur le sujet, même pas une plaquette destinée au cochon de payant automobiliste, rien sur le site de la mairie, c'est donc suspect. A noter que les zélus auraient au moins pu donner leur avis dans le journal (y compris celui-ci) ou sur leurs pages facebook par exemple.

Ce plan a été élaboré en grand secret, probablement principalement par le Gros Blaireau et la Brosse à Nanard. On sait que le premier n'a qu'une devise : faire chier le monde. Ca promet donc.

En gros, les horodateurs vont être changés pour des modèles Big Brother reliés entre eux par Wi-fi. Il y aura "à titre d'essai" une demi heure gratuite (un quart d'heure pour un petit noir ou des clopes suffit). Ce qui ne veut pas dire jeter sa caisse et repartir avant le passage des pervenches. Faudra t'il passer à l'horodateur pour s'enregistrer ?

Les abonnements sont supprimés (c'est la grosse source des voitures ventouses avenue Victor Hugo par exemple).

Ensuite, dans les zones rouges et jaunes, le stationnement est limité à deux heures, pour toute la journée. Le moyen de contrôle, pervers, est un ticket où sera inscrit votre numéro d'immatriculation. Donc le petit manège qui consiste à sortir des magasins au moment du passage des contractuelles a du plomb dans l'aile.

Seuls moyen de contourner ce goulag automobile, être pote à Nanard, ou encore mieux bizoutée consentante, ou avoir un jeu de fausses plaques.

Pour les professionnels qui ont besoin de leur véhicule pour leur activité (agents immobiliers, journalistes, pizzerias...), grosse galère en perspective.

Pour les riverains, c'est bien pire, sauf les chanceux qui ont un garage, ils vont passer leur temps à aller chercher au loin leur véhicule.

Rien ne vous empêche de venir protester au conseil municipal du 7 février. Et de noter sur vos tablettes pour l'avenir le vote de Johnny Be Bad.

A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

FERMETURE DE LA VILLE

 

LA CHIENLIT CONTINUE

 

MAJ 14.04.2016  : Comme indiqué dans l'éditorial, j'avais déjà protesté au sujet de la fermeture de la ville l'après midi en 2009...

Rien n'a bougé depuis, ce n'est pourtant pas faute d'avoir souligné de problème, catastrophique pour le commerce, auprès de l'assoc de commerçants (PRO 2000 puis CAP LISIEUX), présidé par un ex "pote à Nanard", passé à l'ennemi et maintenant démissionnaire comme une vulgaire honteuse. Cela a aussi été évoqué lors de la levée de boucliers contre le MULTIPLEX. C'est aussi aux commerçants concernés directement par cette gêne non négligeable pour leurs clients, de se remuer le popotin, c'est au bas mot 10% de leur chiffre qu'ils perdent, sans compter que ça jette les consommateurs dans les bras des parkings gratuits des grosses surfiasses.

De plus, il y avait à l'époque une opposition nombreuse, dont le camarade BUTEL, qui a ouvert son clapet quatre ans après le début du mandat pour se faire moucher par Firmin. Pourtant, vu le contexte, ça joue sur les prix de vente des pas de portes en co-gérance avec LEHERICY...

Donc, il faut que ça cesse.

Vu que l'opposition est divisée en trois parties qui sont plutôt antagonistes vu l'échiquier politique, elle est aussi maintenant dans la rue et dans ce journal iconoclaste.

Il se trouve donc que samedi je me suis rendu à la Médiathèque pour un concert de Jazz, arrivée 16h12. La première photo montre que les barrières du marché sont toujours en place, et qu'il y a une bonne centaine de places de stationnement non occupées sur la place, un bouchon permanent règne rue des Mathurins, rien de tel pour faire fuir l'automobiliste. Un camion et un stand de fripes encombrent encore la rue, le fleuriste occupe le trottoir, les piétons sont donc obligés de marcher sur la rue, bonjour les dégâts si une petite vieille se fait écrabouiller. Les deux ne payent pas d'impôts à Lisieux.

En ressortant, vers 16h30, se pointe un keuf en... scooter, sans Julie Gaillet, mais avec un joli casque. Il... ouvre les barrières.

C'est carrément n'importe quoi, M'sieur le Maire. Là tu me résous le problème vite fait, sinon va y avoir un esclandre à la prochaine réunion des commerçants.
Et pour cela pas besoin d'un "manager de centre ville".

En clair : tout le monde dégage à 13h30, pas de stand en travers, pas de camion, et une sécurisation normale de la circulation des piétons.

Bon, il va falloir qu'il fasse obéir les placiers, espèce d'employé municipal un peu état dans l'état, où le copinage n'est jamais loin, voire plus si affinités.

 

 

 

 

 

 

UNE VILLE FERMÉE LE SAMEDI

 

(03.02.2009)

 

Voilà du reportage d'investigation en direct live. Les deux premiers clichés ont été pris vers 13h, la rue est bloquée, deux marchands ambulants empiètent sur la chaussée, de l'autre côté le fleuriste occupe le trottoir. Rien à dire, c'est le marché. Deux heures plus tard, alors que les clients devraient arpenter en nombre les rues de Lisieux, le rue des Mathurins est toujours bloquée, il faut faire tout le tour de la place pour se garer. Commercialement parlant, c'est un désastre, mais Bernard n'est pas un commerçant, c'est un fonctionnaire, pis, un instituteur, qui fatalement ne comprend strictement rien aux règles de base du commerce, à savoir que le consommateur passe son chemin à la moindre difficulté à se garer ou à circuler même à pied. En six ans de ce régime débile, il n'y a plus un chat en ville par rapport au potentiel. Le parking MONOPRIX était quasiment vide, le matin et encore pire l'après midi. C'est trois cent personnes de moins en ville. Il y a de la place au bistrot !

Tout ça pour trois clampins qui doivent payer 20€ chacun de droit de place.

Marcel BLIN, un inconditionnel des grosses surfiasses, n'a jamais rien dit et pour cause, jeter les consommateurs dans les bras de LECLERC, ça le fait bicher.

 

 

 

 

L'aNANARDchiste

 

L'histoire commence avec ce cliché pris la semaine dernière :

 

 

J'ai profité en effet d'une visite (intéressante) à la Cathédrale pour faire un petit reportage d'investigation sur le stationnement places Mitterrand et Matignon, qui ont valu à Firmin un remontage de bretelles en règle par le cabinet Cap Terre. J'ai pris ma loupe modèle Sherlock Holmes et ai immortalisé les panneaux et l'arrêté municipal sur les barrières.

Donc à l'entrée de la Cour Matignon figurait ceci : 

 

 

 

Sur les barrières figurait cela :

 

 

 

 

Dans la Cour Matignon, quelques rares véhicules, forcément, les Lexoviens, un peu boeufs sur les bords, se mettent à respecter les panneaux sans se poser de question. Par contre, des voitures arborant ostensiblement des logos et objets de La POSTE, histoire d'éloigner la contractuelle ?

Dès la publication de la photo, cela a dû être la panique à la mairie, car on se demande bien qui sont les "personnes autorisées", les potes et potesses à Nanard, les petits privilégiés de La Poste et des organismes sociaux qui payent des loyers pharamineux à Gégé ?

Les gens de Justice, quant à eux, ont leur parking privé, mais la barrière interdit l'accès à un domaine public jusqu'à preuve du contraire et ils ont le toupet de réserver d'autres places dans la cour. C'est la monarchie ou quoi ?

 Bref, samedi matin, votre journaliste relaxé, bien décidé à passer à la phase indignation désobéissance civile, décide d'aller stationner Cour Matignon, bravant les foudres tutélaires, les carnets à souche psychédéliques et le menottes de la patrouille (ma tête est mise à prix à l'entreprise de ravalement du Bd Ste Anne, pardon, le commissariat).

SURPRISE ! Plus de panneaux d'interdiction. Les trous de fixation ont été très mal rebouchés par un sagouin, en plus.

LEXOVIENNES, LEXOVIENS, le stationnement Cour Matignon est LIBRE ET GRATUIT comme l'avortement.

Certaines personnes se demandent ce qui me motive à amuser la galerie sur ce site, et bien voilà une part de réponse : la jubilation de les voir capituler, ravaler leur arrogance, et déjouer les petites magouilles de favoritisme à la Sarko que sait si bien mettre en oeuvre le diviseur Bonapartiste Aubril.

 

 

 

 

 

Stationnement : L'aNANARDchie

 

A suivre, car j'ai pris des clichés à l'occasion de la visite de la cathédrale hier qui valent leur pesant de cahuètes.

 

Le parking privé du Tribunal, pourtant un espace public. Voir l'article sur le déplacement des ronds de cuir de

France Télécom, qui vont eux aussi vouloir leur petit emplacement privilégié Cour Matignon (il y en a déjà).

Pas sûr que les contractuelles collent des prunes, on sait jamais sur qui on peut tomber et entre emplois garantis, on va pas se faire des misères.

 

 

 

 

PARKING "LIVRAISONS" OU "ENFOIRÉS" ?

 

 

 

MAJ 11.09 : Après plusieurs appels d'offre infructueux, forcément quand on chipote, nous allons enfin avoir une fourrière. C'est une bonne chose, car rien de plus pénible qu'un sans gêne qui sait parfaitement qu'il n'y a pas de fourrière, et qui gare sa caisse comme une loque, sans vergogne, devant ton garage. En général, je les retrouve au bistrot, et des fois le ton monte vite, mais bon. Notons que les cow-boys du Commandant Garcia se déplacent quand on les appelle sur ce genre d'intervention pénible mais indispensable.

C'est évidemment maintenant que les ennuis vont commencer, car les contrevenants sont parfois des coriaces. Les tentatives pour récupérer nuitamment les véhicules en bande organisée sont à prévoir. Comme c'est les poulets qui décident, il peut y avoir des bavures : char municipal sur les places de livraison rue au Char, camionnette des pompes funèbres municipales sur les trois places "10 minutes" devant la boulangerie en face, le carrosse de la boulangère elle même, le 4x4 d'un de mes copains radiologue, etc...

On imagine : Ecoutez, on a un soucis, le corbillard est à la fourrière. Votre macchabée ? Il est dedans et ça n'ouvre que lundi matin.

Ca peut tourner au drame : il faut se méfier du camion mercos blanc tout neuf : si tu tombes sur un manouche au RSA qui l'a payé en rempaillant des chaises, c'est l'émeute garantie.

L'arrêté municipal est même très méchant : après 45 jours, c'est la vente aux enchères aux Domaines, et pour les épaves à moins de 765€, 10 jours après, direction chez Fougeray. Le Firmin des Marquises est un tueur.

 

 

 

 

MAJ 25.07 : Cette histoire est bien partie et sera traitée à la rentrée, car il semble que Firmin se soit réservé des places où il peut stationner impunément sur le côté de la mairie, rue au Char.

En effet, la boulangère, interrogée, est restée dans le vague, alors que si ça se trouve c'est elle qui a demandé trois places "10 minutes".

Reste à savoir si elle ne les utilise pas pour ses besoins personnels en tant que ventouse, ou que les coquins dans la combinent, de mèche avec le maire, les utilisent plus de dix minutes, en fait toute la journée.

On est dans le registre des cigares à Christian Blanc, de la corruption et de la prise illégale d'intérêt, certes mesquine, mais inadmissible.

 

MAJ 15.07 :

Pour se réserver, à lui et ses copains de flibuste, aux frais du contribuables, quelques places juste comme il faut, Firmin a fait transformer cinq places payantes en places "LIVRAISON".

Si du côté boulangerie, il est précisé 10 minutes, de l'autre, c'est manifestement comme on veut.

Or c'est là qu'était garé le char municipal avec sa belle cocarde sur le tableau de bord, arme anti-contractuelle et anti-cow-boys du commandant Garcia s'il en est.

Bon, évidemment, c'est microscopique par rapport à ce que se permet le camarade Woerth, mais tout de même.

GARAM, au secours, tu pourrais nous faire cinq jolis tags au sol "ANFOUARAY" ?

Je te paye tes bombes !

 

 

 

FIRMIN ET LA SECURITE ROUTIERE (suite)

 

MAJ 09.06 : Un peu contrit par les clichés du carrosse payé par le contribuable en stationnement interdit, la nouvelle mode est de le jeter devant la porte de la mairie sur le trottoir, ce qui est aussi pas vraiment autorisé et donne en tous cas le mauvais exemple. On change simplement d'article du code de la route. Il se trouve que votre journaliste préféré a contesté une contravention dressée par les spadassins du commandant Garcia, justement pour une histoire de trottoir où sa brouette n'était pas. On va donc en recauser devant la barre du tribunal.

 

 

MAJ 06.06 : Un lecteur me signale qu'en décembre 2008 un arrêté municipal aurait été promulgué stipulant que le maire est exempté de payer les stationnement payants. Ce qui ne l'autorise pas d'ailleurs à pratiquer le stationnement interdit en toute impunité. En décembre 2008, Firmin était au firmament et tout lui était permis, y compris de mégoter et de la jouer doigts crochus Normands malgré ses 10000€ de rémunérations mensuelles.

Pas certain qu'il oserait dans le contexte actuel. Quoique. Encore faudrait-il que les faits soient portés à la connaissance des foules pour leur édification.

Par les journalistes ? Alors là, encore faudrait-ils que la "rédaction unique" soient vertueuse en matière de stationnement.

Si vous avez des clichés des guindes des gribouilleux en stationnement interdit ou sans ticket, l'Echo Joli, grand rapporteur de paquets sans ficelles devant l'Eternel, se fera une joie de publier.

On demande et on vous tient au courant. 

 

 

MAJ 02.06 : Suite aux protestations de la camarade Clotilde, voici des preuves à l'appui, avec le char municipal en infraction complète, stationnement interdit (bande jaune), masquage du feu, pas de ticket de stationnement. La cocarde tricolore dissuasive n'est pas un sésame de gratuité (comme les cartes GIG).

Clichés C. G.

Avec ces photos, il a bonne mine de ramener sa fraise sur la sécurité routière en faisant la leçon à des petits jeunes comme récemment à la mairie.

Le grand chasseur de ventouses s'est également pris une gamelle avec les commerçants de la place Victor Hugo, quatre sont venus pour cinquante invités.

Le système actuel est le bon, le transformer en zone bleue serait catastrophique, il suffit de changer le disque toutes les heures et demi et c'est la fête aux ventouses.

Simplement, la petite tolérance de 10mn arrangerait bien tout le monde, en particulier les commerces de bouche.