Journal satirique et écologique du Pays d'Auge, paraissant quand il a le temps

Téléphone : 02.31.31.39.06  Télécopie : 02.31.62.34.18  Adresse postale : BP 21039 - 3, rue Marie Curie - 14101 LISIEUX CEDEX

        

Messagerie : echo.joli@wanadoo.fr 

 

Accueil Facebook Liens

 

Wonder

QUARTIER DE LA GARE/WONDER

 

 

MISE À JOUR DU 09.09.2017

 

SUJETS CONNEXES : WONDER TERRASSES DE LA BASILIQUE

 

 

 

 

AVENUE DE LA GARE :

 

GARE AUX CHICANES !

 

 

 

 

MAJ du 09.09.2017 : Les as de la mairie se disent "épaulés" par des "cabinets d'experts" (Osmose, Iter, Sareco), des encostardés bobos hors sol : un seul objectif, la facture, on touille la tambouille à la mode en donnant l'impression aux décideurs qu'ils sont des génies de l'urbanisme. Ou alors ce sont vraiment des abrutis.  Les deux chicanes, qui ne permettent pas le croisement de deux véhicules, vont être le théâtre de scènes d'horreur, car il faudra que les automobilistes pris au piège (et pressés, le train arrive et part à l'heure), soit des anges de civisme pour se laisser passer les uns les autres, sinon c'est la paralysie.

Outre les chicanes, le sens de priorité pose un gros problème, car il est orienté VERS LA GARE, vers le cul de sac. Bel empilage en perspective. Il suffit que le passage à niveau se ferme (correspondances de Deauville), et là c'est la nasse, l'automobiliste pris au piège.

Vous allez voir que des ..... vont répondre qu'il y a la solution du parking "Normandie" (lui aussi goulot d'étranglement saturé). Mais je croyais que la place de la gare était un lieu moderne (!) "multimodal" ?

La circulation rue de la gare est en effet rythmée par.. les trains ! Ce sont parfois 200 ou 300 voyageurs qui arrivent ou partent en même temps, amenés et récupérés par la famille (les gogols des cabinets ont ils des statistiques de ces flux ?). Et en cas de bouchon, le risque est le débile qui se retrouve entre les barrières du passage à niveau (ça m'est arrivé récemment). Et là la voie de gauche vers Deauville, c'est 90 km/h, en courbe. Distance d'arrêt : 350m environ. Les pompiers sont bons pour aller récupérer la barbaque sous le tunnel. Rigolez pas, c'est déjà arrivé.

Cerise sur le gâteau, les fouteurs de gros caca ont installé la base de vie des travailleurs (détachés sans clause Molière ça va de soi) pour les travaux de la passerelle débile sans toit, sur le parking de la gare, alors que la gare marchandise SNCF est vide sur un bon hectare. Vu la faune de célibataires désoeuvrés le soir, prudence prend garde à ton jupon. Franchement, quel crétin a pris cette décision ?

 

 

 

MAJ du 28.08.2017 : Alain LE RENARD m'avait parlé de son intervention sur ce sujet et l'ECHO JOLI a attendu sagement la suite des événements. L'affaire est sortie dans le OUEST FRANCE de samedi (demain et mercredi dans les deux feuilles de choux annexes de la rédaction unique). La photo est parlante, le chantier n'est pas terminé et la rentrée approche.

L'avenue de la gare a une caractéristique, c'est qu'il y a beaucoup de circulation quand un train arrive ou part. Le quai est souvent noir de monde (la ligne Paris Cherbourg est une des rares lignes classiques rentable). Le parking "Normandie" (désormais saturé), seule réalisation des dix dernières années, compense en partie, mais les HAJC ont une manie, c'est des grégaires border limite Néandertaliens et ils se pointent tous en même temps au même endroit pour faire la même chose, de préférence en 4x4, qui comme chacun sait, est un véhicule plus gros que le cerveau du conducteur.

Le cliché ci-dessous montre une réunion qui a eu lieu en 2015, où un projet avait été présenté aux riverains. Lors d'un rendez vous avec "La Brosse" à Nanard (Paul Mercier), j'avais demandé à avoir ce plan, refus car "il a été modifié". J'ai bien prévenu plusieurs riverains qu'ils étaient en train de se faire foutre de leur tronche mais personne n'a bougé. Le résultat est là. L''avenue de la gare sera parcourue dans les deux sens par les bus urbains et les bus ruraux, plus les taxis, car le passage à niveau est dangereux (plusieurs morts), vitesse des trains 90km/h (400m pour s'arrêter). L'avenue est devenue est un véritable parcours d'obstacles, avec deux chicanes qui ne laissent passer qu'un véhicule, avec un sas court où il va falloir être civique pour laisser passer, surtout les filles, le reste étant étroit pour le croisement.

Ca donne une bonne idée de ce qui va se passer pour l'avenue Victor Hugo : entre les plans bidons et ce qui va être bricolé par les gogols des cabinets d'urbanisme et les architectes de mes deux (plus ils font de travaux, plus ça graine), manipulant le quarteron d'élus pervers libidineux, il y aura comme un delta.

Remarquons également que les travaux (non terminés) sont très en retard, manifestement le campement d'Algecos était vide de "travailleurs détachés" dimanche. Faut bien que le bitumeur Polonais aille lutiner sa mousmé pour repeupler avec autre chose que du coke en stock d'importation (sic la première ministre de Pologne qui a envoyé paître Jupiter).

A suivre....

 

 

 

 

 

 

GARE A MA GARE

 

 

 

 

 

MAJ 31.05.2015 : Votre journaliste d'investigation préféré avait rendez vous hier avec la Brosse du roitelet, et n'a pas pu s'empêcher de poser à nouveau la question qui fâche : ce plan qui existe et ne figure nulle part sur internet m'intéresse. Réponse : le projet a déjà été modifié (et mon cul c'est du poulet), il faut attendre.

Bref, les riverains qui se sont déplacés ont perdu leur temps, et s'ils sont sortis de la salle en étant persuadés que le projet qu'on leur a présenté était assez avancé et leur convenait, ils dorment depuis sur leur deux oreilles. On appelle cela de l'enfumage, un simulacre de concertation, de la poudre au yeux, et un coup tordu en préparation, avec mise devant le fait accompli. Encore heureux que notre Firmin a été suffisamment bête et méchant pour publier ce cliché sur son compte facebook sinon on y aurait vu que du feu.

Rien de tel pour agacer un des riverains de ma connaissance, qui va leur rentrer dans le chou comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Des plumes vont voler, normal pour un éleveur de poules.

Alors pourquoi un tel revirement : p'têt ben que ça n'arrangeait pas un "pote à Nanard", par exemple le camarade propriétaire de l'ex Régina, qui, contrairement à "plein les fouilles rue au Char", est en zone Ua (et non Uar) ce qui l'oblige à prévoir des parkings s'il transforme l'immeuble en appartements.

A suivre...

 

MAJ 27.05.2015 : Comme vous le savez les petites souris de l'ECHO JOLI sont curieuses. La rédaction unitaire (et non pas unique) de ce journal de caniveau à sec a donc demandé à avoir le plan qui figure sur l'écran de la photo. Réponse : "il n'y a pas encore de vrai dossier (NDLR seulement un faux vrai ?), il y a seulement des documents de travail pas du tout finalisés, je ne vois pas ce que je pourrais transmettre à ce stade de la réflexion" (NDLR en plus ils réfléchissent).

Plus faux cul tu meurs.

Parmi les chéris des petites souris, il y a un riverain qui est propriétaire place Pierre Sémard (place de la gare) et a donc droit de savoir à quelle sauce il va être spolié. Transmis.

 

 

MAJ 20.05.2015 : Même en inspectant à la loupe les sites de la ville et de LINTERCOM, pas de trace du plan qui figure sur l'écran (cliché capté sur la page facebook du roitelet). Comme la bande de fourbes en a pris l'habitude après les avanies du Crématorium et de l'Ellipse, ils élaborent leurs coups bas en petit comité en payant grassement des cabinets d'étude dont la principale qualité est d'habiller le forfait, le déni de démocratie (participative ou pas), avec des envolées lyriques et du jargon novlangue boboïde parigot tête de veau.

Les habitants du quartier de la gare ont donc reçu une invitation (alors que cette histoire concerne toute la ville), ce qui évite l'irruption de contestataires un peu mieux informés que des moutons bien gentils à qui on peut faire avaler des couleuvres, vu qu'ils sont mis devant le fait accompli et pris par surprise.

Ces réunions de concertation totalement bidon ont un unique but : neutraliser les irréductibles, et faire croire qu'il y a eu concertation. Va dire le contraire après, si tu contactes la presse aux ordres pour protester, ils vont faire un article pourri en te prenant en photo en grand angle sous ton nez pour te torcher une tronche d'abruti. Le camarade Bricombert était un spécialiste de ce genre de tour de cochon. A noter que la rédaction unique ne semble pas avoir été convoqué à ce conciliabule.

 

 

PARKING DES ANGES OU MAUDIT ?

 

 

 

MAJ 10.11 : Quelle version choisir en effet, le Parking des Anges de Marc Lavoine ou le Parking Maudit d'Eddy Mitchell (avec les contractuelles qui arrondissent les fins de mois la nuit ?).

 

MAJ 07.11 : Les travaux ont débuté. La bande d'abrutis a commencé très fort, il n'y a pas de date d'affichage sur le panneau réglementaire. Il est donc sensé avoir été apposé juste avant la photo de la petite souris de l'Echo Joli, soit hier jeudi 6/11 à 15h. Ce qui donne deux mois à un riverain mécontent pour faire un recours, et donc faire cesser les travaux. Entre autres les cochons de payant des Terrasses de la Basilique, qui vont entendre passer 300x2 véhicules au moins, on va dire 1000 par jour, des aurores (5h) à tard le soir. Sans compter les petits trafics que va permettre le lieu, avec plusieurs accès, un souterrain pour échapper aux keufs, etc....

Ouais !!!

Autre détail cocasse, le plan sur le panneau du chantier est... à l'envers. La petite souris est quand même allé voir les ch'tis nouvriers, pour leur demander s'ils ne s'étaient pas gourés de côté avec leur grosse grue. Je pouffe.

A noter que les déblais sont très noirs. C'est normal, c'était l'ancien dépôt des locomotives à vapeur et pour remblayer à l'époque, on utilisait le mâchefer (pollué à l'huile et à la graisse, le graissage est ouvert sur ces machines). Après, c'était désherbé tous les ans au diuron ou autre joyeusetés. C'est bourré de toxiques divers et variés. Bref, il vaut mieux qu'il y ait du bitume par dessus pour éviter le lessivage. Et pour planter les arbres, il y aurait intérêt à creuser, sinon ils vont crever.

Et dire que ces cons ont fait tout un cinoche pour installer une pompe anti-pollution de l'autre côté de l'Orbiquet, dans la cour de Wonder, et que le filtre de cette débilité a été payé récemment par la ville de Lisieux.

Encore bravo !

Le plan est à l'envers

Beurk. Au fait, cette merde, elle va aller où, à la décharge sauvage du Bois Lurette ?